The Simpsons Tapped Out :
d’oh ou pas d’oh ?

Par iMike le 5 mars 2012 à 18h05

The Simpsons Tapped Out : d'oh ou pas d'oh ?

Electronic Arts va t-il signer le meilleur jeu tiré de l'univers des Simpsons avec ce Tapped Out ? On n'en est pas loin.
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Sur notre plateforme, la folle famille des Simpsons avait déjàeu droit àune première incarnation vidéo-ludique, avec un jeu d’action type beat’em up. Pas franchement folichon, ce premier titre, déjàédité par Electronic Arts, n’a pas vraiment marqué les esprits. En ira t-il de même avec The Simpsons : Tapped Out ?

Pour la deuxième virée des Simpsons sur iOS, Electronic Arts n’a pas pris de risque - et partant, a sans doute fait làle meilleur choix possible pour contenter àla fois les fans du dessin animé, tout comme les joueurs les plus casual : Tapped Out est en effet un décalque de FarmVille et consorts, soit un jeu freemium consistant àbâtir, ou plutôt rebâtir, Springfield !

Tou tou tou toutou tou toutoutoutoutou

Le jeu démarre par un gag : on retrouve Homer en train de jouer àun clone de FarmVille sur son myPad. Absorbé par le jeu, il en oublie de gérer la catastrophe nucléaire qui menace… et qui finit par emporter Springfield ! Conscient de son inconséquence (cela lui arrive parfois), notre héros entreprend dès lors de reconstruire la ville.

Sans grande surprise, The Simpsons : Tapped Out ressemble àgrands traits aux habituels jeux freemium. Le gameplay est bien connu : on y construit des habitations, on accède aux désirs des habitants de plus en plus nombreux, on décore les environs àsa main… et surtout, on poireaute. Car comme dans tout bon freemium qui se respecte, ce titre nécessitera soit de la patience (la construction d’une maison peut prendre 24h…), soit de l’argent !

La « monnaie » du jeu est le donut (clin d’oeil au talon d’Achille d’Homer). Celui-ci permet d’accélérer l’érection d’un bâtiment ou l’accomplissement d’une tâche, mais évidemment, il n’a rien de gratuit. Si le titre en offre parfois au fil de sa progression, le joueur devra mettre la main àla poche en poussant les portes de la boutique de micro-paiement. Et l’astuce qui consiste à« accélérer » le temps en jouant des préférences Date et heure de l’iBidule n’y changera rien !

Le jeu s’écoule ainsi sans véritable autre challenge que d’étendre et de créer une Springfield àsa main. Histoire de briser la monotonie, il sera possible de jeter un oeil sur les villes de ses amis, mais aussi dans une Springfield « alternative », où une fois par jour l’on pourra récupérer argent et XP.
À chaque tâche dà»ment accomplie, le joueur gagnera en effet des points d’XP qui viendront alimenter une jauge. Chaque franchissement de niveau signifiera de nouveaux bâtiments et décos ! Petite nouveauté par-rapport aux jeux du même genre, il faudra débloquer tous les personnages de la série, regroupés par catégories. Le fait de venir jouer tous les jours permet également de remporter un prix, souvent de l’argent mais aussi des donuts.

Cependant, làoù on n’en aurait pas fait tout un plat (ni même un test, avouons-le), The Simpsons : Tapped Out bénéficie àfond de sa franchise. Ainsi, c’est un plaisir que de retrouver nos personnages préférés qui bénéficient tous non seulement d’une animation irréprochable (leurs différentes mimiques sont impayables !). Les graphismes sont évidemment tout droit tirés du dessin animé, ainsi que les nombreuses voix. Les « missions » sont toutes originales et adaptées au protagoniste : nourrir les octuplés d’Apu, se donner en spectacle pour Krusty… Le fan service est véritablement au coeur du jeu, avec de multiples clins d’oeil !
Par contre, le jeu ne propose que les voix américaines, et il n’est pas localisé en français.

The Simpsons Tapped Out sera t-il le premier building city game en freemium recommandable ? Pas sà»r, Electronic Arts n’a pas assuré au niveau des serveurs…

En revanche, le jeu souffre de quelques petits soucis, en particulier au niveau de l’ergonomie : il est parfois difficile de sélectionner le bâtiment ou l’élément que l’on souhaite déplacer.

D’abord apparu sur l’AppStore canadien, le jeu a été récemment lancé aux États-Unis… et depuis, les serveurs sont complètement saturés ! Il est ainsi pratiquement impossible de lancer une partie malgré les notifications (ponctuées d’invitations très sonores de Homer !) qui appellent àrevenir dans le jeu. On adorerait… mais on ne peut point ! EA n’a jamais été fort en matière de gestion de serveurs, mais depuis la cagade de Battlefield 3 Aftershock, c’est de pire en pire. Il va falloir investir… En attendant, le jeu a complètement disparu des rayonnages, peu importe la nationalité de la boutique.

Quant àl’inclusion d’Origin, le réseau joueur d’Electronic Arts, il ne sert pas àgrand chose comme d’habitude.

Pour conclure

The Simpsons : Tapped Out resemble àn’importe quell building city game bêtement freemium. Mais il bénéficie àplein de sa licence, àtel point qu’on est presque tenté de claquer quelques dollars dans la boutique pour accélérer la construction de telle ou telle maison ! Le contrat est rempli àce niveau pour sà»r, et Electronic Arts n’a pas oublié de truffer le jeu de références désopilantes àla série.
Maintenant, il faut impérativement que l’éditeur monte en gamme au niveau de ses serveurs car il est véritablement insupportable de poireauter des minutes entières en espérant pouvoir rejoindre « sa » Springfield…

- The Simpsons : Tapped Out

+ Excellente utilisation de l’univers des Simpsons
+ Beaucoup d’humour
+ Donne envie de claquer des sous

- Uniquement en anglais
- Serveurs impraticables
- Une ergonomie parfois difficile

Version de test : 1.0.0
Machine de test : iPhone 4, iPad 2
Niveau d’anglais requis : pas inutile
Poids : 13 Mo
Affiliation réseau : Origin (d’oh !)

 

Note FunTouch.net : 7/10

Télécharger ce jeu

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page