Hero of Sparta II : le choc du péplum

Par iMike le 3 août 2010 à 18h05

Hero of Sparta II : le choc du péplum

Argos, le fameux héros de Sparte, n'a pas de bol : à peine rentré chez lui que les Dieux ont décidé de se venger. Il va falloir lui prêter main forte…
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A
JPEG - 38.8 ko

Du sang, de la sueur et des larmes : la vie est difficile pour Argos, le combattant sanguinaire de Hero of Sparta, de retour de l’Enfer dans sa Sparte natale… en proie aux démons et aux Dieux ! Ni une ni deux, il devra faire de nouveau le ménage, surtout que cette fois, tout est de sa faute : notre homme a certes réussi àtriompher des Dieux dans sa première aventure, mais quitter le royaume des morts d’Hadès l’exposait lui et son peuple aux pires tourments. Et c’est bien ce qui s’est passé…

JPEG - 712 ko

Hero of Sparta II prend donc racine au sein d’une mythologie plus ou moins fantaisiste mais bien amenée et s’offre le luxe d’un scénario de péplum bien balancé, avec moultes cinématiques. Idéal pour l’immersion, même si pour un beat’em all, on n’en attendait pas tant !

De sang et de fureur

On suivra donc les pas d’Argos, qui devra dessouder du démon, monstres géants et autres succubes tout au long d’une longue aventure pleine de bruit et de fureur. Hero of Sparta II est une succession de combats au sein de toutes petites arènes au sein desquelles apparaissent grosso-modo les mêmes adversaires. Une fois occis, ces ennemis libèreront des orbes, permettant au héros de faire le plein en énergie et en mana, ce qui permettra également de passer àune autre « arène ».

JPEG - 543 ko

Le gros du jeu réside donc dans la baston ! Pour ce faire, le joueur devra compter sur ses réflexes et son habileté au combat, grâce àune maniabilité éprouvée depuis longtemps chez Gameloft : pad virtuel àgauche, boutons d’actions àdroite, mais il y a du neuf de ce côté.

L’éditeur n’a pas voulu multiplier les boutons àl’écran (l’interface du jeu est suffisamment chargée…) et a donc mis au point un deuxième pad permettant de frapper de plusieurs manières : la « molette » en bas pour détruire les boucliers des ennemis, en haut pour balancer un sévère coup en hauteur, àgauche ou àdroite pour arroser les environs… et il reste possible de tapoter comme un âne sur le bouton dans sa position centrale pour enchaîner les coups simples, mais toujours efficaces. Maintenir le bouton appuyé permet de balancer de temps en temps un super coup en lien avec son arme du moment.

JPEG - 700.2 ko

Pour le reste, un bouton pour sauter, et un deuxième pour utiliser son bouclier ou faire une roulade.
Ces manipulations sont comme toujours très bien expliquées durant le jeu, et le coup de la molette d’action est bien vu… même si on a souvent du mal à« sortir » les bons coups au bon moment. Un principe intéressant àretoucher pour une meilleure maniabilité - je vous rassure, on peut aussi se contenter d’écraser le bouton comme dans tout bon beat’em all qui se respecte !

Le choix dans le gameplay

Autre gameplay àmaîtriser : dans la droite ligne du premier épisode, le jeu réclamera de tapoter sur des boutons apparaissant de façon aléatoire afin de venir àbout d’un boss ou d’un monstre plus imposant.
On pourra également procéder àde sanglantes mises àmort, en tapotant un bouton « tête de mort » sur des adversaires en passe de mourir : la caméra s’approchera alors des deux protagonistes et le joueur pourra apprécier les douloureux coups d’épée d’Argos.

JPEG - 487.1 ko

C’est amusant cinq minutes, mais devant le tombereau d’ennemis àoccire, une vie entière ne suffirait pas àtous les achever de cette manière. Ce système de jeu se renforce de la possibilité de chevaucher de temps en temps des montures un peu spéciales comme des minotaures : tel un Yoshi (en beaucoup plus balaise… et lent), Argos pourra s’en servir comme moyen de transport particulièrement puissant.

JPEG - 526 ko

En-dehors de la baston pure et dure, Hero of Sparta II propose quelques phases de plateformes qui sont malheureusement bien moins fun, la faute àune caméra souvent mal placée, trop proche ou trop éloignée du héros. C’est bien dommage car on passe plus de temps àpester contre l’imprécision d’Argos qu’àprendre son pied àsauter d’un point àun autre.
Cela me permet au passage de souligner que le bouton de saut est lui aussi multitâches, avec par exemple la possibilité de « rebondir » dans les airs ou de planer (avec les ailes du deuxième chapitre).

Le jeu offre également un petit volet exploration/RPG, avec la recherche de cristaux de couleur (offrant une plus grande jauge de vie et de magie) et de signes astrologiques, qui permettront d’améliorer ses armes et la puissance des sorts. C’est assez limité (on aurait aimé pouvoir attribuer des points d’XP par exemple), mais on n’est pas dans un hack’n slash non plus.

JPEG - 528.4 ko

Globalement, le titre ne cache pas son jeu, si l’on peut dire : c’est du bourrin, mais de première catégorie. On frappe, on saute, on court, on tapote en rythme pour débloquer des passages, il n’y a pas tromperie sur la marchandise ! Le gameplay mériterait une petite retouche au niveau de la molette d’action, mais rien de bien grave, et on prend vraiment son pied àdessouder de l’ennemi.
Dommage que les phases de plateformes soient moins péchues… Mais heureusement, ça n’est pas le coeur du jeu.

Héros fort, durée de vie plus faible

Niveau réalisation, c’est grand luxe àtous les étages ! Gameloft a voulu faire honneur au premier Hero of Sparta qui àson époque, avait frappé les esprits. Si les graphismes ne sont pas du niveau de Zombie Infection, il n’en reste pas moins que l’éditeur livre la marchandise àce niveau.

JPEG - 665.3 ko

Testé sur un iPhone 4, le jeu affiche en effet des décors somptueux et immenses, mais parfois un peu vides question paysage. J’ai aussi pu noter quelques effets de clipping, mais rien de bien grave.

L’effort a surtout porté sur Argos en lui-même et sur les ennemis, qui bénéficient d’une animation au petit poil. Mention spéciale aux « grands » monstres qui sont réellement impressionnants !

JPEG - 672.9 ko

En ce qui concerne la durée de vie, au vu de la nature très scriptée du jeu, pas sà»r qu’on veuille recommencer l’histoire dans les 3 niveaux de difficulté proposés, car on s’embêterait plus qu’autre chose. Un petit mode Survie n’aurait pas été de trop histoire de rallonger un peu la sauce… voire un mode multi en coop !
Seul bonus proposé par le jeu, 52 succès seront àdébloquer, mais il n’est pas certain que cela soit suffisant pour se refaire le jeu.

Pour conclure

Hero of Sparta II est àtous les égards une suite encore plus maousse que le premier épisode, qui ne manquait déjàpas d’action et de rebondissements. Tout est plus grand, plus beau, plus mieux, àcommencer par un système de commandes qui sera certainement appelé àessaimer sur d’autres jeux du même éditeur.

En revanche, si l’on n’a pas le temps de s’ennuyer tout au long des pérégrinations d’Argos, c’est toujours le service minimum au niveau des modes de jeux et la durée de vie risque de s’en ressentir. C’est dommage, mais en attendant on se sera bien amusé et c’est bien làle principal.

Version de test : 1.0.2
Machine de test : iPhone 4
Niveau d’anglais requis : jeu localisé en français
Affiliation réseau : non

Téléchargez Hero of Sparta II

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page