Paradise Monkeys : l’enfer des doigts

Par iMike le 21 janvier 2010 à 12h05

Paradise Monkeys : l'enfer des doigts

Taper sur des singes n'a rien de bien folichon au premier abord, mais quand c'est pour sauver les bananes de l'île aux primates et in fine, le bien être des autochtones, alors on veut bien, surtout quand c'est bien relevé.
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Paradise Monkeys n’est pas tout jeune (le jeu est sorti en novembre dernier), mais il mérite tout de même qu’on en cause sur FunTouch, car il se révèle rapidement comme un challenge assez corsé et nerveux !

Mais commençons par le commencement, voulez-vous : le singe Dracula a volé toutes les bananes de l’île. Un vrai scandale auquel il va falloir mettre fin, et plus vite que ça ! Pour parvenir jusqu’au big boss, il faudra toutefois en passer par les 45 niveaux du jeu, séparés en 9 zones elles mêmes protégées par des boss.
Et pour franchir ces niveaux, il faudra tapoter des singes en veux-tu en voilà !

Paradise Monkeys est donc un tap-to-shoot dans la plus pure tradition du genre, façon chamboule-tout plutôt que Wild West Guns, le titre-étalon de Gameloft. Le jeu ménage toutefois suffisamment de surprises et de bonus pour qu’on soit toujours tenté de passer au niveau suivant.

Ainsi, certains singes ficheront le camp suite àune tape, mais d’autres se montreront plus coriaces (deux tapes), porteurs de pièces d’or, ou bien encore àne pas tapoter du tout sous risque de perdre un coeur.
Ces pièces d’or seront àdépenser dans le magasin local, qui propose des coeurs supplémentaires, des bagues, et deux mini-jeux, que j’avoue ne pas avoir réussi àdébloquer, car le jeu se révèle assez balaise.

Malgré une mise àjour 1.3 qui a abaissé le niveau de difficulté, ce Paradise Monkeys n’est clairement pas destiné àceux qui ne sont pas doués de leurs doigts. Il faudra en effet non seulement aller vite et faire attention àne pas tapoter de « mauvais » singes, mais très rapidement, il sera nécessaire d’y aller avec plusieurs doigts !
Et c’est làque ça se complique puisqu’àdeux doigts, on multiplie les risques de mal tapoter, ce qui provoque inéluctablement la fin du jeu.

Cette difficulté (présente dès les premiers niveaux) a certainement été mal évaluée par Vetasoft, résultat le jeu est clairement destiné aux vrais pros du tap-to-shoot qui savent utiliser les deux hémisphères de leur cerveau !
Pour les autres, ce sera plus long mais je vous rassure, il n’y a làrien d’impossible pour peu qu’on se donne àfond.

Techniquement parlant, le jeu n’est pas particulièrement complexe donc on ne ressent aucuns ralentissements, et on apprécie le design général très cartoon des décors et des personnages. Les mimiques des singes sont réussis et on a l’impression qu’ils apprécient de se faire tapoter !

Pour conclure

Paradise Monkeys n’est certainement pas le jeu du siècle, mais il affiche suffisamment d’atouts pour plaire àtous ceux qui n’ont pas peur des vrais challenges !

À cet égard, on peut regretter l’absence de mode multi (on imagine tout àfait un jeu àdeux en Bluetooth) ou la possibilité d’afficher son score en ligne. Pour 1,59 euro, les fans du genre trouveront un jeu àleur niveau.

Paradise Monkeys

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page