Eliminate : un FPS en réseau convaincant

Par iMike le 2 novembre 2009 à 00h42

Eliminate : un FPS en réseau convaincant

Eliminate est certainement le premier jeu à tirer partie intelligemment de sa boutique intégrée. Mais est-ce un bon jeu pour autant ?
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Eliminate, annoncé depuis des mois par Ngmoco, est un jeu qui a suivi une route sinueuse. D’abord appelé LiveFire, puis KillTest, ça n’est que récemment qu’il a obtenu son nom définitif plus guerrier. D’abord annoncé comme payant, ça n’est que depuis la possibilité d’intégrer des boutiques au sein de n’importe quelle application que l’on sait qu’il sera proposé gratuitement. Une bonne nouvelle… qui concerne encore peu de monde : histoire de tester les capacités de ses serveurs, le studio a décidé en effet de lancer un test grandeur nature… limité pour le moment àun seul pays, le Canada. On ne va pas s’en plaindre, mieux vaut en effet s’assurer que tout fonctionnera parfaitement une fois que le jeu sera disponible pour tous.

Mais qu’importe ces avatars, puisqu’au final le gameplay du jeu n’a lui pas bougé : il s’agit d’un FPS (jeu de tir àla première personne, àla manière de Doom) en réseau ! Il propose ainsi de dessouder de l’adversaire humain ou des bots (dirigés par l’ordinateur) au sein d’ambiances très « usine » - et pour cause : le scénario du jeu sort de l’ordinaire, puisqu’il s’agit en tant qu’employé d’Arsenal MegaCorp, de tester les armes et armures de son patron !

Eliminate offre trois modes de jeu : Monde, Amis et Bots. On reviendra sur les deux premiers un peu plus loin, mais le débutant voudra certainement tester les capacités du jeu avant de se lancer dans le grand bain : Bots est fait pour ça ! Ce mode sert en effet de zone d’entraînement et offre cinq maps pour apprendre les différents mouvements disponibles et y affronter des bots, donc.

Il sera plutôt avisé de tester toutes les maps, puisqu’on les retrouvera dans les deux autres modes multijoueurs. Il s’agira dès lors d’en connaître les moindres anfractuosités et recoins afin de pouvoir tirer en toute discrétion sur ses adversaires humains : connaître le terrain, c’est un atout considérable ! Les maps étant très petites, ça ne devrait pas poser trop de problème.

Les commandes nécessiteront elles aussi un peu d’entraînement, puisqu’il faudra jouer avec les deux mains : un joypad virtuel àgauche permet de se diriger, un doigt sur son arme permet de viser, une tape en bas de l’écran permet de sauter, tandis qu’un appui en haut àdroite permet de changer d’arme et de recharger. Un mouvement du doigt du bas vers le haut permet de jeter un oeil sur son environnement. Pour tirer, il suffit de tapoter sur son arme (une option de tir automatique est disponible). En tapotant au centre de l’écran, on active le mode sniper, bien pratique pour les headshots en toute tranquillité !

Au bout d’un moment, on s’y fait, mais il est vrai que pour se sentir àl’aise, il faudra s’entraîner un moment, surtout quand on s’est habitué àjouer avec une souris et un clavier ! Mais au final, on retrouve ses petits assez rapidement.

Une fois ses armes et les commandes bien en main, on pourra envisager de s’attaquer àde « vrais » humains au sein des modes Monde et Amis. Au préalable, il faudra s’être inscrit (gratuitement) sur le site Plus+, le réseau mis en place par Ngmoco pour ses joueurs. Les deux modes fonctionnent en 3G et en wifi, il n’y a de connexion Bluetooth possible.

Une seule façon de jouer est disponible, le Deathmatch, qui nécessitera de nettoyer la carte. Pas de mode coop, de capture de drapeau ou autres modes classiques de ce genre de jeu, mais on peut raisonnablement penser que Ngmoco planche dessus.

Dans le mode Monde, on atterrit arbitrairement sur une map garnie de quatre combattants humains. Une partie dure environ une minute et il est possible de « respawner » (renaître) autant de fois que nécessaire. Une fois la partie finie, un classement permet de savoir le nombre de morts par joueur, ainsi que le nombre de crédits remportés.

Sur le champ de bataille, les bonus sont nombreux : medikit bien sà»r, mais aussi jetpack, rapidité… Une fois un adversaire occis, on récupérera ses bonus, mais aussi son énergie !

Un mot rapide sur le mode Amis : comme son nom l’indique, il permet d’affronter ses amis (minimum un, 3 au maximum) via wifi, dans une arène sélectionnable. Au contraire du mode Bots, ce mode Amis permet d’étrenner ses nouvelles armes et armures, achetés grâce àdes crédits.

Les crédits sont la « monnaie » d’échange du jeu : avec eux, il est possible de s’acheter une arme plus puissante, une armure plus protectrice ou encore des accessoires, nécessaires pour tenir le choc face àdes adversaires de plus en plus solides (le jeu « s’accorde » au niveau de chaque joueur : le débutant ne se retrouvera pas sur une map pleine de psychopathes professionnels, et vice-versa). Les crédits permettront également de se racheter de l’énergie, autre paramètre très important.

L’énergie permet tout simplement de jouer. Au lancement, Eliminate offre suffisamment d’énergie pour pouvoir jouer 4 parties par jour. La barre d’énergie (qui contient vingt cellules) se recharge gratuitement au bout de quelques heures… Pour aller plus vite, il est possible d’en acheter, avec les crédits donc, ou via une boutique intégrée. Des « packs » de cellules sont disponibles contre une certaine somme : 45 cellules pour 1,59 euro, 280 cellules pour 7,99 euros ou encore 975 cellules pour 23,99 euros !

Dernier paramètre àprendre en compte, la personnalisation de son armement et de son armure. Plus on joue, plus on gagne de niveaux. Il faudra grimper dans ses niveaux pour pouvoir accéder àdes armures et des armes de plus en plus sophistiquées, que l’on s’achètera en crédits. Et pour avoir plus de crédits, il faudra jouer encore et encore, donc dépenser de l’énergie ! Un cercle vertueux (pour les finances de Ngmoco) ou vicieux (pour le joueur), donc, mais on était prévenu.

En conclusion

En l’espèce, cette version de test limitée au Canada est très satisfaisante : le jeu est sec et nerveux et techniquement parlant, on n’a pas ressenti de lag en mode Monde, que ce soit en 3G ou en wifi - cela changera peut-être quand le jeu sera disponible partout dans le monde, mais pour le moment les serveurs de Ngmoco ont l’air de tenir le choc ! Niveau graphisme, les maps ne sont pas particulièrement détaillées, ni d’ailleurs les avatars ou les armes. Mais le plus important, c’est le fun et de ce côté-là, on est largement servi, même si on y meurt un peu trop souvent et très facilement. On regrettera également les maps très petites.

Le système d’achat intégré est très malin, et on peut très bien prendre du plaisir sans avoir besoin de sortir le porte-monnaie. Toutefois, quatre parties par jour risquent de s’avérer bien légères…

Eliminate

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page