League of Evil 2 joue petit bras

Par iMike le 17 février 2012 à 18h05

League of Evil 2 joue petit bras

Pour League of Evil 2, Ravenous Games reprend la même formule qui avait fait le succès du premier épisode : de la plateforme bien difficile mais fun. Ça manque peut-être un peu de fraîcheur…
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A
JPEG - 641.6 ko

En février 2011, le studio Ravenous Games épatait tout son monde avec League of Evil : ce qui n’apparaissait que comme un simple petit jeu de plateformes s’est révélé pour beaucoup une drogue dure, dont on ne décroche qu’une fois tous les niveaux terminés… ce qui n’avait rien d’évident car le titre se montrait sacrément balaise (lire notre test).

Le grand mérite de ce premier épisode reposait tout particulièrement sur une ergonomie sans faille, faite très simplement de quatre boutons : gauche, droite, saut, et frappe. Ce modèle de simplicité a fait école et en l’absence de boutons physiques, c’est sans doute l’une des meilleures jouabilité rencontrée sur un jeu de plateformes. Pour ce nouveau volet, le studio n’a rien modifié au gameplay original - pour tout dire, il n’a pas modifié grand chose tout court.

Le retour du héros bondissant

Si vous pensiez vous être débarrassé de la Ligue du Mal dans l’épisode précédent, j’ai une mauvaise nouvelle : elle sévit de nouveau ! Et une fois de plus, elle compte sur ses scientifiques véreux pour menacer la paix du globe. Il va falloir renfiler le costume de super-agent et mettre fin aux exactions de cette ligue damnée, auprès de laquelle la Ligue 1 de foot ressemble àune chorale d’enfants sages.

 

League of Evil 2 reprend en tous points les éléments qui ont fait le succès de son prédécesseur. Chaque chapitre (il y en 5 en tout) compte ainsi 20 niveaux par tête de pipe, dont les traversées iront de « très court » àun « pas très long » ! Mais les péripéties, obstacles et pièges seront légion et le jeu offrira sa dose de frustration et d’énervement… jusqu’àce que le joueur apprenne les moindres recoins des tableaux et en empruntent les passages décisifs.

Chaque niveau comprend un but principal, àsavoir exploser la tronche du scientifique en blouse blanche, et une quête secondaire qui est de récupérer une mallette. Oui, c’est exactement le décalque du premier opus ! Et ces fichues mallettes optionnelles sont sacrément difficiles àdébusquer. En soi, on peut estimer que si l’on souhaite compléter totalement le jeu (choper toutes les valises), la durée de vie est doublée. Et c’est pire encore si le joueur souhaite claquer les trois étoiles par niveau !

Bref, au niveau durée de vie et potentiel de rejouabilité, League of Evil 2 se pose là… Il est cependant vrai qu’àmoins d’être salement masochiste, on laissera derrière nous certains tableaux tellement écoeurants qu’on n’éprouvera pas forcément l’envie de s’y recoller encore et encore.
Il aurait été d’ailleurs bon que le studio propose un joker qui aurait permis aux plus casual de passer un niveau jugé trop difficile. À noter toutefois, la présence de deux modes de difficulté, Normal et Facile.

 

Autant qu’on s’en souvienne, les mouvements du héros sont identiques d’un jeu àl’autre : ainsi, note combattant pourra courir, sauter, double-sauter, s’accrocher et sauter aux murs, et filer des coups de poing et de latte, ce qui dans ces derniers cas occasionnent de saines et réjouissantes explosions de viscères (une option débrayable dans le menu du jeu). Pas beaucoup de nouveautés donc, si ce n’est la possibilité de débloquer des costumes qui ne changent rien au coeur du gameplay. Toutefois, c’est sympa d’y avoir pensé et on imagine assez aisément que d’autres costumes viendront se rajouter dans la garde-robe au fil de futures mises àjour.

Les ennemis et pièges, qui ont tous un comportement bien défini àmémoriser, sont variés mais il faut bien avouer qu’ils n’ont rien de très originaux non plus. On retrouve ainsi les classiques marteaux tourneurs, les piques, les portes piégées ou encore les gardiens. On n’oubliera pas de saluer le retour du Leaper et sa redoutable double épée-laser !

La grande nouveauté finalement de League of Evil 2 réside surtout dans sa réalisation graphique : on passe ainsi de l’aspect 8 bits de l’original qui avait fait une grande partie de son succès, àun style cartoon beaucoup plus standardisé (on se croirait presque dans Mega Man X…), joli aussi, mais avec certainement moins de personnalité. Il faut dire aussi que LoE 2 a un lourd héritage àporter et qu’il fallait bien que le studio tente quelque chose de neuf…

On regrettera simplement que cet effort de différenciation ait porté sur les graphismes et non pas sur le gameplay ou les péripéties, car en l’état le jeu aurait tout aussi bien pu n’être qu’une mise àjour du premier épisode. Alors certes, pour le prix demandé (0,79 euro pour le lancement, ce devrait être ensuite 2,39 euros), LoE 2 offre son comptant de durée de vie et il faut bien avouer que pour être salement balaise, le jeu est aussi très amusant. Au final, on se trouve plutôt devant un League of Evil 1.5 plutôt qu’un réel deuxième épisode.
Notons également le support d’iCloud qui permet de synchroniser la progression sur ses différents iBidules.

La bande-son n’a elle rien de particulièrement mémorable, et elle est àpeine épaulée par des bruitages manquant un peu de relief. Petite déception de ce côté… Game Center apporte sa liste de 16 trophées àdécrocher ainsi que des classements par chapitre.

Pour conclure

League of Evil 2 n’apporte pratiquement rien àson prédécesseur. On y retrouve l’enfilade de courts niveaux tous plus difficiles les uns que les autres, une ergonomie identique, des ennemis copiés/collés… les vrais changements sont surtout d’ordre cosmétique : des costumes pour le héros, un style cartoon qui tranche avec le 8 bits du précédent volet. Tout cela est un rien décevant, mais le jeu en lui-même est suffisamment solide, entraînant et amusant pour qu’on y succombe une seconde fois ! Mais on sera sans doute un peu moins indulgent la prochaine fois…

- League of Evil 2

+ Toujours aussi balaise
+ Un petit côté gore sympa
+ Une certaine personnalité

- C’est toujours un peu la même chose
- Le charme du premier s’est envolé
- Pas beaucoup de nouveautés

Version de test : 1.0
Machine de test : iPhone 4, iPad 2
Niveau d’anglais requis : boaf
Poids : 53,9 Mo
Affiliation réseau : Game Center

 

Note FunTouch.net : 7/10

Télécharger ce jeu

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page