Heavy Gunner 3D : badass fight

Par iMike le 30 mars 2010 à 17h54

Heavy Gunner 3D : badass fight

Heavy Gunner 3D. Avec un nom pareil, on ne sera certainement pas en présence d'un remake des Pokemon, mais bel et bien en face d'un furieux jeu de tir remonté comme une pendule… Est-ce le cas ? C'est ce que nous allons voir…
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Vous connaissez certainement Missile Command, ce jeu au concept ultra-simple dans lequel il faut dégommer des missiles àl’aide de trois ou quatre tourelles… Heavy Gunner vous installe solidement dans l’une de ces tourelles, avec le même but : dégommer les vaisseaux ennemis, mais cette fois en vision subjective !

JPEG - 105.7 ko

Le scénario tient sur la tranche d’une feuille de papier àcibiche : en tant que membre de l’UESF (United Earth Space Force), il faudra passer àtravers les 25 missions du jeu pour gagner ses galons de sauveur de l’humanité. On a déjàvu plus poussé, mais notons toutefois qu’entre chaque mission, les collègues pilonneurs d’ennemis extra-terrestres viendront discuter le bout de gras avec vous.

L’odeur du napalm au petit matin

Le joueur se retrouve donc derrière ses deux canons qu’il pourra manoeuvrer indépendamment l’un de l’autre avec ses deux pouces. Une fois posé le doigt sur l’écran, le canon crache la mort àgrande vitesse, mais il faudra parfois lever le pied (si j’ose dire), puisqu’au bout d’un moment toujours trop rapide, il faudra faire le plein - une opération automatique mais qui demande un certain temps.
Le jeu consiste donc en grande partie àgérer l’approvisionnement en munitions de ses armes, il ne s’agit pas de se retrouver àpoil devant une flotte ennemie àcause du manque de balles… On pourra donc alterner les tirs ou lever le pouce de temps en temps pour faire le plein.

JPEG - 140.5 ko

Si les deux canons se dirigent avec les doigts, la tourelle se pilote elle àl’accéléromètre, ou de façon tactile, ce qui n’a rien d’évident àmoins que vous n’ayez trois mains. Il faudra donc se faire àla gestion àl’accéléromètre, mais heureusement (au moins au début) on n’aura pas àexécuter des 360 degrés pour choper de l’ennemi ! À ce propos, on sera bien avisé d’utiliser le radar entre les deux canons pour se mettre rapidement en place.

JPEG - 103.7 ko

Autre mécanique àl’oeuvre dans le jeu : le magasin. À chaque mission réussie on récolte un petit tas d’argent qu’il est possible (et même recommandé) de dépenser dans la boutique. Celle-ci permet de s’offrir de nouvelles armes et de les améliorer. Il faut reconnaître àCom2US, le développeur, une certaine imagination ! Outre la mitrailleuse standard, on peut s’acheter un heavy gun qui permettra de nettoyer d’un coup toute une zone (mais très long àrecharger), un thunderbolt électrique, un EMP qui balance un choc paralysant, des missiles…

JPEG - 135.4 ko

La tourelle peut embarquer deux types d’armes : àvous de la jouer fine pour alterner une arme de gros calibre pour un nettoyage express et une plus « casual » demandant un court temps de chargement. La gestion de ses son arsenal fait partie du plaisir du jeu, alors choisissez bien ! Il y a 130 combinaisons possibles, de quoi dessouder de l’ET sans vergogne.

JPEG - 115.3 ko

Restons un instant sur les ennemis en question. Ceux-ci restent un temps au loin avant de se rapprocher et de jouer au kamikaze avec vous : mauvaise idée. Il faudra les aligner avant au risque de voir son bouclier partir très rapidement en fumée.
On regrette un petit manque d’originalité dans le design des ennemis, en-dehors de leurs couleurs qui changent parfois, c’est toujours un peu pareil…

Métal hurlant

Le mode Campagne propose plusieurs types de missions : élimination d’un nombre défini d’ennemis et survie pendant un certain nombre de minutes. Ce mode offre trois niveaux de difficulté (normal, hard et extrême) ; chaque niveau peut être rejoué tant que l’on veut, ce qui permettra par exemple d’engranger de l’argent.

JPEG - 168 ko

Le mode Challenge est assez intéressant et prolongera la durée de vie du jeu puisqu’il permettra de combattre des ennemis sans fin avec un arsenal sélectionné, ainsi qu’un mode survie qui court sur 50 niveaux.

Au niveau de la réalisation, si l’on ne reviendra pas sur le look des vaisseaux ennemis, on apprécie en revanche le bon travail effectué sur le design des canons qui sont tous bien différenciés. Si les décors sont un rien quelconques (àl’exception d’un passage dans l’espace assez réussi), en revanche du côté des bruitages, c’est l’immersion totale : les canons crachent véritablement la mort, on sent le choc du métal des munitions qui filent vers leurs destinées tragiques, c’est du lourd et du réussi !

JPEG - 119.9 ko

Pour les configurations plus faibles, on notera une préférence permettant de choisir la vitesse àla qualité graphique. Enfin, niveau réseautage c’est la portion congrue, mais on pourra tout de même partager sur Twitter et Facebook les différents trophées du jeu.

Pour conclure

Oh, la bonne surprise ! On ne donnait pas cher au départ de ce Heavy Gunner au pitch ultra-bourrin, mais une fois en main en ayant pigé le principe, le jeu se révèle addictif et assez tripant, surtout quand on a pris en main l’accéléromètre (dont la sensibilité est réglable).

Alors c’est évident que niveau subtilité et nuance, Heavy Gunner donne plutôt dans l’éléphant au milieu d’un magasin de porcelaines, mais ça défoule sévère. Le jeu coà»te 2,39 euros.

Téléchargez Heavy Gunner 3D

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page