The Amazing Spider-Man :
le test se fait une toile

Par iMike le 2 juillet 2012 à 18h33

The Amazing Spider-Man : le test se fait une toile

L'adaptation de Spider-Man en jeu iOS est-elle « amazing » ? Gameloft est à la manoeuvre pour ce deuxième inspiré des aventures du Tisseur.
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Le premier jeu Gameloft tiré de sa fructueuse licence Spider-Man se résumait àun bon jeu bien bourrin, largement inspiré des comics et non pas de la trilogie des films de Sam Raimi. L’éditeur remet cette fois le couvert avec un nouveau titre, cette fois en lien avec le remake au cinéma en ligne de mire.

Un jour àNew York avec toi

The Amazing Spider-Man reprend grosso-modo les mêmes mécanismes que son prédécesseur sorti en 2010 : on est làpour taper du méchant ; mais le titre s’offre en plus un aspect exploration au sein d’une immense New York plus ou moins fidèlement reproduite. On passe beaucoup de temps àvirevolter entre les buildings, d’abord pour le pur plaisir de se balader en toute liberté qui rappelle les tentatives de GTA-like de Gameloft (Gangstar).

Si le jeu suit une trame principale semble t-il calquée sur le scénario du film, New York est décidément une ville bien dangereuse où les bandits pullulent. C’est pourquoi des missions annexes attendront l’ami Spidey, consistant la plupart du temps àarrêter des hordes de gangsters àla petite semaine ou àtransporter des blessés d’un point àun autre. Ça n’est pas particulièrement palpitant convenons-en, mais ces missions permettront de briser la monotonie, inévitable, qui finit par surgir entre deux immeubles.

JPEG - 617.5 ko

Si ces quêtes annexes nécessiteront de se diriger vers les lieux où elles se déroulent, les missions principales pourront être atteintes immédiatement depuis la carte de Manhattan. Chacun des objectifs est introduit par une cinématique qui fait honneur àla réputation de Gameloft dans ce domaine : extrêmement mal doublée (les dialogues sont risibles même aux oreilles d’un francophone, c’est dire) et graphiquement très pauvre. Heureusement que Spidey a un masque, ce qui a évité aux àl’éditeur d’animer la bouche de notre tisseur - les autres protagonistes resteront eux bouche fermée devant tant de nullité. Bref, voilàqui n’incline pas àune bonne immersion, mais c’est un détail.

Les missions consistent la plupart du temps àcombattre des marlous (de la bande des « Radicaux Libres », espérons qu’elle ne s’appellera pas comme cela dans le film…), àprotéger des innocents, ou batailler contre le Lézard, le grand méchant du blockbuster.

Toutes ces missions et ces quêtes annexes permettent de remporter des « araignées », qui sont en quelque sorte la monnaie du jeu. Cet argent pourra être dépensé dans une boutique afin d’acheter des potions d’HP ou une invincibilité temporaire. Évidemment, si on se retrouve àcourt d’araignée, il est possible d’en acheter avec du vrai argent provenant de votre vrai compte en banque (celui dans le rouge), mais pas de panique, il suffit de dégommer du malfrat de temps àautre pour en récupérer… ou accomplir des défis, un peu de la même façon que dans Jetpack Joyride.
Ces challenges peuvent par exemple être de se balancer sur sa toile pendant 15 secondes, d’atteindre une certaine hauteur… Bref, de faire le kéké en ville. Le nombre de défis étant assez limité, les mêmes reviendront assez souvent, mais ils rajoutent encore aux activités offertes par le jeu.

Les missions accomplies permettent également d’augmenter son niveau d’XP ; àchaque franchissement d’un niveau, il est possible d’améliorer les capacités du tisseur, que ce soit en baston, en saut, en résistance de toile, etc. Gameloft a mis au point un arbre de compétences digne d’un jeu de rôle standard, ce qui est sans doute un peu too much pour un jeu d’action comme Spider-Man. De plus, on ne voit guère les différences après l’achat d’une amélioration de capacité. Néanmoins, cela reste bien vu mais perfectible.

JPEG - 869.9 ko

Les balades dans les airs sont bien fun, mais quand vient le moment de montrer ses muscles, le jeu souffre d’une trop grande simplification : les combats se résument àécraser le bouton de frappe sans nuance. Spidey claque des combos fort impressionnants àl’écran, mais le joueur n’aura pas l’impression que c’est lui qui les déclenchent. Il est possible de balancer des super-coups (en maintenant enfoncé le bouton d’action), de combiner jet de toile/baffe, et de se protéger, mais bien souvent le jeu semble s’auto-gérer seul. Une sensation plutôt étrange et frustrante car les combats représentent la majorité des missions.

Au niveau de la réalisation, on a déjàdit tout le mal qu’on pensait du doublage et de certaines facilités utilisées par Gameloft dans les cinématiques. Graphiquement parlant, le jeu reste néanmoins d’une bonne qualité, ce d’autant plus que l’environnement est complètement ouvert et que la possibilité d’escalader les murs et d’explorer les toits des buildings ont certainement nécessité beaucoup de travail de la part des développeurs. Sans compter la vie qui s’ébroue dans les rues : passants et voitures sont présents, bien qu’il semble que le jeu doit se dérouler en plein mois d’aoà»t car New York est plus animée normalement ! Saluons néanmoins l’effort.

Étrangement, la ville semble comme passée dans un filtre pastel, ses couleurs apparaissent comme « délavées ». Cela donne certes un genre intéressant. On note aussi les habituels problèmes de clipping (moins présents que dans Gangstar cependant) et une gestion des collisions parfois hasardeuse.

Vidéo du test de The Amazing Spider-Man

Pour conclure

On ne peut pas dire que Gameloft n’a pas fait d’effort pour cette adaptation : The Amazing Spider-Man offre en effet d’explorer en toute liberté New York au bout de sa toile, avec un Tisseur facétieux et très bon cascadeur. Quand vient le moment de passer àl’action, le constat est plus mitigé car le gameplay se résume àtapoter sur un bouton en espérant ne pas se prendre trop de coups. Graphiquement intéressant même s’il persiste des soucis de techniques, le jeu ne se moque pas des fans de l’homme-araignée.

- Universel

+ Une balade en liberté dans New York
+ Impressionnantes cascades en plein vol
+ Nombreuses activités proposées

- Combats sans nuance
- Une ville délavée
- Gestion des collisions parfois aléatoires
- Quel mauvais doublage voix

Version de test : 1.0.0
Machine de test : iPad 2, iPhone 4
Niveau d’anglais requis : localisé
Poids : 694 Mo
Affiliation réseau : nib’

 

Note FunTouch.net : 7/10

Télécharger ce jeu

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page