Brandnew Boy :
il n’y a pas plus neuf

Par Nmacipad le 28 mars 2012 à 17h41

Brandnew Boy : il n'y a pas plus neuf

Le problème (ou l'avantage ?) avec l'AppStore, c'est qu'il y a trop d'applications qui sortent chaque semaine. Heureusement, nous n'avons pas loupé Brandnew Boy ! C'est peut être votre cas ? Vous êtes chanceux, FunTouch a décortiqué le jeu rien que pour vous dans un test tout neuf !
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Dur de se faire une place sur l’AppStore face àdes concurrents plus coriaces les uns que les autres. C’est justement ce que le studio Oozoo veut faire comprendre aux joueurs d’iBidules : qu’il a sa place et qu’il la mérite ! La première production du jeune studio coréen Brandnew Boy n’a pas àrougir, bien au contraire : les développeurs ont réussi àinsuffler un vent de fraîcheur àun genre pourtant en perdition : le beat’em all.

Ce « tout nouveau garçon » en met plein la vue avec des graphismes stylés cell-shading et tournant sous le même moteur graphique qu’Infinity Blade : l’Unreal Engine 3. Mais pourquoi est-il différent des autres jeux du même genre ? La réponse est simple : il n’y ni virtual pad, ni de boutons d’action. On vous voit déjàvenir, comment joue-t-on ? En rythme pardi ! Malheureusement, ce dernier est parfois cassé, soit par des soucis de stabilité, soit par le système d’aptitudes mal pensé. Mais qu’on se le dise : Brandnew Boy n’usurpe pas son nom, c’est un tout nouveau genre de jeu action/rythme, et ça c’est seulement sur iBidules.

Le jeu fait honneur aux iBidules

On a envie de dire : « Oui Angry Birds est un phénomène », mais quand on sait ce qu’embarque un iDevice, on veut des jeux dignes de la machine. Brandnew Boy est une vitrine niveau artistique, le cell shading y est sà»rement pour quelque chose mais c’est bien la première fois (ou la deuxième si on compte Infinity Blade) qu’on prend le temps d’admirer les décors comme le character design des personnages et créatures àvaincre.

Le jeu opte pour un style graphique qui fait beaucoup penser aux animés et aux mangas japonais. Pour les puristes (ou otakus), on peut dire que le jeu se rapproche beaucoup de l’animé Soul Eater ou encore One Piece, ce qui fait plaisir àvoir. Grande prise de risque qu’a pris làle studio, sachant que le cell shading n’est pas très apprécié des joueurs… mais en tout cas le défi est relevé, et avec brio.
Menus de sélection comme sessions de jeu, le style artistique àl’asiatique est bien présent et c’est une première en 3D. Vous combattrez donc des « messieurs Patate » et des samouraïs venus rien que pour vous stopper dans votre quête : celle de retrouver votre mémoire, un classique.

Ce qui fait la force d’un manga c’est certainement son scénario, ici il ne faudra pas trop rêver tellement celui-ci est alambiqué. Une histoire mal construite, plus de l’anglais : pour un joueur français ça ne fait pas bon ménage. Le jeu possède quelques cut-scenes pour essayer de captiver l’utilisateur, mais c’est tellement incompréhensible (même l’anglais en lui-même est bourré de fautes) qu’il nous est impossible de résister àl’envie de sauter les scènes de dialogues et passer directement au jeu.

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page