Helsing’s Fire : et la lumière fut

Par iMike le 14 juillet 2010 à 18h04

Helsing's Fire : et la lumière fut

Un casse-tête qui ne soit pas un match 3 ou un puzzle-like vu et revu et mieux encore, avec un concept original ? Oui, c'est possible, et Ratrod a déniché la martingale magique avec Helsing's Fire.
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Dans la peau du célèbre chasseur de vampires, Van Helsing, et accompagné de son fidèle lieutenant Raffton (qui font un couple très Holmes/Watson), il faudra se débarrasser de la vermine de Dracula, puis le maître des ténèbres lui-même. Mais ici, point de flingue ou d’armes de destruction massive comme dans le film « Van Helsing », mais une torche et des potions, concoctées par le fidèle Raffton.

PNG - 167.5 ko

Cet arsenal, qui paraît limité vu comme ça, est en fait redoutable. Il faudra se servir de la torche pour illuminer le maximum de racailles vampire, puis utiliser les cocktails pour tous les éliminer. Attention toutefois : les potions de couleur sont àdégoupiller avec les monstres de même couleur, sous peine de renforcer les ennemis illuminés d’un coloris différent.

PNG - 282.1 ko

De plus, les niveaux ne sont pas « plats » et comprennent des obstacles au bon passage de la lumière. Il sera donc nécessaire de manoeuvrer habilement pour illuminer tous les monstres de même couleur, tout en évitant ceux d’une couleur différente ainsi que les pauvres âmes en peine qui errent (et qui vous cassent aussi un peu les pieds).

Quelle lumière ce jeu !

Original donc dans le concept, mais également dans le gameplay ! Chaque niveau (il y en a 90 en tout, répartis dans 3 mondes différents) affichent une première fois les emplacements des ennemis ainsi que ceux auxquels il vaut mieux éviter de frapper (du genre jeunes demoiselles normalement dévolues aux plaisirs sadiques du Comte). Il suffit ensuite de poser son doigt puis de le glisser pour que la lumière illumine la pièce…

PNG - 314.2 ko

Le principe du jeu est redoutablement simple, mais aussi foncièrement vicieux : il faut constamment jongler entre les monstres àéliminer et les âmes innocentes àsauver (un loup-garou, touché une première fois, se change ensuite en humain !), calculer finement les potions disponibles, et avoir l’oeil dans tous les coins de l’écran pour « viser » les monstres de la bonne couleur, qui pourront être entourés de protections… d’une couleur différente.

PNG - 102.3 ko

Autant dire que si au départ le jeu est honteusement simple, il devient rapidement de plus en plus complexe et il faut faire preuve non seulement d’une belle dextérité mais aussi d’une bonne dose de calcul et de réflexion. Le compte est bon !

Finalement, les phases les plus simples restent celles des acolytes de Dracula. Il s’agit pratiquement d’un mini-jeu dans lequel il faudra balancer la bonne couleur mais également éviter les attaques du boss ! Cela donne une coloration plus arcade au jeu, mais ça n’est pas forcément l’aspect le plus intéressant d’Helsing’s Fire.

PNG - 293.2 ko

Les trois mondes du mode Histoire débouchent chacun sur autant de niveaux de Survival, dont le principe est identique si ce n’est que cette fois, c’est un contre la montre. La durée de vie du jeu s’en trouve donc multiplié, et c’est sans compter les trophées àdécrocher du côté du réseau Crystal…

Une réalisation éclairante

Tout cela est bel et bon, mais comme si cela ne suffisait pas, Ratrod a également imaginé un univers unique, tout comme la réalisation : les discussions des deux compères, parfois interrompues par des nuisibles, sont souvent drôles (une maîtrise de l’anglais scolaire est bienvenue, mais pas indispensable pour suivre le jeu), mais ce qui frappe surtout, c’est la réalisation.

PNG - 236.4 ko

Les niveaux sont en 2D vus de haut et si les graphismes n’ont rien d’exceptionnel (on apprécie toutefois les clins d’oeil au design des années 30), la gestion de la lumière a fait l’objet de soins maniaques de la part du studio - et ça tombe plutôt bien puisque c’est le thème central du jeu.
La lumière file, se découpe, surgit au détour d’un coin de mur, c’est un plaisir de la voir se mouvoir entre les pans de murs et les obstacles !

Pour conclure

Original, prenant, exemplaire en matière de réalisation, il ne manque rien pour faire de ce Helsing’s Fire un modèle àsuivre. À 0,79 euro, c’est un jeu indispensable pour toute logithèque qui se respecte. Du grand art donc, dont l’éditeur Clickgamer (affilié àChillingo) aura certainement àcoeur de proposer du contenu supplémentaire dans les semaines et les mois qui viennent.



Version de test : 1.0
Machine de test : iPhone 3G
Niveau d’anglais requis : scolaire
Affiliation réseau : Crystal

Téléchargez Helsing’s Fire

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page