Beat Sneak Bandit : du groove plein les doigts

Par Nmacipad le 16 février 2012 à 17h52

Beat Sneak Bandit : du groove plein les doigts

Vous l'attendiez, Beat Sneak Bandit est enfin sorti sur iBidules ! Le jeu vaut-il l'attente et le teasing de l'année passée ? Ou bien n'était-ce que du buzz sans substance ? La réponse dans ce décorticage !Â
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Après nous avoir fait languir pendant plusieurs mois, Beat Sneak Bandit daigne enfin montrer le bout de son nez. Simogo a mis les petits plats dans les grands avec ce nouveau titre. Avec de tels prédécesseurs (Kosmo Spin et surtout Bumpy Road), le nouveau bébé du studio se devait d’être àla hauteur. Pour l’occasion, l’éditeur finlandais abandonne l’idée des jeux de scoring et passe du côté plateformes, le tout… en rythme.

Car oui, Beat Sneak Bandit joue dans la cour des jeux musicaux de rythme et s’en sort plutôt bien avec un gameplay bien dosé et adapté au tactile. Pourtant, il y a panique au manoir : le jeu se montre par trop répétitif. Heureusement que le challenge et l’univers unique du soft sont làpour remonter le niveau.

Et tu tapes, tapes, tapes ce refrain qui te plaît !

D’emblée, il faut éclaircir un point non négligeable qui revient quand on joue àBeat Sneak Bandit. Le jeu ne propose aucun volet « infiltration », au moins ça c’est dit. Si vous vous attendiez àvous jouer des ennemis en vous cachant pendant de longs moments et filer àl’anglaise, sachez que le soft ne propose rien de tout ça. Et pourtant, nombreux sont les clins d’oeils aux plus grands jeux d’espionnage, un téléphone qui sonne toute les minutes àla manière d’un Metal Gear Solid par exemple. Ce ne sont malheureusement que des petites choses qui ne présument en aucun cas l’apparition de gameplay d’infiltration.  

En toute honnêteté, le jeu s’en tire tout aussi bien sans. Le titre a été pensé avec un gameplay simple mais diabolique àsouhait. Vous incarnez ainsi un voleur d’horloges, accompagné de votre plus fidèle acolyte, une grenouille verte donneuse de conseils pour réussir au mieux chaque mission.
Outre le fait que Kermit soit présent àvos côtés, le gameplay est simple : il faut suivre le rythme. Jusque làrien de bien impressionnant. C’est dans la façon dont vous allez tapoter l’écran qui va jouer un rôle majeur. Dans Beat Sneak Bandit, il ne faut pas suivre le rythme mais plutôt les rythmes !

Car en plus de suivre le tempo de la musique, différent àchaque niveau, il faudra suivre un rythme donné retranscrit àtravers un logo qui clignote. Le joueur devra compter sur les mouvements de chaque meuble ou autres obstacles qui peuvent trouver place dans le manoir visité (lampe qui clignote, portes et trappes). En fonction des déplacements furtifs, vous devrez être sur vos gardes aux moindres pas car nombreux seront les items dangereux et dans le pire des cas, c’est àdire un mouvement qui n’est pas dans le tempo donné, le jeu vous fera perdre l’opportunité d’obtenir une horloge (pour un maximum de quatre horloges par niveau).

Beat Sneak Bandit est loin d’être facile mais quand on a le rythme dans la peau (ou les doigts), le jeu semble tout de suite plus agréable àjouer. Il est bien sà»r chaudement recommandé de porter un casque, car àmoins que vous ne viviez au fin fond d’une caverne, vous ne risquez pas d’entendre ni de suivre grand chose. 
Le fait que le joueur soit obligé de suivre le tempo donné retire une grande part de liberté dans le jeu. On vous garantit que ça n’aurai pas changé grand chose au titre qui se veut d’abord et avant tout un jeu de rythme, la quête des horloges étant le but àtout ça.

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page