Test de Zombie Smash : finger of the dead

Par iMike le 26 mars 2010 à 18h00

Test de Zombie Smash : finger of the dead

OK, je sais : vous n'en pouvez plus des zombies, et il faut bien dire que les éditeurs ont usé et véritablement abusé avec des morts-vivants mis à toutes les sauces ces derniers mois. Oui mais voilà , il va falloir faire un petit effort, car Zombie Smash vaut réellement le coup d'oeil. Et de doigt.
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

C’est peu dire que Zombie Smash a fait son petit effet depuis sa sortie il y a quelques jours : ce jeu développé et édité par Gamedoctors bénéficie de graphismes rigolos qui emportent immédiatement l’adhésion. Mais les graphismes ne font pas un jeu (il n’y a qu’àvoir Soul, lire notre test), et il fallait un concept en béton armé pour que ce Zombie Smash ne tombe pas dans l’oubli…

Scénario of the dead

Le jeu est d’un abord extrêmement simple : enfermé dans votre maison, il faudra se débarrasser des vagues de zombies qui n’ont qu’une envie, vous bouffer la cervelle, comme d’habitude.
Pour ce faire, rien de plus simple : il suffit de choper le zombie qui court vers votre refuge avec un doigt, puis de l’envoyer balader dans les airs, et ce plusieurs fois jusqu’àce qu’il claque définitivement. Il faudra tenir 31 nuits àce rythme ! Un gameplay ultra-simple donc, qui rappelle furieusement Knights Onrush (lire notre test), mais que Gamedotors a embelli de toute une série de power-up, le tout emballé avec pas mal d’humour.

JPEG - 125.3 ko

Le jeu propose trois modes : Campagne (en mode normal et difficile àdébloquer), un mode sans-fin et un dernier plus intrigant sur lequel on reviendra, Bac àsable.

JPEG - 132.3 ko

Le mode Campagne fait office durant les premières nuits de tutoriel, pendant lequel on va apprendre les subtilités du jet de zomblards, et en particulier àreconnaître les différents morts-vivants qui vont nous pourrir l’existence. Outre le zombie « normal », il y a la diva qui court vite, la super-diva qui court encore plus vite, le gros tank qu’on ne pourra pas balancer avec le doigt, le tireur fou, le grenadier… Tout un bestiaire qui s’anime tant bien que mal devant nos yeux grâce àun moteur physique qui rappelle ceux utilisés dans les jeux de poupée de chiffon.

JPEG - 39.2 ko

Les zombies volent dans les airs, battent des mains et des pieds, les membres et le sang giclent de toutes parts, bref, c’est assez impayable comme ambiance et on regrette presque quand s’en vient le dernier zombie de la nuit. Celui-ci a d’ailleurs le droit àun traitement privilégié, puisqu’un ralenti viendra rendre compte de sa mort, dans d’atroces souffrances bien entendu - cela vous laissera également le temps de capturer cet instant magique pour le conserver en mémoire, ou le partager avec ses amis via Twitter ou Facebook !

On n’est pas fatigué

Mais jeter des zombies avec le doigt n’a rien de franchement folichon ni d’original. C’est pourquoi Zombie Smash multiplie les power up délirants, àrécupérer au fil de lâcher de caisses : parpaing, cheminée en flammes (le zombie brà»le bien), chute de pierres, mine, grenade, poids roulant… 20 items en tout qui permettent de nettoyer efficacement le champ de bataille, en particulier lorsque l’on les combine…

JPEG - 141.5 ko

Une boutique permet en plus d’améliorer ces power up qui gagne qui un parpaing supplémentaire, qui des pierres en plus… Il sera également possible d’améliorer la protection de sa demeure, ce qui ne sera pas un luxe car au fil des nuits, les zombies se multiplient àgrande vitesse (il n’y a donc décidément plus de place en enfer !). Certains morts-vivants (les tanks notamment) ne pourront être détruits que via une mine, une grenade ou n’importe quel objet qu’il se prendra sur le coin de la tête.

JPEG - 128.3 ko

Ces items sont également làpour soulager les doigts fatigués du joueur, car le jeu se montre assez rapidement très frénétique !

Ça fume àla campagne

Le mode Campagne permet de débloquer des items dans la boutique et les deux autres modes du jeu. Sans-fin porte assez bien son nom et permet de se faire de jolies ampoules au doigt en affrontant des zombies indéfiniment.
Le mode Bac àsable est lui plus inattendu, mais pas moins bienvenue : il permet en effet de créer des « scénarios » : on choisit tel et tel type de zombies, telles et telles armes, et roule mon zomblard. Idéal pour se faire une idée de l’efficacité d’une arme et pratique pour tester des combinaisons : que donne du nitrogène couplé àun rocher ? En tout cas, ces deux modes apportent une rejouabilité conséquente qui va bien au-delàdu mode Campagne.

JPEG - 117.3 ko

C’est la loi du genre, mais on regrette le confinement au sein d’un seul et même décor, même si le jeu multiplie les effets de zoom et de scrolling horizontal - on reste dans sa ferme au milieu de la campagne. Heureusement, la diversité des ennemis et des power up permettent de casser la monotonie, et vu la frénésie du jeu, on n’a guère le temps d’apprécier le paysage. Un peu de variété aurait toutefois été bienvenue.
Autre grief : les temps de chargement sont nombreux et parfois vraiment pénibles.

JPEG - 144.9 ko

Graphiquement, et au risque de me répéter, le jeu est très mignon avec ses petits zombies qui courent dans tous les sens avec leurs mimiques très réussies. Pour un peu, on en prendrait un dans ses bras pour le consoler… Bon, non.

Pour conclure

Finalement, on n’en a pas marre, des zombies. Surtout dans Zombie Smash ! Pour 1,59 euro, le jeu offre une excellente expérience, beaucoup de fun et de nombreuses heures de plaisir. L’intégration des réseaux sociaux, l’humour, la réalisation, les modes de jeu : rien ne manque pour se faire plaisir, c’est àpeine si on regrette qu’un mode multi n’ait pas été d’une manière ou d’une autre implémenté, mais ça aurait été beaucoup demander. Une réussite !

Téléchargez Zombie Smash

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page