Rocket Boy en met plein l’écran

Par iMike le 5 août 2010 à 18h05

Rocket Boy en met plein l'écran

Et si on tirait dans le tas ? C'est le programme de Rocket Boy, qui ne manquera pas d'atouts pour plaire aux amateurs du genre.
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Notre plateforme ne manque pas de jeux de tir en 2D, alors pour sortir du lot il s’agit de frapper fort, au niveau de la réalisation ou de l’inventivité ! Les québécois de QcMat tente le coup avec leur première réalisation, Rocket Boy 2D, qui cumule les bonnes idées… mais qui manque un peu de finition. On s’en explique dans la suite de ce test !

JPEG - 136.3 ko

OK, dans Rocket Boy, on passe son temps àdessouder de l’adversaire. Mais est-ce pour autant une raison de se passer d’un début de semblant de scénario ? Ça n’est certes pas le plus important, surtout pour ce genre de jeu, mais cela aide àl’immersion et mine de rien, ça permettrait de comprendre ce que fabrique cette tête de chat au-dessus du héros du jeu ! Mais on y reviendra un peu plus tard (oui, je fais durer le suspense…)

Un chat au-dessus de la tête

Le joueur devra diriger le héros sévèrement armé àtravers les 48 niveaux répartis dans 3 environnements bien différents - et qui chacun propose ses propres ennemis. Notez qu’il n’est pas utile de débloquer un monde pour avoir accès au suivant, le jeu propose tout simplement de passer de l’un àl’autre via un simple menu de sélection.
En ce qui concerne l’adversité, on passera d’extra-terrestres aux armées de Chuck Norris, en passant par des chars et des tourelles. La variété est de mise et on ne peut que saluer l’inventivité des développeurs !

JPEG - 189.2 ko

Le tireur fou se pilote de deux manières : àl’accéléromètre, ce qui se révèle rapidement rock’n roll et manquant d’un poil de précision (mais qui reste vraiment fun), ou via un plus traditionnel joystick virtuel.
Le tir est plus subtil. Plutôt que de succomber àla mode du deuxième pad, QcMat a fait un choix bien vu : celui de viser les ennemis en les désignant du doigt. Les munitions sont illimitées, alors faites-vous plaisir… Le joueur aura enfin la possibilité de recharger les accus du héros, mais attention, cette opération fera baisser la jauge de mana.

JPEG - 151.7 ko

Pour le reste, il s’agit de tirer dans le tas (visez la tête pour plus d’efficacité), d’essayer de rester vivant et surtout, de gagner des niveaux et des sous, car c’est grâce àcela que vous avancerez le plus loin dans le jeu, qui s’offre àcette occasion un aspect RPG pas désagréable.
Le fait de passer des niveaux permet de récupérer des points d’XP àrépartir entre plusieurs capacités, puissance, défense, santé, etc.

Un arsenal au grand complet

Le Rocket Boy du titre a plusieurs atouts pour faire face aux vagues d’ennemis qui lui tomberont sur le poil, mais le premier d’entre-eux est un jet pack qui lui permettra de prendre un peu de hauteur afin d’échapper aux tirs ennemis. Cet accessoire est particulièrement important, et il faudra le surveiller car lorsque sa jauge de charge est pleine… vous exploserez. Mieux vaut donc y aller petit bond par petit bond plutôt que de tenter de tutoyer le soleil…

JPEG - 148.8 ko

Le fameux chat dont on parlait plus haut est en fait l’un des nombreux éléments mis en place par les développeurs pour démarquer Rocket Boy de la production standard du genre : ce pod est une arme spéciale, qu’on pourra remplacer par d’autres plus puissants au fil de sa progression. Ces « super coups » sont de plusieurs natures : chute de stalactites glacées, éclairs, feu, chute de rochers…
Ces huit pods pourront être achetés contre des pièces d’or, qu’on récupèrera au fil de ses pérégrinations.

JPEG - 148 ko

Idem pour l’arsenal et les fringues du héros, qu’il faudra acheter via une petite boutique très complète : on s’offrira casquettes, t-shirts, pompes, et armes bien évidemment. Tout cela permettra d’acquérir plus de vitesse, de défense, d’attaque… Ne pas hésiter surtout àse refaire des niveaux déjàfinis : cela permettra de récolter toujours plus de pièces d’or.

Un jeu qui pique les yeux

Il y a beaucoup de choses vraiment bien dans Rocket Boy : l’action y est intense et diversifiée, le système de points d’XP, les items àacheter, les pods, le gameplay, tout cela est bel et bon. Mais même si on peut discuter des goà»ts et des couleurs, le jeu aurait mérité de passer par les mains d’un graphiste, car si on a déjàvu des jeux type « graffitis » façon Inkvaders, le jeu n’est pas très joli.

JPEG - 117.2 ko

Les personnages et les décors donnent l’impression d’avoir été dessinés avec de gros feutres sur le coin d’une nappe par un enfant de 9 ans - on peut aimer ou pas, mais àmon sens, il manque cruellement une patine pro sur les graphismes, et c’est d’autant plus dommage que le reste du jeu est vraiment sympa, fun et techniquement au point.

JPEG - 213.6 ko

De plus, les développeurs sont aux petits soins pour leur jeu et ont déjàmis en ligne une mise àjour apportant le fameux joystick virtuel et de meilleures performances. À noter qu’un correctif pour l’iPhone 3G est dans les tuyaux (le jeu est pratiquement injouable sur ce modèle) et qu’un mode Easy permettra d’aller un peu plus loin dans le jeu, plutôt difficile en effet.

Pour conclure

Rocket Boy 2D vaut le coup de s’y pencher. Bourré de contenu, un peu foutraque mais très sympathique, il me fait penser àces films de séries B àZ qui tentent de masquer leur manque de moyens par beaucoup de générosité, et c’est le cas de ce titre.
On regrettera cependant la qualité graphique qui n’a rien d’exceptionnel, ou l’absence de scénario. Mais à0,79 euro, difficile d’en demander plus !

Version de test : 1.1
Machine de test : iPad
Niveau d’anglais requis : non
Affiliation réseau : OpenFeint (tableaux de scores)

Téléchargez Rocket Boy 2D

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page