chronoSgear : match 3, RPG, ou les deux

Par iMike le 6 octobre 2010 à 18h05

chronoSgear : match 3, RPG, ou les deux

Match 3 ? Jeu de rôle ? Axion Logic a choisi de ne pas choisir pour son premier jeu pour iPhone et iPod touch. Et il y en a un mieux fichu que l'autre…
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Pour son premier jeu sur iPhone, le studio Axion Logic tente un gros coup : un mélange de jeu d’aventures, de RPG, de stratégie et de… match 3 ! À force de vouloir faire plein de trucs, il y a de fortes chances pour qu’on en rate certaines. Est-ce le cas de chronoSgear ? C’est ce que l’on va voir dans la suite de ce test…

PNG - 233 ko

Ce qui est bien dans ce jeu, c’est qu’on n’y incarne pas un héros au destin contrarié devant sauver l’humanité d’une menace quelconque, non : Starck est un membre d’une famille de la mafia, les Amici, qui devra remonter le temps pour dessouder le Général Vincenti qui a assassiné tous vos proches. En le tuant, dans le temps donc, notre jeune ami aura prouvé sa valeur et pourra devenir caïd parmi les caïds !
Bon àvrai dire, on se fiche un peu du scénario global, tout ce qui compte c’est de combattre et de leveller !

De l’aventure et du match 3…

Comme on l’a dit, le jeu n’est pas qu’un match 3. Il en est même assez éloigné… Le titre se décompose en fait en deux parties : la première nécessite d’explorer l’univers du jeu et c’est sans doute son aspect le moins fun. On ne s’improvise pas champion du jeu d’aventures mais là, c’est assez cheap.

PNG - 196.7 ko

Les différents niveaux se parcourent en 2D vu de haut façon jeu de rôle classique. Les interactions avec le décor sont limitées au strict minimum, avec des obstacles empêchant de passer par un autre chemin que celui prévu et des personnages raides comme des piquets, attendant que vous les abordiez. Encore faudra t-il pouvoir le faire, car l’ergonomie de cette phase de jeu n’a rien de bien folichonne : un gros D-Pad apparaît làoù vous posez le doigt, qui permet donc de se diriger dans cet univers bien morne. Le souci réside dans la maniabilité de cette croix directionnelle… il faudra s’y reprendre àdeux ou trois fois pour aller dans la direction souhaitée.

PNG - 135.2 ko

Notre héros, flanqué d’un sidekick robot, Haku, àla langue bien pendu, pourra discuter avec les personnages, entrer dans certains bâtiments (pour apprendre de nouveaux combos par exemple), le tout via des scènes dessinés dont chacun appréciera la qualité. Attention, une bonne compréhension de l’anglais est nécessaire…
Enfin, le joueur saura toujours où se diriger grâce àun petit compas en haut àgauche de l’écran.

PNG - 241.8 ko

Autant le dire tout de suite, cette partie du jeu n’est pas la plus palpitante et aurait sans doute mérité un peu plus de soin. Fort heureusement, chronoSgear ne se limite pas àce volet aventures…

… mais surtout du match 3 !

Comme dans tout bon jeu de rôle qui se respecte, il sera possible de s’exercer àl’art du combat de façon impromptue, au détour d’un passage contre un ennemi qui passe. Et c’est làque les choses deviennent plus intéressantes…

Le joueur se retrouve alors dans une arène partagée en deux. Au-dessus : son adversaire. En dessous : bin, le joueur (vous l’auriez deviné). Cette phase de jeu consiste àcréer des triplettes d’unités, en vertical (pour attaquer) ou àl’horizontale (pour la défense). Pour ce faire, il suffit de récupérer une unité et de la déposer dans la colonne adéquate. Il est également possible de supprimer une unité, ce qui peut en réalité constituer un gain : cette unité laissera sa place àcelle derrière elle, qui pourra constituer une attaque ou une défense…

PNG - 273.8 ko

Attention, tout cela n’est pas gratuit : chaque mouvement vous fait perdre un point de « move », et vous n’en avez pas beaucoup en stock - 3 àchaque tour. Il est heureusement possible d’en récupérer en formant des attaques, des défenses, ou mieux encore, des combos mixant les deux.
Dernière chose : il est possible de rappeler sur le terrain les unités partis au combat… mais ça vous coà»tera un nouveau point. À vous de calculer au mieux ce qui est le mieux pour vous…

PNG - 218.2 ko

La stratégie ne s’arrête pas là : en plus des 3 unités de base, vous disposerez au fil du jeu de plusieurs unités plus importantes, ayant des pouvoirs spéciaux comme les héros, des tourelles d’attaque, etc. Ces unités particulières nécessiteront d’être « alimentées » en unités de base avant d’être activées… mais ça ne signifie pas prêtes àl’emploi ! Chaque triplette d’attaque, et unités spéciales activées, doivent patienter un certain nombre de tours (symbolisés par de microscopiques carrés de couleur) avant de se lancer àl’assaut de l’adversaire…
Le but du jeu est donc de doser intelligemment escarmouches (certains triplettes n’ayant besoin que de 3 tours pour démarrer) et charges d’unités plus puissantes.

Une triplette dans la tête

De son côté, l’adversaire ne restera pas les bras croisés et mitonnera son plan de bataille. Dès qu’une ou plusieurs triplettes seront prêtes àattaquer, elles se lanceront àl’assaut jusqu’àla jauge de vie du joueur.

PNG - 268 ko

Les trois unités pourront perdre au passage quelques points de vie si des unités ennemis ou des boucliers de défense sont sur leur passage (d’où l’intérêt de toujours conserver quelques unités de-ci, de làsur le plateau de jeu, et ne pas investir que dans des colonnes). Les points de vie restants seront infligés àl’adversaire, jusqu’àce que mort s’ensuive.

Si la partie aventures n’est absolument pas emballante, en revanche le match 3 àhaute teneur stratégique se révèle bien meilleur et nécessitera finesse et calcul pour venir àbout des adversaires les plus coriaces. À tel point qu’on aurait bien bazardé le mode histoire pour ne conserver que le match 3 !
Pas fou, Axion Logic y a pensé et propose deux modes solo et multi (2 joueurs en pass’n play), dans lesquels on incarnera Starck ou un sbire de la famille Vincenti. Dommage qu’il faille débloquer des unités dans la campagne…

Une réal’ pas trois étoiles

Question réalisation, si on ne reviendra pas sur la partie histoire toute plate, la phase de jeu proprement dite est sympathique, avec des graphismes type 16 bits tout àfait àleur place. La bande-son est en revanche pas terrible (genre électro au kilomètre sans intérêt, et impossible évidemment d’écouter sa propre musique).

PNG - 255.6 ko

Niveau réseautage, c’est aussi le degré zéro, même pas de tableaux de scores en ligne, c’est vraiment la pitié. Pourtant, ce genre de jeu se prête bien àdes succès ou des scores globaux. Bah alors ?

Pour conclure

Complexe, riche, doté d’un léger aspect RPG bien vu, la partie stratégique de chronoSgear est très sympathique. Dommage qu’il faille se cogner une phase aventure mal fichue et pénible qui plombe le reste. Alors hop, on améliore ça et on obtiendra un excellent jeu digne de figurer sur l’iPhone de n’importe quel amateur de casse-tête !

Version de test : 1.03
Machine de test : iPhone 4
Niveau d’anglais requis : c’est mieux pour suivre les tutos
Affiliation réseau : walou

Télécharger chronoSgear

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page