Denizen : jeu de tir zen (un peu trop)

Par iMike le 12 mars 2010 à 12h05

Denizen : jeu de tir zen (un peu trop)

Denizen est une drôle d'expérience. Situé à mi-chemin entre le jeu de tir en 3D et un jeu zen, il mélange les genres sans jamais vraiment trouver son chemin… Ça valait donc le coup de le tester !
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Empruntant pas mal d’éléments de gameplay àSpace Harrier II ou àRez, ce titre édité par Sega en 2001, Denizen ajoute également une couche d’ambiance zen mâtiné de psychédélisme façon séquence allumé du film « 2001 »â€¦ Pas désagréable en soi, le jeu, développé par le studio français Sprimp, a un peu de mal àchoisir son camp.

JPEG - 101.2 ko

Aux commandes de Xio, un robot volant, le joueur devra libérer le Domain des logiciels nocifs qui l’ont infiltré. Pour ce faire, il faudra traverser les 15 niveaux de ce monde étrange…

Un robot qui tire

Le héros du jeu se manipule àl’aide d’un joypad virtuel, qui répond plutôt bien aux sollicitations du joueur. Xio avance seul et àson rythme, il ne sera pas possible d’accélérer ou de ralentir, mais enfin ça n’est pas vraiment un problème dans Denizen.

JPEG - 111.8 ko

Niveau arsenal, notre robot dispose d’un tir simple en tapotant directement les ennemis, et de deux bombes qui d’un signe vertical du doigt, permettent d’occire tous les adversaires d’un coup. Des combos rémunérateurs se déclencheront dès qu’on détruira plusieurs ennemis d’un coup, en posant deux doigts sur l’écran par exemple.
Au rayon des power-up, c’est un peu la portion congrue, avec des séries de diamants àne pas manquer qui permettront de faire grimper le score, tandis qu’un passage dans des portes restaureront le bouclier de Xio.

JPEG - 109.4 ko

Le gameplay n’est pas désagréable, même si ça manque cruellement de nerf et de vigueur. Les boss de fins de niveaux offrent une difficulté supplémentaire, mais enfin le jeu reste assez facile dans l’ensemble. On regrette le fait que la course de Xio se déroule uniquement en avant, il aurait été peut-être bon de proposer des virages histoire d’éprouver l’habileté du joueur. Mais le plaisir de jouer n’est sans doute pas le côté le plus important de Denizen.

Un robot qui plane

Car c’est surtout la réalisation qui prime dans le jeu ! L’univers du Domain se compose en effet de décors éthérés apparaissant et disparaissant au rythme d’une musique planante, le tout faisant penser àun économiseur d’écran : c’est zen et reposant, pour sà»r, mais pas certain que ce soit parfaitement adapté àun jeu !
Les décors sont variés et il est agréable d’y naviguer, même si tout cela n’a pas vraiment de sens ni de continuité - tout de même, on « voit » bien qu’on s’enfonce dans le Domain et l’impression de vitesse est somme toute bien rendue.

JPEG - 108.9 ko

Les ennemis sont relativement variés (20 types différents), même si on note une dominance des design type virus (avec des pointes), ce qui semble pour le coup assez logique mais un rien lassant. Les boss sont quant àeux assez sympathiques même si le fond complètement noir qui les accompagnent n’a rien de folichon.

Pour conclure

En voilàun jeu étrange. Les ennemis, les boss, même le héros du jeu laissaient présager un bon vieux shoot des familles tout en 3D, et on se retrouve plutôt avec un économiseur d’écran amélioré et interactif, très joli certes, mais àla rejouabilité et àl’intérêt hélas limités. Un peu moins de zen, un peu plus d’action, et le jeu aurait valu le coup.

Téléchargez Denizen

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page