Crash Course : le shoot qui ramasse la mise

Par iMike le 19 avril 2010 à 18h05

Crash Course : le shoot qui ramasse la mise

Quoi de neuf dans le shoot'em up ? Sorti de nulle part, Crash Course pourrait bien réussir le hold-up du printemps, avec sa réalisation aux petits oignons et un gameplay qui sort de l'ordinaire.
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Derrière ce nom un peu has been voir même hors sujet (on croirait avoir àfaire àun clone de Burnout avec un nom pareil !), Crash Course est un shoot 3D àmi-chemin entre Asteroids (Atari, 1979) et Geometry Wars (XBox Live arcade, 2005).
L’originalité de cette production DFC Games est que l’action se déroule sur une petite planète autour de laquelle le vaisseau et les ennemis se déplacent. Ce concept n’est pas une réelle nouveauté, car Super Stardust HD (PS3, 2007) l’a fait bien avant, et les similitudes ne manquent pas.

PNG - 144.2 ko

Mais la force de Crash Course reste son adaptation impeccable aux caractéristiques de l’iPhone ! La dimension de la planète, la disposition des sticks et des boutons, l’ergonomie est quasiment irréprochable.
Il manque juste un peu de visibilité sur les ennemis éloignés en haut ou en bas de l’écran, mais on comprend le choix du studio de laisser ainsi, il aurait en effet fallu diminuer la taille de la planète jusqu’àla rendre trop étriquée pour évoluer correctement avec son vaisseau.

PNG - 191.2 ko

L’utilisation des sticks pour se déplacer et tirer est parfaitement cohérente (Geometry Wars l’a démontré en son temps), et la fluidité du gameplay obtenu (voir la vidéo officielle) montre bien une conception exemplaire. On arrive àbouger comme on veut, àgérer sa vitesse, àtirer dans la direction voulue et de façon précise, la prise en main est totalement naturelle (si vous avez déjàpratiqué ce genre de commandes !). En plus de cela on peut gérer des bombes (petit bouton àdroite du stick gauche), le changement d’arme (bouton àgauche du stick droit), et l’accélération (bouton au-dessus du stick droit) avec aisance.

PNG - 225.2 ko

Les bombes permettent de se débarrasser de tout ce qui se trouve sur la planète ou presque, le changement d’arme permet quant àlui de passer àl’arme suivante en tapotant une fois, mais vu qu’il n’y a que trois armes le système est parfaitement adapté. L’accélération permet une fois que la jauge est pleine d’accélérer subitement pendant quelques instants dans la direction de son choix et de détruire certains obstacles.
Autre chose très pratique, la pause automatique, c’est àdire que dès que vous lâchez les commandes, la pause se met toute seule ! Un peu perturbant au début, mais très pratique.

PNG - 213.5 ko

Les armes en elles mêmes sont au nombre de 3 et très jouissives. Le Laser émet des salves de puissance normale àune cadence normale, le Mini Gun lance des salves plus faibles mais très rapides, et le Plasma qui émet àune cadence très faible mais avec des salves très puissantes. A chaque fois que vous prendrez un nouveau bonus d’arme, l’arme sera alors améliorée, le laser enverra plusieurs boules simultanément, le mini gun va tirer encore plus vite, et le plasma sera encore plus puissant.

PNG - 243.2 ko

A part les contrôles, l’autre point important est la difficulté. Quand on regarde la vidéo, tout parait très simple, mais pour un joueur humain standard, le jeu reste très très dur. Heureusement, la force du jeu, c’est qu’on s’éclate tout de suite au premier niveau, et heureusement, car il se pourrait bien que vous ne puissiez jamais voir les 4 mondes suivants !

On démarre en effet le monde avec 3 vies (et autant de bombes au passage), et même si vous trouverez probablement une vie ou deux bonus et des boucliers en cours de jeu, vous allez voir qu’il est rude d’atteindre la fin des 5 niveaux avec uniquement ça dans sa besace !

PNG - 165.3 ko

Le jeu propose deux modes : un mode arcade de 5 mondes, où l’on débloque chaque monde en accomplissant le précédent, et un mode training où il n’y a plus de compteur de vies, mais qui ne permet pas de débloquer les mondes suivants ! Un troisième mode de jeu est bloqué, on y accède probablement en terminant le jeu, et qui est probablement le mode hardcore (donc plus dur encore !). Vu le niveau de difficulté, on comprend sans problème pourquoi l’équipe planche sur des niveaux de difficulté « Normal » et carrément « Casual » !

PNG - 161 ko

Au delàd’un gameplay maitrisé, l’histoire semble en revanche inexistante. Mais il est évident que pour un jeu de ce type on se contente sans problème d’un simple titre et de choix pour accéder àun monde sans logique aucune ! On sait ce qu’on a àfaire, dérouiller tout ce qui bouge… Et en revanche, les graphismes eux ne sont pas en reste, et c’est un autre point fort du jeu.
Les textures des planètes, les objets modélisés, les effets et le rendu global sont très réussis. De plus les effets donnent beaucoup d’intensité au gameplay, notamment les explosions qui ne manqueront pas de surprendre. En revanche, l’écran titre est franchement morose, limite de mauvais goà»t (première image du test). Mais comme pour le scénario, ça ne fait pas une si grosse ombre que ça au tableau ! Les menus en revanche sont simples mais agréables et dynamiques. Sur le côté, bouton en « acier brossé » et devant, effet « vitre sur l’espace » plutôt réussi.

PNG - 199.7 ko

Pour le reste, un gros plus àla bande-son qui est vraiment très sympa. La 3D cependant reste plus un gadget qu’autre chose, car jouer comme ça donne vite mal au crâne ! Si vous n’arrivez pas àvoir correctement la 3D, utilisez les mêmes paramètres que sur l’image ci-dessus (pour des lunettes bleu/rouge). Mais c’est une option rigolote et assez rare, et sur ce genre de jeu c’est très sympa, mais ça rend le jeu plus difficile àjouer, donc on a vite fait de la virer !

Au final on s’éclate àdégommer des astéroïdes àtoute berzingue autour de ces petites planètes, et franchement c’est très jouissif ! C’est ce qu’il faut retenir de ce jeu et c’est sa grande force, car son gameplay est franchement terrible. Il est d’ailleurs bien dommage qu’il n’existe pas une version lite, car il suffit de tester 5 minutes ce jeu pour savoir si on va adorer ou pas. Mais si vous hésitez encore, au prix qu’il coà»te, foncez !

Test rédigé de main de maître par Bebop. Qu’il en soit remercié pour les siècles des siècles !

Lire sur FunTouch  » Topic officiel de Crash Course

Téléchargez Crash Course

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page