Test d’Across Age : retour vers le RPG

Par iMike le 24 mars 2010 à 18h04

Test d'Across Age : retour vers le RPG

Les jeux de rôle 16 bits ont, malgré les avancées techniques de nos machines, toujours conservé une petite place dans le coeur des gamers. L'allemand FDG surfe sur cette vague avec Across Age, réalisé de conserve avec le nippon Exe Create.
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

L’histoire, comme toujours dans ce type de jeu, est assez alambiquée et difficile àrésumer, mais sachez que comme d’habitude, il faudra sauver le monde des griffes d’un méchant magicien qui n’a de cesse que de creuser des trous dans le sol. Chacun sa croix, hein. Bref, il faudra parcourir le monde et récupérer des items magiques.

JPEG - 247.3 ko

Le jeu est assez bien balisé et on perdra rarement de temps àse demander ce qu’il faut faire, même si le jeu n’est pas localisé en français, hélas - et si on est perdu, un mémo disponible dans le menu du jeu permet de connaître l’objectif du moment.

JPEG - 272.4 ko

L’importance de la quête principale n’empêche pas des dialogues plein d’humour entre les protagonistes de l’histoire, les deux héros bien entendu mais également les autres personnages (dont certaines allusions àla gaudriole àpeine voilées), il est bon de rire parfois, même les pieds au bord du gouffre.

Duo dynamique

Si le vent de la tradition souffle fort sur Across Age, les deux géniteurs du jeu ont tout de même fait preuve d’un peu d’audace avec l’introduction d’une héroïne, Ceska, qui viendra très vite se joindre ànotre preux chevalier Ales. Celle-ci ne manque pas d’humour et malgré un aspect très greluche, se montrera d’un apport fort bienvenue dans certaines parties du jeu.

JPEG - 186.8 ko

Les deux héros se déplacent en équipe l’un derrière l’autre, mais peuvent également vivre leurs aventures en solo - ce qui sera d’ailleurs nécessaire pour franchir certains obstacles et utiliser les retours dans le temps, on y reviendra.
L’autre particularité amusante de ce duo, c’est la possibilité qu’a Cesca de monter sur les épaules d’Ales et d’atteindre des zones inaccessibles. À l’écran, cela donne lieu àun attelage assez ridicule il faut bien l’avouer, mais pratique.

Retour vers le passé

On parlait plus haut de retour dans le temps, revenons-y car il s’agit d’un aspect capital du jeu : Cesca a la possibilité de voyager dans le passé pour en ramener un item magique, une information, voire pour modifier un objet dont la fonction est différente selon qu’on le récupère dans le présent ou dans le passé !

Pour les sauts dans le passé, rien de plus simple : il suffit de trouver une dalle spécifique et d’y poser la délicieuse Cesca. L’écran de jeu apparaîtra alors jauni tandis que l’environnement aura changé, un peu… ou beaucoup ! Pour les objets, c’est différent : il faut se rendre dans un temple, déposer l’objet dans une fontaine et activer le saut dans le passé. La magicienne récupèrera ensuite l’item qui verra sa fonction modifiée…

JPEG - 169.2 ko

Rassurez-vous : la gymnastique de ces sauts dans le temps est très simple et apporte une indéniable profondeur au jeu. Notons que Cesca est la seule du duo àpouvoir activer les passages dans le temps et devra se débrouiller sans son chevalier servant en cas de monstres àoccire…

L’aventure, c’est l’aventure

Les attributs classiques du jeu de rôle sont là, même s’ils sont assez peu évolués. Les personnages gagneront bien de l’XP, mais il ne sera pas possible d’attribuer des points dans telle ou telle compétence : le personnage sera tout simplement plus fort et plus puissant.

JPEG - 268.7 ko

L’inventaire se remplit vite de toutes sortes d’objets dont certains gagneront àêtre portés par nos héros (du genre, la baguette magique pour Cesca).

Les combats se déroulent de la manière la plus simple possible : Ales frappe automatiquement les méchants en face de lui ! Toutefois, c’est au risque de perdre un peu d’énergie, alors on gagnera àtapoter le gros bouton qui lui permettra de balancer une salve d’épée. Il faut tenter autant que possible de frapper en diagonale histoire de ne pas s’en prendre plein la tête.

JPEG - 170.8 ko

Cesca use elle de la magie pour se défendre, au fil des sorts qu’elle apprend tout au long de l’aventure. Certains sorts lui demanderont plus de mana que d’autres, alors si l’on récupère des fioles de temps en temps, il s’agit de s’économiser ! Certains combats contre des boss nécessiteront d’utiliser nos deux héros au meilleur de leurs compétences.

À ce propos, il manque un élément important dans le jeu : on aimerait pouvoir acheter des objets dans une boutique, comme des pommes ou pain (permettant de faire le plein d’énergie), mais hélas il n’y a rien de tel dans le jeu…

JPEG - 256.3 ko

FDG assure une quinzaine d’heures de jeu, on veut bien croire le studio !

L’écueil principal du jeu vient de ses commandes. Le pad virtuel, malgré deux évolutions àtravers autant de mises àjour, se révèle peu efficace et on peste souvent àcause d’une chute inopinée (on voit la différence dans les captures écran de ce test). Les boutons de l’interface se montrent eux aussi peu efficaces et manquent de réactivités. Certains éléments se montrent trop petits pour être facilement tapotables. Bref, on est loin d’une maniabilité àtoute épreuve d’un jeu du même genre sur DS ou consoles « old gen ».

Pour conclure

Si l’anglais ne vous rebute pas trop et si vous n’avez pas peur de pester contre des commandes parfois aléatoires, alors Across Age se montrera un compagnon d’aventures tout àfait honorable. La durée de vie, l’humour, la réalisation sympathique, les deux héros qui finiront par s’adorer et la bonne humeur générale qui se dégage du jeu devraient lui ouvrir un boulevard dans la ludothèque de l’amateur de jeu de rôle. Le jeu coà»te 5,49 euros (ànoter qu’une version EX permettra contre 0,79 euro d’essayer le premier chapitre du jeu).

Across Age

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page