iBomber 2 : laqué àla bombe !

Par iJoys le 8 juin 2010 à 18h05

iBomber 2 : laqué à la bombe !

Vous avez aimé le premier opus ? Vous aimerez alors à coup sà »r le second épisode, empreint de nouveautés en tout genre. Mais se révèle t-il pour autant indispensable dans toute « iPhone-thèque  » ?
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Objectif bombardement

Pour les novices d’iBomber, voici un petit retour sur images de cette série créée de toutes pièces par Cobra mobile. Vous incarnez un jeune pilote de bombardier en charge d’anéantir les troupes ennemies àcoups de bombe (non ? si !) de divers types. En marge de la guerre 1943 et 1944, ce nouvel opus vous plongera dans une bataille au beau milieu de l’Afrique du Nord et en Europe.

PNG - 306.8 ko

Bombardier, votre mission si vous l’acceptez, sera de réduire en cendres cette vaste concentration de forces ennemies.

Bombes en stock

iBomber 2 connait un regain d’intérêt qui n’est pas sans nous déplaire. Une petite cure de jouvence qui apporte son lot de nouveautés, tant dans l’artillerie que dans la manière d’aborder les troupes ennemies.

PNG - 293.3 ko

Dorénavant, en plus des bombes déjàdisponibles de la première version, vous voici doté selon les missions, de torpilles, de grenades anti-sous-marines aussi efficaces sur terre comme sur mer, de renfort de tir d’artillerie en indiquant le lieu de votre entreprise par une bombe fumigène… En résumé, qui dit nouvelles bombes, dit aussi nouvelles façons d’aborder vos ennemis.

PNG - 297.8 ko

Mais n’atteint pas le grade d’Élite de l’aviation qui veut, du moins pas tout de suite ! En effet, une petite maîtrise des commandes s’impose. Il vous faudra gérer àla fois la vitesse de votre avion, en inclinant plus ou moins votre appareil pommé vers vous (freinage) ou vers l’arrière (accélération) ainsi que de droite àgauche pour pivoter votre engin volant, et dans un même temps vos tirs. Ces derniers demanderont un peu de maitrise et juste un de vos doigts sur le bouton rouge de votre tableau de bord afin d’actionner le largage de vos bombes. Cependant, une grande précision est requis pour vos tirs, la vitesse de l’appareil influençant grandement le lieu d’impact de vos bombes. Ainsi, plus la vitesse de votre bombardier augmente, plus dure sera votre capacité àviser les infrastructures ennemies, mais cela aura l’avantage de moins vous exposer au feu de l’artillerie ennemie.

PNG - 274.6 ko

Bien évidemment, la subtilité d’iBomber 2 réside en une petite expression : toucher, mais ne pas se faire toucher. Divers DCA, tourelles de défense, tirs d’artillerie aussi bien terrestre (tank, bunker,…), aérienne que marine (bateau, sous-marin,...) sont prêt àvous cueillir au vol ! Mais le pilote émérite en votre personne saura préparer sa défense, en sachant jongler avec la vitesse du bombardier, en disposant judicieusement des bombes au bon moment, mais aussi, et c’est bien làl’originalité, en s’entourant par moment de deux avions escortes absorbant l’ensemble des tirs ennemis. Bien sà»r, il serait regrettable de perdre vos alliés dans de telles circonstances, veillez simplement àne pas trop leur faire courir de risque, où vous risquerez de perdre de précieux points en fin de partie.

PNG - 286.5 ko

Il n’est pas sans vous signaler que tous ces petits artifices jalonneront ponctuellement votre parcours. En effet, certaines structures (bâtiments, chars…) une fois réduites en poussières, pourront vous laisser un petit quelque chose en souvenir de votre passage : une nouvelle bombe, de la vie en plus et tous les petits agréments vus précédemment.

Vol 714 pour l’Europe

Tout n’est pas réjouissant pour autant, une torpille vient entacher ce beau tableau. On ne peut dénombrer que 12 niveaux, certes de très bonnes factures, mais qui restent assez justes pour un jeu de ce prix et de cette envergure. Et c’est bien làoù le bât blesse, car pris au jeu, on aurait sincèrement aimé plus de missions et faire voir ànos ennemis de quelles bombes se chauffe notre flotte aérienne.

PNG - 252 ko

La durée de vie s’en trouve alors moyenne. Comptez 1 heure pour terminer l’ensemble des épisodes au niveau normal du jeu. Cependant, j’espère voir en vous le compétiteur-né, celui pour qui le niveau Élite ne fait pas peur. Et c’est bien làvotre veine, la durée de vie s’en trouve bien plus augmentée, car lorsqu’il s’agit d’hausser d’un degré le niveau de difficulté, vous vous retrouvez dans une tout autre expérience de jeu, où il vous faudra aborder les troupes ennemies de façon plus judicieuse, avec un peu plus de fil àretordre. Ainsi, en plus du plaisir de rejouer certaines missions, voilàun autre objectif bien sympathique que de remettre en question vos capacités de bombardier dans un mode Élite sur les 12 niveaux qui vous sont proposés.

Les Bijoux d’iBomber 2

Pour une fois, les bijoux ne sont pas palpables, mais incrustés dans le jeu. Làoù ne peut rien trouver àredire, c’est bien dans la réalisation graphique de ce nouvel opus. Forcés de constater de la qualité et de la précision des décors et des menus, on ne peut qu’être conquis. Les différentes maps sont assez diversifiées, vous faisant traverser au fil des missions, le désert de l’Afrique du Nord, des mers infestées de sous-marins ennemis jusqu’aux plages du débarquement… Tous les horizons y passent ou presque, diversifiant grandement l’aventure.

Cependant, pour les sensibles des globes oculaires, la petitesse des écritures pourra jouer un drôle de tour àcertains d’entre vous. En effet, les éditeurs ont du sacrifier sur l’autel de la réalisation graphique, les textes pour ne laisser qu’une expérience visuelle des plus alléchantes. Enfin, tant que cela n’entache pas les phases de jeu, c’est du tout bon, mais cela devait être porté àréclamation. D’autant plus que la traduction française ne fait pas partie de l’arsenal d’iBomber 2.

PNG - 230.2 ko

La musique quand àelle renforce d’autant plus l’expérience de jeu. On aime les cuivres qui rentrent dans le feu de l’action, amenant une certaine ambiance de guerre qui n’est pas sans nous déplaire. Les bruits d’explosions et autres chocs en tout genre se mettent au profit du jeu. Mais bon, si vous n’adhérez pas aux musiques héroïques typiques des périodes de guerre, libre àvous de lancer un titre de Lara Fabian (même si je n’ai rien contre elle) pendant que vous larguez une bombe sur une unité ennemie !

Les étoiles mystérieuses

Las d’une durée de vie assez moyenne, le jeu vous propose décemment de remporter diverses récompenses qui sont bienvenues. Ainsi, en plus des médailles décernées àchaque mission réussie en fonction du degré de difficulté choisi (or/elite, argent/normal, bronze/casual), trois autres étoiles militaires viendront fièrement s’accrocher àvotre poitrail de bombardier en fonction de vos prouesses d’aviateur. Alors, une bombe d’or vous sera décernée lorsque plus de 90% des bombes auront atteint leurs objectifs, une cible d’or lorsque 90% des unités ennemies auront été fraichement refroidies et une tourelle d’or lorsque 90% des infrastructures n’auront pu résister àvos attaques effrénées.

PNG - 297.8 ko

Si rien de tout cela ne vous suffit pour venir tâter de la bombe, alors le réseau Plus+ est aussi présent pour combler votre appétit destructeur. Et pour le joueur féru de chiffres, Cobra Mobile a aussi pensé àlui avec la création de tableaux de statistiques très détaillés.

Petit aparté bien déplaisant. Aucun mode multijoueur ne se laisse tester, ce qui est bien dommage étant donné que l’essence même du jeu pourrait s’y frotter.

L’affaire iBomber 2

Sans réelles « bombes » (comprenez ombres) au tableau, iBomber 2 se révèle être un très bon jeu d’action et d’aventure. Affaibli grandement par une durée de vie moyenne, l’absence d’un mode multijoueur et des écrits qui feront sortir àcertains joueurs la lentille grossissante de leurs grands-pères, ce petit jeu qui ne paye pas de mine vu de haut, reste une réussite tant sur le plan de la réalisation graphique que dans le gameplay.

Seule la barrière du prix, récemment rehaussé, vous fera l’effet d’une torpille de forme galénique, pour ne pas dire suppositoire, qui se résume par : ça fait mal au début, mais une fois introduit dans votre iPhone, ça vous soulagera ! Car cette substance active reste néanmoins une expérience de jeu assez plaisante, histoire de vous défouler 5 minutes après une dure journée de travail ou de révision, en vous proposant ni plus ni moins que de faire table rase de vos ennemis en faisant tout exploser.

Version testée : 1.0
Machine de test : iPhone 3GS
Niveau d’anglais : faiblement armé
Affiliation réseau : Plus

Téléchargez iBomber 2

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page