Bubble Bobble Double : double bravo, double zéro ?

Par iMike le 4 octobre 2010 à 18h05

Bubble Bobble Double : double bravo, double zéro ?

Double programme pour Taito, qui offre l'adaptation du classique Bubble Bobble avec sa version modernisée. Double plaisir alors ? Pas si sà »r…
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Alors làmesdames messieurs, je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître. Il était une fois, donc, au fond des troquets une salle enfumée aux mystères peuplée de drôles de machines, dont la fonction première était d’engloutir les pièces durement gagnées àla sueur du front de nos parents. Et parmi ces machines, trônait en bonne place Bubble Bobble, soit l’histoire de deux dinos partis récupérer leurs fiancées respectives, enlevées par un immonde et salace baron quelconque.

JPEG - 562.2 ko

C’était en 1986, la préhistoire du jeu vidéo, et j’ai claqué un certain nombre de francs là-dedans (oui, on parlait encore en francs, bande d’insolents). Bref, foin de nostalgie mal placée, de l’eau a coulé sous les ponts et l’industrie vidéo-ludique s’est largement professionnalisée - mais un bon concept reste un bon concept, et celui de Bubble Bobble en est un ! On en veut pour preuve que Taito, l’éditeur du jeu original, capitalise toujours dessus en sortant une adaptation pour iOS ! Reste àsavoir si celle-ci est réussie et ce qu’elle apporte en plus… Vous savez quoi ? On va voir tout cela dans le test qui suit.

Le classique, c’est chic (mais chiant aussi)

Difficile d’imaginer que Taito ne propose pas de mode classique, reprenant trait pour trait la centaine de niveaux du jeu d’arcade original ainsi que son gameplay, et c’est sans surprise (mais avec pas mal d’émotion !) qu’on remet les doigts sur ce Bubble Bobble des origines.

JPEG - 250.5 ko

Bon, les graphismes ont vraiment vieilli, les sprites sont tout petits et les bruitages 8 bits ressemblent ànos souvenirs : pénibles. Le jeu s’affiche au sein d’une fenêtre encadrée par un pad virtuel, deux boutons A et B ainsi que des boutons Pause et Zoom, le tout dans un style très Game & Watch. Le Zoom permet d’agrandir (un tout petit) peu la zone de jeu, au prix d’un flou sur les pixels.

Ceci étant dit, l’esprit du jeu est respecté àla lettre : il s’agit toujours de sauter de plateformes en plateformes et de balancer des bulles contre les ennemis afin de les y enfermer - et de les éclater en sautant dedans ! Certaines bulles ont des propriétés particulières, comme la fameuse cascade d’eau dont les plus anciens se rappellent encore avec émotion.

JPEG - 318.3 ko

Les contrôles fonctionnent étonnamment bien, le pad virtuel répondant au doigt et àl’oeil. Taito a réalisé làun joli travail d’ergonomie qui permet presque de retrouver les sensations de l’époque - presque, car l’écran de jeu est vraiment ridicule, même avec le zoom, et il est parfois difficile d’éviter de se faire toucher alors qu’avec la machine d’arcade de l’époque, on pouvait se la jouer fine.

JPEG - 249.7 ko

Ceci étant dit, l’éditeur nous facilite grandement le travail : les continues sont illimités et il est possible d’activer (via le menu Pause), son acolyte ! En ce cas, c’est l’IA qui prend en main la destinée du dragon bleu, qui filera un petit coup de louche de temps en temps (il faut bien avouer qu’il passe plus souvent son temps àpasser de gauche àdroite qu’àclaquer des méchants).
L’idée est bien sympathique, mais il aurait été encore mieux de proposer un vrai mode deux joueurs en local !

JPEG - 320.3 ko

Ce mode classique fera perler quelques larmes sur les joues des plus nostalgiques et question madeleine, on en reprend deux fois plutôt qu’une. Ceci étant dit, comme je l’ai évoqué plus haut, courons camarade, car le vieux monde est derrière nous : la naphtaline, ça va bien cinq minutes. C’est pourquoi on regrette un peu que Taito n’ait pas conçu, comme LucasArt avec Monkey Island, une version modernisée des niveaux, avec des graphismes rehaussés et du vrai son, tout en conservant le gameplay de l’original. Mais l’éditeur a préféré partir dans une autre direction plus… étonnante.

Bubble Bobble Infinity Gene

Taito tente de redonner une seconde jeunesse àses titres emblématiques - on l’a vu récemment avec Space Invaders Infinity Gene, qui tente (avec succès) de prolonger le concept un peu vieux jeu de Space Invaders en le plongeant dans une solution sous acide.
Et nos deux amis de Bubble Bobble ont été les prochains sur la liste !

JPEG - 284.9 ko

Nous héritons donc d’un mode New Style, et effectivement Taito ne ment pas sur la marchandise : pour être nouveau, d’est du nouveau.
On retrouve notre ami Bub au centre de l’écran : celui-ci ne bouge pas, mais en revanche le joueur devra le protéger des attaques de ses ennemis en les enfermant dans des bulles. Il s’agit tout simplement de tapoter dessus une fois pour les bloquer, puis une deuxième fois pour les exploser.

JPEG - 269.5 ko

Un ennemi dans sa bulle pourra en supprimer d’autres par le truchement d’un combo, et c’est ce qui rapporte le plus de points. Les méchants explosés laissent place aux fameux bonus en forme de fruits et de bonbons : il s’agira de tous les récupérer pour nourrir un tableau d’items, faisant office de salle de trophées, si l’on veut. Un mode Challenge permet d’éclater du monstre durant des sessions de 2 et 5 minutes, et le tout va enrichir des tableaux de scores sur OpenFeint.

JPEG - 301.9 ko

Ce mode n’a franchement rien de très emballant, si on met de côté la réalisation hystérique àbase de fonds d’écrans mouvants et psychédéliques, il s’agit d’un tap to shoot pauvrement exécuté au niveau de son ergonomie (on râle souvent devant le peu de réactivité du jeu). Bref, bof, finalement le mode classique n’était pas si mal.

Pour conclure

Décidément, les bons jeux ne meurent jamais. Le mode classique de Bubble Bobble carbure certes àla nostalgie, mais il est toujours aussi prenant et plein de challenge. Son pendant moderne est paradoxalement encore moins lisible et moins fun. Plutôt que d’essayer de réinventer son jeu, Taito aurait gagné àproposer une version dépoussiérée du jeu originel, avec un gameplay qu’on aurait bien vu être proche de celui de Pix’n Love Rush. En tout état de cause, pour 3,99 euros, ça fait cher du jeu émulé et du tap to shoot…

Version de test : 1.0.0
Machine de test : iPhone 4
Niveau d’anglais requis : non
Affiliation réseau : OpenFeint

Téléchargez Bubble Bobble Double

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page