Test de Kick-Ass : super-zéro

Par iMike le 27 avril 2010 à 18h05

Test de Kick-Ass : super-zéro

De mémoire de joueur, on a rarement vu une telle cagade que ce Kick-Ass, qui marque d'une pierre blanche l'histoire déjà déplorable des adaptations de films à succès en jeux vidéo.
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Il y a décidément quelque chose de pourri au royaume des adaptations de films en jeux vidéo. De mémoire, aucun jeu adapté d’un long-métrage àsuccès n’a réussi àfranchir ne serait-ce que le stade de la déception. Il en ira de même avec ce Kick-Ass, que l’éditeur WHA Entertainment avait réussi ànous vendre comme un survival plein de sang et d’humour, àl’image du film dont il est tiré. Hélas, on est bien loin du compte, comme on le verra dans cette tragédie en trois actes.

Acte I - Un film qui démarre bien

Kick-Ass, le jeu, est tiré du film du même nom, qui met en scène de vrais-faux super-héros, des gens ordinaires comme vous et moi mais gavé aux comics et qui se croient dotés d’une responsabilité envers la société.

JPEG - 120 ko

La nuit venue, ils enfilent des costumes bariolés aussi ridicules dans la vraie vie que dans les bande-dessinées et partent àla chasse aux voyous et aux blousons noirs, au risque de finir àl’hosto.

JPEG - 206 ko

Kick-Ass, le film, est lui-même tiré d’un… comics, narrant les pitoyables aventures du Kick-Ass éponyme, de Big Daady (une sorte de Batman du pauvre avec un Nicolas Cage moustachu) et Hit Girl, la fille de ce dernier, une gamine de 13 ans adepte des châtiments corporels particulièrement gore. Bref, un film éminemment sympathique que je ne peux que vous conseiller. En revanche, concernant le jeu, c’est une autre paire de manches…

Acte II - Une beta qui ne tombe pas àpic

Depuis quelques jours, WHA Entertainment, responsable du développement du jeu pour PSP et iPhone, agite les clochettes du buzz en mettant en ligne moultes captures d’écran et vidéos, en prenant bien soin de ne pas différencier les deux versions… C’est le premier bât qui blesse : la version PSP, d’où est tirée ce matériel, est bien plus aboutie graphiquement parlant que la mouture pour iPhone.

JPEG - 149.7 ko

Le 16 avril, l’éditeur lance son jeu sur l’AppStore et (mauvaise) surprise : le jeu se révèle particulièrement pourri. Gameplay àramasser àla petite cuillère, intérêt proche du néant, réalisation indigne, tout y est pour tomber àbras raccourcis sur le développeur, qui se reprend bien vite en retirant le jeu illico presto des linéaires de la boutique d’applications et en assurant qu’il ne s’agissait que d’une beta malencontreusement mise en ligne par un employé zélé.
La « vraie » version est dans les tuyaux et vous allez voir ce que vous allez voir. Le 24 avril, on a vu…

Acte III - Une version finale digne de la beta

Hélas pour nous, pour le film et le comics dont tout ce petit monde est tiré, la version finale est au moins aussi calamiteuse que la beta.

JPEG - 172.6 ko

Le jeu consiste en un jeu de tir àdouble sticks virtuels, àla façon Minigore. On y prend en main tour àtour les trois héros du film qui disposent chacun de leurs caractéristiques propres, dont un « super coup » qui fera place nette, au moins pendant un moment - mais au final, ils embarquent tous des armes de tir, ce qui réduit ànéant l’aspect beat’em all vendu sur les captures écran.

JPEG - 168.4 ko

Le jeu suit les événements du film àtravers 12 tableaux se déroulant dans différents environnements, qui partagent tous une certaine propension àla laideur urbaine. Les personnages, héros comme vilains, sont modélisés dans une 3D mal dégrossie et le jeu a visiblement des petits problèmes de perspective, àvoir les loulous format géant qui traînent dans les bas-fonds de l’Amérique…

JPEG - 183.8 ko

Le pire reste encore les commandes : les deux sticks répondent mal et le personnage que l’on dirige a une fâcheuse tendance àfaire ce qu’il a envie, indépendamment de vos actions.

JPEG - 162.5 ko

Bref, rien ne va dans ce jeu. Même les interludes comics entre les niveaux sont pixellisés ! Seule la bande-son, dynamique et rock’n’roll àsouhait, surnage sur ce désastre, mais àelle seule elle ne parvient pas àsauver ce jeu du désastre. Et on ne parle pas des bogues et autres freezes qui apparaissent plus souvent qu’àleur tour.

Épilogue

À force d’empiler les avanies, Kick-Ass, le jeu, ressemble àun catalogue de tout ce qu’il ne faut pas faire pour un développeur : buzz assourdissant, tromperie sur la marchandise, bogues, réalisation incroyablement pourrie, en bref, il s’agit làrien moins que du plus mauvais jeu actuellement disponible - une véritable escroquerie qui ne vaut pas mieux que sa note de zéro pointé. Ne l’achetez pas. Même gratuit, ne le téléchargez pas. Même en version pirate.

(Ne pas) Téléchargez Kick-Ass

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page