Stoneship : le plus beau des bateaux ?

Par iMike le 1er octobre 2010 à 18h09

Stoneship : le plus beau des bateaux ?

Quand le studio Cyan sort la tête de Myst et de Riven, ça donne un attachant jeu de stratégie, aussi original qu'inattendu.
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Le studio Cyan Worlds est connu du monde entier pour un titre : Myst, un jeu d’aventures bourré de casse-tête (àmoins que ce ne soit l’inverse) qui a marqué plusieurs générations de joueurs… Sa suite, Riven, est d’ailleurs attendue avec impatience sur notre plateforme. Étonnamment, avec Stoneship, le studio a décidé de prendre un chemin de traverse, loin des sentiers battus de son style contemplatif et ultra-léché.

JPEG - 536.8 ko

Ce projet, qui s’il connaît le succès connaîtra sans doute des suites, permet àCyan d’explorer le genre du jeu de stratégie, de façon un peu décalée et très abordable, même s’il recèle des trésors d’habileté dont les fans du genre feront certainement leur miel.

Pirates des Caraïbes

Glissé dans la peau d’un capitaine de vaisseau qui devra faire régner l’ordre et la tranquillité sur les sept mers connues et inconnues. Dans votre ligne de mire : les pirates et… les monstres des mers ! Mais avant de partir àl’assaut, il faudra aller àla découverte de vos terres (et de vos mers), en dévoilant petit àpetit chacun des 83 niveaux (!).

JPEG - 594.2 ko

Au départ de chaque niveau, vous disposez d’un certain nombre de mouvements disponibles. La map est recouverte de tuiles qu’une tape permettra de supprimer, dévoilant ainsi un bout de mer, de terre, un port… Chaque tape représente un mouvement, et il faudra autant que possible tenter de débusquer le vaisseau pirate afin de savoir quel port il compte attaquer en premier !

Au fil de leur apparition, les ports pourront être reliés entre eux via un ingénieux système de cercles concentriques (rien de compliqué en fait : il suffit de tapoter sur un port pour que son cercle s’agrandisse. Attention, cela coà»te àchaque fois un mouvement) : deux ports ensemble peuvent ainsi partager des hommes. Et plus il y a de valeureux combattants, plus on est puissant pour combattre les pirates…

JPEG - 623.4 ko

Le niveau cache également des zones bonus, comme les ruines de temple qui permettent de récupérer des hommes, des radeaux àla dérive pourvoyeurs d’hommes… mais aussi des monstres, donc. Ceux-ci sont relativement facile àdébusquer puisqu’ils forment des vaguelettes débordant de leurs cases : si on découvre de telles vaguelettes sous une case, alors on sait qu’au-dessus ou juste àcôté se trouvera ledit monstre. On reviendra un peu plus tard sur la façon d’en venir àbout.

L’ÃŽle aux Pirates

On l’a vu, le jeu consiste donc àdévoiler petit àpetit une map via un système un rien complexe (les tuiles qui peuvent être supprimées apparaissent petit àpetit en vert, tandis que supprimer une tuile proche de la terre ferme dévoile deux tuiles d’un coup), mais bien fichu ; on se demande toujours ce qu’on va bien pouvoir dégotter sous un emplacement ! De plus, il faut se la jouer un rien tactique puisque son petit trésor de déplacements a tendance àfondre très vite.
L’objectif de cette phase de jeu est triple : dégotter les ports pour les relier entre eux, récupérer le maximum d’hommes, et débusquer le navire pirate.

JPEG - 604.5 ko

La découverte de ce dernier est très importante, puisqu’elle vous indiquera quel port les pirates comptent attaquer en premier, dès que votre capital de déplacements sera réduit àzéro. Et on saura de facto quel port il s’agira de renforcer en soldats afin de faire la nique rapidement au vaisseau !
Attention, il s’agit de garder une poire pour la soif, ne placez pas tous vos hommes dans un seul et même port : juste avant d’attaquer, le bâtiment pirate dévoilera sa course àtravers vos comptoirs - si le premier port tombe, le deuxième prendra la relève et il vaut mieux qu’il soit lui aussi chargé en soldatesque…

JPEG - 560.4 ko

Une fois que vos déplacements auront été réduits ànéant, et que les pirates seront prêts àl’assaut, le jeu passera alors àune nouvelle vue en 2D que nous allons expliciter ci-bas (t’as vu, je cause bien). Cette vue sera identique àcelle dans laquelle on bascule lorsqu’on tombe sur un monstre des mers…

Les Révoltés du Bounty

Cette phase de jeu se rapproche du tap-to-shoot : il faudra tapoter le plus rapidement possible sur les petites bulles « Fire » apparaissant en rythme àcôté de votre bâtiment ou de votre port. Le nombre de soldats, ainsi que le nombre d’armes récupérées dans les temples augmenteront votre frappe et votre résistance, mais il ne faudra pas hésiter àtapoter vite pour venir le plus rapidement possible àbout du vaisseau pirate.
Rappelez-vous, si le premier port échoue àsupprimer ce vaisseau, il passera alors au second port, etc.

JPEG - 518.6 ko

La baston contre le monstre des mers obéit au même principe, àl’exception notable que si ce dernier vous coule, vous êtes bon pour recommencer le niveau. Attention : il peut y avoir plusieurs bateaux pirates àcombattre, et le monstre devra lui aussi être battu, que vous l’ayez découvert ou pas en cours de jeu. Il attendra simplement son tour une fois que vous aurez détruit les bateaux pirates…

Le jeu offre une subtilité supplémentaire avec l’utilisation de « héros », des personnages àsélectionner avant chaque niveau et qui offrent des bonus en hommes, en armes, en déplacements, etc. À vous de choisir le bon bonhomme pour vous épauler !

JPEG - 604.1 ko

Si le mode Campagne ne vous suffit pas, il sera toujours possible de choisir des challenges qui portent rudement bien leur nom : il faudra avoir bourlingué un peu avant de s’y coller ! Le jeu offre ainsi une durée de vie plus que conséquente et comme il se révèle tactique, c’est un vrai plaisir que de s’y plonger.

Master & Commander

Ces deux phases de jeu se mixent particulièrement bien, bien aidé par une réalisation au niveau - en même temps, venant de Cyan, le contraire aurait été étonnant et de toutes manières, le jeu ne demande pas un débordement de démonstration technologique.

JPEG - 593.7 ko

On appréciera suivant sa sensibilité le choix des graphismes, qui sont aussi éloignés que possible àceux de Myst ou Riven : le studio donne ici dans le style « dessiné àla main » que je trouve un tout petit trop naïf en ce qui me concerne, je n’aurais pas été contre un peu plus de travail àce niveau. Ajoutons qu’un zoom sur la carte n’aurait pas été de trop…

Les animations sont réduites au strict minimum, quelques lancers de boulets de canon, des monstres qui bougent un peu… Làaussi, il aurait été bienvenu de proposer un peu plus. Même frugalité du côté de la bande-son : certes, la petite musiquette d’intro façon air de marin et le bruitage style « je déchire du papier » sont sympathiques, mais ça reste fort limité, ce d’autant plus qu’une fois encore, il sera impossible de sélectionner un morceau de votre bibliothèque.

JPEG - 626.4 ko

Autre absence : le jeu ne propose pas de tableaux de scores, ni en local ni en ligne, ce qui est une mauvaise habitude. Et ne parlons pas des succès eux aussi inexistants. Même pas un petit support Facebook, rien ni que dalle, c’est triste. Nif.
Un mot enfin concernant la langue utilisée : il n’est certes pas nécessaire de parfaitement maîtriser l’anglais pour comprendre le jeu, mais quelques notions seront tout de même bien utiles. Et un peu d’imagination également, le titre faisant beaucoup appel au « phrasé pirate », avec force « oh-oh captain »â€¦

Pour conclure

Cette première incursion en-dehors de Myst et consort est rafraîchissante et sort des sentiers battus. Le gameplay, simple, se révèle rapidement tactique et le joueur est amené àélaborer une véritable stratégie pour ne pas se retrouver acculé. Si l’on rajoute àcela une durée de vie particulièrement conséquente et une bonne humeur générale, ce Stoneship est une vraie petite réussite. Toutefois, si l’on peut pardonner l’absence d’une gestion des scores sur des jeux à0,79 euro, en revanche pour un titre tarifé 2,39 euros, on s’attend àun minimum de soin concernant les à-côtés… Quoi qu’il en soit, vous passerez certainement du bon temps avec ce jeu !

Version de test : 1.0
Machine de test : iPhone 4
Niveau d’anglais requis : brian be in t’ kitchen, mate
Affiliation réseau : zéro + zéro égal la tête àtoto

Téléchargez Stoneship

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page