Test de Amazing Alex :
sympa, pas épatant

Par iMike le 13 juillet 2012 à 08h05

Test de Amazing Alex : sympa, pas épatant

Quelle lourde tâche d'être le jeu qui succède au carton d'Angry Birds ! Rovio a choisi à la fois la prudence (en reprenant un système basé sur la gestion de la physique) et l'originalité. Le cocktail est-il goà »tu ? Réponse dans ce test.
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A
JPEG - 827.8 ko

Le poids sur les épaules d’Amazing Alex est énorme : comment succéder au monstrueux succès inter-galactique d’Angry Birds ? La mission était impossible, et àl’impossible, nul n’est tenu. C’est pourquoi Rovio a joué assez intelligemment sur deux tableaux : conserver les acquis d’Angry Birds tout en développant un nouveau concept, en sachant que les fans des piafs en colère seront de toutes façons déçus.

Angry Alex

Amazing Alex est un gamin blond àl’imagination débordante. Il n’aime rien tant que d’imaginer les constructions et les mécanismes les plus improbables àpartir d’objets de tous les jours. Son but : créer des réactions en chaîne pour faire tomber une balle dans un panier ou des cartons àun endroit donné. Le joueur doit donner un petit coup de main àAlex en positionnant des items aux endroits les plus appropriés… plus facile àdire qu’àfaire.

Le jeu reprend stricto sensu le gameplay de The Incredible Machine ou de Casey’s Contraptions (dont il est d’ailleurs le remake avoué). Il nécessite une bonne dose de jugeote, ainsi qu’une bonne gestion des lois de la physique - un héritage d’Angry Birds. Le but de chaque tableau est clairement indiqué par une grosse flèche, tandis que le ou les objets qui feront le grand voyage sont entourés de rouge, du moins dans les premiers niveaux : il faudra ensuite de débrouiller pour comprendre où veut en venir le jeu - le point le plus important restant qu’il faut récupérer toutes les étoiles qui traînent dans chaque tableau.

JPEG - 722.8 ko

Les premiers niveaux sont d’une facilité confondante, le jeu allant même jusqu’àsurligneur àgros traits l’endroit où positionner les objets. Mais assez vite, le challenge prend toute sa place, surtout si l’on souhaite claquer les trois étoiles sanctionnant les meilleures mécanismes (une marque de fabrique de Rovio) !

Les items sont de toute nature : on trouve des ballons, des étagères, des tuyaux, des poulies… Le joueur pourra appliquer une rotation sur la plupart des objets proposés, disponibles en bas de l’écran. Il suffit simplement de les glisser/déposer sur le tableau de jeu, puis une fois qu’on estime être dans le vrai, un tapotage sur le bouton Play permettra de savoir si on a eu raison de placer cette échelle àcet endroit…

Amazing Alex est plutôt fun même si son fond de commerce est assez classique - on en a vu passer quelques uns des jeux du même genre. Rovio y a apporte heureusement sa patte, notamment au niveau des graphismes très agréables, la réalisation étant de plus teintée d’un léger trait d’humour donnant envie de passer au niveau suivant.
Le jeu est très différent d’Angry Birds de par son gameplay certes, mais également par le fait qu’il nécessite un temps de réflexion pour trouver le meilleur mécanisme. L’action est moins trépidante, mais on y gagne question logique et jus de cerveau qui chauffe.

Le titre comporte 100 niveaux répartis entre 4 univers (la chambre, la classe, etc.) Cette masse occupera déjàun petit moment, surtout si l’on veut claquer le score maximal de trois étoiles, mais ça n’est pas tout : un éditeur de niveaux est inclus ! Le catalogue d’objets disponible s’enrichit au fur et àmesure que l’on termine les différents chapitres, ce qui permet de concocter des tableaux de plus en plus complexes.

Rovio prévient dès la page d’accueil : le studio se garde le droit d’utiliser, de publier et de modifier les niveaux créés. Le fruit de votre dur labeur risque donc d’être réutilisé sans autre forme de procès… Voilàun risque àprendre ! Pour le reste, la création d’un niveau est fort simple et elle ressemble au jeu en lui-même : on créé par glisser/déposer l’énigme au complet, puis une fois celle-ci validée il faut escamoter certains des objets. Il est ensuite possible de partager le niveau avec un ami, ou de l’envoyer sur le serveur de Rovio.
Ceux qui n’ont pas la fibre créatrice pourront allègrement piocher dans la base de données du jeu pour télécharger depuis Safari les niveaux créés par d’autres. Rovio mettre en avant certains d’entre-eux. Il est cependant dommage qu’on ne puisse pas noter la qualité des tableaux ce qui permettrait de développer le classement des meilleurs niveaux.

Vidéo du test d’Amazing Alex

Pour conclure

Amazing Alex n’a pas la force de l’évidence d’Angry Birds ni son potentiel d’attachement (aucun équivalent aux cochons verts, par exemple), mais pris àpart et débarrassé de son encombrante filiation, nous sommes en présence d’un bon jeu, aussi complet que possible et doté d’un éditeur de niveaux efficace qui va en multiplier la durée de vie. On voit mal ce que l’on pourrait reprocher àAmazing Alex, si ce n’est cette tenace impression de déjà-vu.

- [Amazing Alex->http://itunes.apple.com/ca/app/id52...

+ Un univers sympa
+ Gameplay solide et appliqué
+ Éditeur de niveaux et durée de vie

- Pas facile de suivre après Angry Birds
- Une impression de déjà-joué
- Des bogues avec Game Center

Version de test : 1.0.1
Machine de test : iPhone 4, iPad 2
Niveau d’anglais requis : localisé
Poids : 19,8 Mo (iPhone), 35,1 Mo (iPad)
Affiliation réseau : Game Center

 

Note FunTouch.net : 7/10

Télécharger ce jeu

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page