Blue Defense : la seconde vague est la meilleure

Par iMike le 22 octobre 2010 à 18h05

Blue Defense : la seconde vague est la meilleure

Un jeu de tir pas comme les autres, emballant et tactique à la fois : Cat in a Box frappe une fois de plus très fort.
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Ne cherchez pas trop loin : le style de Blue Defense : Second Wave est reconnaissable entre mille ! Impossible de se tromper car bon sang ne saurait mentir, nous sommes en présence d’un jeu indéniablement signé du développeur John Kooistra. L’auteur de Red Conquest ou de Blue Attack a un style bien àlui, avec des formes organiques et des couleurs fluos, et il affine au fil de ses jeux deux veines : le stratégie temps réel et le shoot’em up. C’est de ce dernier dont il est question dans Blue Defense, et comme toujours ça ne ressemble àrien de connu.

PNG - 642.7 ko

Le but du jeu est de défendre la planète Terre, menacée par des flots incessants d’extra-terrestres rouge et vert (une première pour Kooistra !). Le joueur est le dernier recours de l’humanité, qui a mis au point plusieurs armes pour se défendre... Du classique donc, mais le traitement et le gameplay du jeu le fait sortir de l’ordinaire.

Tirons dans l’alien

Notre amie la Terre est donc placée au centre de l’écran, tandis que les vagues d’aliens apparaissent de nulle part (c’est qu’ils sont balaises)... Pour s’en débarrasser, deux solutions : un tir automatique àdiriger làoù on le souhaite, et un bon gros laser qui dessoude tout ce qui passe devant lui. Hélas, le joueur ne pourra l’activer qu’un nombre très limité de fois durant une partie, même s’il sera possible de gagner une nouvelle explosion de temps en temps.

PNG - 364.7 ko

Le jeu consiste donc àviser les méchants avec le doigt ou l’accéléromètre, cette dernière méthode étant particulièrement sportive (en particulier sur l’iPad). Ça ressemble àun tap to shoot pour le moment, mais le développeur y a rajouté une petite note stratégique, car il est possible de placer jusqu’à10 cibles inamovibles sur le champ de bataille ; ce sont autant de tirs qui seront dirigés vers ces cibles, ce qui permet de s’occuper des adversaires ayant la bougeotte.

PNG - 513.9 ko

Attention cependant : pour alléchante qu’elle soit, cette méthode dégraisse votre puissance de feu. Il s’agit donc de placer ses cibles, puis une fois qu’elles ont rempli leurs bons offices, de les supprimer pour que le tir qui leur était assigné revienne dans votre giron. C’est plus dur àexpliquer qu’àfaire, je vous rassure !

PNG - 332.6 ko

Blue Defense est très maniable, enfin, surtout sur iPad : le grand écran se révèle bien plus pratique que celui de l’iPhone, sur lequel le doigt peut masquer une partie de l’action. C’est pourquoi on pourra mixer l’écran tactile avec l’accéléromètre… Heureusement, le jeu est universel !

Mars Attacks

Le jeu propose plusieurs modes. Le classique demande de dessouder les vagues d’ennemis au fur et àmesure de leur apparition (il y en a 99 en tout) - il sera possible de démarrer d’une vague en particulier, sans avoir besoin de tout redémarrer àchaque fois.

PNG - 357.3 ko

L’autre mode principal est beaucoup plus intéressant et pervers àla fois. Gauntlet réclamera de dézinguer de l’alien, mais il faudra en plus remplir un objectif, àsavoir un minimum d’ennemis détruits. Il sera donc nécessaire de conserver sur le terrain de jeu les QG extra-terrestres producteurs d’aliens afin d’en tirer tout le jus… mais éviter de se faire déborder par le nombre d’ennemis, ce d’autant plus que ces « boss » se montrent également redoutables en s’approchant inexorablement de la Terre.

PNG - 406.2 ko

Ces aliens, parlons-en justement. Ils sont de deux types, rouge et vert donc, et chacun ont leurs caractéristiques propres. Saluons ici l’incroyable diversité des mouvements et des comportements de ces adversaires (24 types en tout), tous redoutables mais qui cachent àchaque fois une faille… Autant dire qu’il va falloir jouer un sacré moment avant de tous les connaître, ce d’autant plus que les niveaux plus élevés mixent les genres) !
Ajoutez àcela le nombre de niveaux disponibles, les tableaux de scores en ligne (pour chacun des niveaux, bien entendu) et vous obtenez un shoot’em up d’une durée de vie exceptionnelle !

PNG - 671.6 ko

L’honnêteté nous oblige ici àpointer que la richesse du jeu a un corollaire : son interface est aussi fort chargée ! Les menus sont nombreux et il est parfois difficile d’y retrouver ses petits.

De l’action et du style

Alors c’est sà»r, le style de Kooistra, on accroche ou pas. Le jeu se déroule sur un fond noir (après tout, c’est l’espace…) et le fil de fer est roi. C’est clair que sur l’iPad, le tableau du jeu fait parfois vide, mais l’action intense compense cette absence de fond ! En revanche, les couleurs vives et surtout, l’animation des ennemis, toute en ondulations organiques très « extra-terrestre » emportent sans souci l’adhésion !

PNG - 464 ko

C’est plus plan-plan concernant la bande-son, composée de nappes de synthés un peu pénibles àla longue. On aurait aimé pouvoir choisir sa propre musique, mais ça n’est pas possible ; l’amateur pourra toutefois préférer écouter la bande-son du premier épisode de Blue Defense.

Le jeu n’offre pas d’accès àun réseau social particulier, mais les tableaux de score (74 en tout) sont en ligne et il y a 200 médailles àobtenir.

Pour conclure

On a rarement vu un jeu de tir aussi complexe, mais également aussi intense ! Blue Defense offre une expérience de shoot bourrin, avec une dose stratégique àne pas négliger. Les atouts du titre sont nombreux, de sa réalisation (qui ne ressemble àaucune autre) àson ergonomie, en passant par son universalité pour un prix tout doux.

On préfèrera toutefois s’y adonner sur l’iPad, où le titre donne la pleine mesure de son talent, et on salue John Kooistra qui nous offre làune nouvelle pépite unique en son genre.

Version de test : 1.0.1
Machine de test : iPhone 4 + iPad
Niveau d’anglais requis : il en faut
Affiliation réseau : nib

Téléchargez Blue Defense : Second Wave

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page