Test de The Dark Knight Rises

Par iMike le 24 juillet 2012 à 08h05

Test de The Dark Knight Rises

The Dark Knight Rises méritait un jeu à la hauteur du film. Gameloft s'est collé à l'adaptation du long métrage avec en ligne de mire Spider-Man - résultat, les deux jeux se ressemblent comme deux gouttes d'eau, en bien, comme en mal.
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A
JPEG - 856.4 ko

Incarner Batman, ça doit être cool. Imaginez : le jour, vous voilàplayboy avec au bras les plus belles femmes de la planète ; la nuit, on tape sur les méchants qui pullulent dans la bonne ville de Gotham. Malheureusement, The Dark Knight Rises ne propose que la deuxième partie. En même temps, vous vous voyiez taper sur les plus belles femmes de la planète ?

L’homme chauve souris t-il ?

Ça pourrait certes être fun, mais cette adaptation du dernier volet de la trilogie Batman signée Gameloft n’offre que de combattre le crime et déjouer le complet ourdi par l’ignoble (et très musculeux) Bane. Le jeu se déroule dans une Gotham sous la pluie ou sous la nuit (ou les deux), comme il convient dans tout bon Batman qui se respecte, le tout dans un scénario inspiré du film - ce qui ne signifie pas nécessairement adapté strico-sensu, ce qui n’est pas un mal car le long-métrage, aussi bon soit-il, ne propose que peu de scènes d’action àproprement parler.

Le joueur se retrouve donc engoncé dans le célèbre costume de chauve-souris alter ego de Bruce Wayne, 8 ans après les événements de The Dark Knight. Évidemment, notre homme est un rien rouillé, alors il va falloir réapprendre les gestes qui sauvent : c’est làque débute , assez intelligemment, le tutoriel. Qu’on se rassure, les commandes sont très simples àprendre en main, Gameloft étant passé maître dans ce domaine.

Batman a en sa possession une batterie de gadgets : un pistolet-grappin incroyablement pratique qui lui permet de s’accrocher àn’importe quel point de la ville ; des ailes pour planer et atterrir en douceur d’une façon assez efficace ; ses fameux batarangs pour tirer àdistance sur les méchants ; et parfois, il pourra utiliser certains de ses fameux véhicules, àsavoir la moto Bat-Pod et la batmobile volante, le Bat.

Au niveau de l’ergonomie, il n’y a pas vraiment grand chose àdire puisque tout roule sans trop de souci. Le gros point noir, ce sont les combats qui donnent lieu àun méchant concours d’écrasé de bouton plutôt qu’àune tactique finement élaboré. Certes, il y a bien moyen de de se protéger en effectuant de graciles roulades ou encore d’opérer des prises spéciales, mais la plupart du temps on se contentera de bourriner comme un âne. Les batarangs (attention, ces munitions sont limitées et plutôt onéreuses) et le grappin pourront se montrer utiles comme armes longue distance ; àne pas négliger. Il est également possible de tomber du ciel sur un groupe de minions en leur balançant sur le coin de la tronche une grosse attaque du genre qui fait mal.

JPEG - 935.1 ko

Cependant, il faut bien avouer que la subtilité est réduite àzéro, même si les bastons sont la plupart du temps assez spectaculaires. On a du coup le temps d’en profiter puisque la seule action qui vaille est de tapoter sans cesse sans s’occuper du reste.
Cependant, il faut bien avouer qu’au bout de la cinquantième bat-cascade, le tout s’avère répétitif, àtel point qu’on ne demanderait qu’une chose : être débarrassé de ces séquences de baston. Dommage car la profondeur du jeu en prend un sacré coup sur la caboche ; c’est d’autant plus ballot qu’on sait pertinemment que Gameloft sait proposer des ergonomies plus riches et mieux pensées (Hero of Sparta 2, par exemple).

Il serait malhonnête de comparer ce Batman àArkham City : après tout, les joueurs iOS ainsi que les développeurs doivent encore composer avec des contrôles tactiles, et Gameloft n’est pas encore le studio Rocksteady (hélas). En revanche, s’il est un jeu que l’on peut aisément comparer avec ce Dark Knight, c’est bien The Incredible Spider-Man : pour tout dire, les deux titres (sortis chez le même éditeur) semblent sortis du même moule.

Dans l’un comme dans l’autre jeu, le joueur pourra se balader en liberté dans les villes respectives de ses super-slips préférés. Le scénario principal est entrecoupé de missions annexes àréaliser (ou pas), mais ces dernières se montreront bien utiles pour faire le plein de crédits et acheter de nouvelles compétences et capacités. La boutique du jeu est pleine d’items àacheter et àaméliorer, un peu comme dans Spider-Man, mais ici l’arbre de compétences semble àla fois moins fourni (ce qui est un bon point) et plus fonctionnel, car les effets des améliorations se font sentir rapidement.
À noter que les véhicules et certaines compétences ne seront disponibles que parvenu àun certain niveau d’XP. Pour ceux qui ont un poil dans la main, Gameloft propose une boutique de micro-paiements mais hé, il suffit de quelques bastons dans les bas-fonds de Gotham pour faire le plein.

Au niveau de la réalisation, autant on a pu trouver le New York de Spider-Man un peu effacé avec ses couleurs pastel, autant Gotham est sombre, pluvieuse et malsaine, comme dans les films. Du coup, on s’y croirait presque, une impression encore renforcée par l’iconisation àoutrance de l’homme chauve-souris qui ne perd pas un instant pour se placer dans des positions avantageuses. Un régal encore renforcé par l’excellente qualité graphique globale, même si parfois la caméra a des petits problèmes de positionnement (un classique chez Gameloft).

On craignait beaucoup pour le doublage voix, catastrophique sur Spider-Man, mais bonne surprise, ça n’est pas si mal pour ce Chevalier Noir. Certes, il ne s’agit hélas pas des voix des acteurs de la saga cinématographique, mais les doubleurs réussissent àdonner le change, ce qui est une heureuse surprise. La bande-son est plus discrète, mais on appréciera les quelques envolées durant les cinématiques (pas trop ridicules cette fois, même si les personnages ne savent toujours pas ouvrir la bouche lorsqu’ils parlent).

Vidéo du test de The Dark Knight Rises

Pour conclure

Sans surprise, The Dark Knight Rises est le frère jumeau (et sombre) de The Amazing Spider-Man. Les deux jeux partagent le même moteur, un gameplay identique ou presque, et les mêmes carences - en particulier ces combats répétitifs au possible. Batman a cependant pour lui de se dérouler dans une Gotham baignée dans la noirceur et de laisser au vestiaire l’humour un peu crétin de l’homme araignée. Même jeu, même note : la logique s’impose donc.

Attention, le jeu n’est pas encore disponible sur l’AppStore français

- Universel

+ Gotham convaincante
+ Batman iconique àmort
+ Jouabilité simple
+ Scénario pas trop stupide
+ Excellente réalisation

- Bastons répétitives
- Ergonomie simpliste

Version de test : 1.0.0
Machine de test : iPhone 4, iPad 2
Niveau d’anglais requis : sous-titré en français
Poids : 819 Mo
Affiliation réseau : des clous

 

Note FunTouch.net : 7/10

Télécharger ce jeu

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page