Seed 2 : une grosse graine de RPG

Par iMike le 24 septembre 2010 à 18h05

Seed 2 : une grosse graine de RPG

Difficile de trouver plus complet que ce jeu de rôle édité par Chillingo. Malheureusement, tout n'est pas rose…
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

C’est peu dire que la carrière du premier Seed a été compromise par des choix tarifaires pour le moins étranges de la part d’un Chillingo qui visiblement, se cherchait encore. Le jeu a débuté à2,39 euros, puis une semaine plus tard passait le titre gratuit, avec achats in-app… Après quatre mois, l’éditeur proposait une version Gold à7,99 euros, offrant tout le contenu du jeu, ces deux moutures étant distinctes l’une de l’autre… Bref, il fallait du courage et de l’abnégation au joueur pour s’en sortir.

JPEG - 383 ko

Mais l’éditeur n’a pas lâché prise et édite la suite, Seed 2 : Vortex of War, cette fois-ci solidement accroché àson tarif initial de 2,99 euros, et toujours développé par le studio Chgames - et ce dernier n’a pas lésiné sur la variété des situations et des possibilités.

Chillingo plante sa graine

Le jeu se déroule 5 ans après les événements du premier opus. Litta, le preux héros, est désormais professeur. Mais une nuit, un cauchemar particulièrement prégnant lui fera reprendre la route, toujours épaulé par son mentor, pas vraiment mort, mais pas réellement vivant non plus. Son périple l’emportera aux confins de Kalikuf…

JPEG - 521 ko

Notre homme disposera d’une variété d’armes pour l’aider dans sa tâche : épée, flingue, sorts… En plus d’un tir simple (ou d’un coup d’épée), il est possible de maintenir le bouton pour « charger » une méga-attaque, ou lancer une attaque dash histoire de frapper fort devant soi. Pas de combat au tour par tout, c’est tout en temps réel ! Et au vu du nombre d’ennemis (160 types, d’après l’éditeur, et on veut bien le croire), l’action sera bel et bien omniprésente.

JPEG - 408.2 ko

Pas de surprises concernant le contenu du jeu : il s’agira pour notre héros de parcourir les villages et leurs environs àla recherche d’une multitude d’items qui permettront de répondre aux sous-quêtes, innombrables, proposées par les habitants des lieux. En échange de ces objets, ils pourront vous refiler des items précieux, ou des sorts : àne pas négliger donc. Les quêtes FedEx où l’on joue au postier sont bien évidemment de la partie, et pour s’en sortir il ne faudra pas hésiter àparler àtout le monde une fois dans un village (il y en a 24 en tout).

JPEG - 446.2 ko

La gestion de l’inventaire est un jeu àlui tout seul, le nombre d’items àrécupérer est immense et donne le tournis. Et les possibilités d’améliorations sont conséquentes : des capacités des armes àla gestion des éléments, de la combinaison de pierres pour créer des cristaux àla conception (chez le maréchal-ferrant) de cavité pour déposer ces mêmes cristaux, il y a de quoi s’y perdre - sans compter le polissage de ses armes, àla gestion de l’influence des éléments (eau, terre, vent, feu), et aux armures, le joueur a de quoi perdre de riches heures de productivité.
Heureusement, le jeu nous prend parfois en main pour expliciter certains de ces éléments, mais il faudra le plus souvent tâtonner avant de trouver àquoi sert tel objet.

La graine du mal

Le jeu offre ainsi quelques dizaines d’heures d’explorations et de bastons en tout genre, dans lesquelles il faudra réellement s’impliquer pour en comprendre les tenants et les aboutissants - àce propos, n’hésitez pas àinvestir dans un dico anglais/français car le jeu n’est pas localisé ! Moins bavard qu’un Hybrid 2 par exemple, Seed 2 n’en est pas moins réservé àceux disposant d’un bon niveau d’anglais.

JPEG - 434.2 ko

Autre grief plus embêtant : la molette tactile a parfois du mal àrépondre de façon efficace. Pas particulièrement bien adapté àl’écran tactile de l’iPhone, ce pad virtuel est àrevoir… Heureusement, Litta vise automatiquement ses adversaires, car sinon il mourrait encore plus souvent !

JPEG - 274.7 ko

Lors des combats, et ils sont nombreux et souvent rapprochés, on aurait aimé pouvoir passer d’une arme àune autre histoire de varier les plaisirs. Or, on a eu beau chercher, la seule façon de faire est d’ouvrir l’inventaire et de s’équiper de l’arme avec laquelle on souhaite occire ses adversaires. Un quick slot destiné aux armes aurait ainsi été bienvenu, ce d’autant que la fonction existe pour les items standard…

Vous n’oublierez pas non plus de sauvegarder àintervalles très réguliers, car le jeu n’embarque pas de sauvegardes automatiques ! C’est extrêmement frustrant et pas bien finaud de la part du studio. Pan sur le bec !

JPEG - 507.5 ko

Enfin, le dernier écueil est aussi le plus étonnant : le jeu est assez moche. Enfin, les personnages, les décors et les bâtiments sont plutôt mignons, mais la résolution trop faible du jeu original donne l’impression que le titre est constamment flou… Sans compter que les l’interface de l’inventaire est trop petite, la police utilisée est hideuse et les slots de rangement des items sont àtapoter avec un cure-dent.

Pour conclure

Seed 2 aurait pu être au sommet de la chaîne alimentaire des jeux de rôle, mais les écueils sont définitivement trop nombreux : pixels qui bavent, molette peu pratique, sauvegarde pas automatique, résolution trop faible… C’est bien dommage, car pour le reste nous sommes en face d’un RPG particulièrement velu, avec des possibilités immenses, notamment dans la gestion et l’amélioration des objets et de son avatar. La durée de vie qui découle de la quête principale et des sous-quêtes est conséquente, surtout si l’on y rajoute les allers/retours fréquents vers Google Traduction ;-)

L’un dans l’autre, c’est tout de même une petite déception de la part de Chillingo, qui il est vrai se contente d’éditer.

Version de test : 1.0
Machine de test : iPhone 4
Niveau d’anglais requis : un excellent niveau nécessaire
Affiliation réseau : Crystal

Téléchargez Seed 2 : Vortex of War

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page