Test de GodFinger : Dieu avec ou sans budget

Par Citroon le 22 mars 2010 à 18h01

Test de GodFinger : Dieu avec ou sans budget

Godfinger est un God game poétique et réussi qui surfe sur la vague des « free-to-play ». ngmoco est-il en passe d'imposer un modèle économique ?
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

ngmoco continue de faire sa place dans le créneau des jeux « free-to-play  »*, comprenez des jeux gratuits àl’achat mais où il faut débourser si vous voulez accélérer le rythme de jeu ou obtenir des améliorations.

JPEG - 148.3 ko

Après We Rule, Godfinger est en test grandeur nature sur l’AppStore canadien. Au vu du titre, vous aurez compris que c’est un God game (encore pardon aux puristes de la langue française) qui demande d’utiliser ses mimines !

JPEG - 162.5 ko

Dans Godfinger, vous règnez sur une planète et devez impressionner ses habitants pour en faire des adeptes. Une fois adeptes, ils feront ce que vous souhaitez, et notamment vous vénérer ce qui vous permettra d’obtenir du pouvoir divin, le « Mana  ». Ils construiront aussi de quoi s’abriter ou se ressourcer et vous pourrez créer des fermiers qui vous rapporteront de l’argent.

Foudres divines

Pour impressionner vos habitants ou façonner votre planète, vous pouvez faire pleuvoir ou au contraire faire briller le soleil. D’une planète aride, votre monde peut se couvrir de végétation luxuriante et colorée. Attention aussi aux foudres divines, car en vrai dieu que vous êtes, vous pouvez aussi avoir vos coups de foudre !

JPEG - 147.3 ko

Godfinger est un jeu sans fin qui permet àvos adeptes de poursuivre leur vie iPhone éteint, le jeu nécessitant une connexion internet. Résultat, àchaque fois que vous vous connectez, vos fermiers auront récolté de l’argent et vous aurez obtenu de nouveaux points de Mana. Le Mana vous permet donc de faire des miracles qui permettront de générer des points d’expérience nécessaires pour changer de niveau. Classique.

JPEG - 144.5 ko

Vous pouvez acheter des objets pour améliorer la vie de vos adeptes. Pour débloquer certains aspects du jeu vous devrez également vous connecter avec des amis jouant aussi àGodfinger. Tout est fait pour que vous puissiez ajouter des contacts et partager avec eux votre progression, via Twitter ou Facebook.

Petits et gros budgets

Le jeu est rigolo et une fois encore on ne peut que saluer la créativité et l’imagination des créateurs et graphistes de ngmoco. Moins addictif que We Rule, Godfinger est aussi plus poétique.

JPEG - 159.5 ko

Làencore, le studio mise sur l’intérêt croissant des joueurs pour rentabiliser son titre. Si vous voulez progresser plus vite et construire ou débloquer de nouveaux objets il faudra acheter des points d’expérience en euros sonnants et trébuchants, de 2,39 à23,99 euros. Selon votre niveau d’addiction vous pouvez jouer gratuitement, en vous connectant juste une fois par jour et en n’étant absolument pas pressé de façonner votre planète ou acheter des points d’expérience et progresser plus rapidement dans le jeu.

Un modèle d’avenir ?

Le modèle économique des «  free-to-play  », ou freemium, est intéressant pour les joueurs et les éditeurs. C’est une manière habile de faire un pied de nez au piratage et de s’adresser àl’intelligence des joueurs. Vous ne payez que si le jeu vous convient. Tout le monde en sort gagnant, le but étant que d’un côté, les créateurs soient rémunérés et de l’autre que les joueurs ne se sentent pas floués.

JPEG - 86.3 ko

Ce modèle ne peut s’appliquer àtous les jeux mais il a déjàcommencé àsérieusement essaimé sur internet et l’AppStore lui offre une plateforme de prédilection. Il ne serait pas surprenant que l’année 2010 marque l’entrée fracassante de ce genre de jeux sur iPhone (encore faut-il que les serveurs de ngmoco soutiennent la charge !)…

* pardon, pour cette expression anglaise mais l’équivalent français n’existe pas encore…

Téléchargez GodFinger

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page