Mana Chronicles : mauvaises chroniques

Par iMike le 4 novembre 2010 à 18h05

Mana Chronicles : mauvaises chroniques

Pas sà »r que le portage pour iPhone de ce succès du jeu mobile en Chine s'imposait vraiment. Pourtant, le studio Spearhead s'y est collé… mais pas suffisamment.
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Choix étrange qu’a fait làle studio suédois Spearhead, créateur de jeux originaux comme Fall of Atlantis ou Phoenix Spirit : l’adaptation pour iPhone de Mana Chronicles, un jeu àla base développé pour les simples mobiles, et qui a obtenu un grand succès en Chine. Après tout, pourquoi pas, même si on est loin de l’esprit des deux premiers jeux du studio… Mais il aurait fallu ne pas se contenter d’un simple portage. Ça sent le coup marketing plutôt que le travail bien fait…

JPEG - 564.2 ko

Au-delàde son passif, Mana Chronicles est avant tout… un jeu pour iPhone et on se doit de le tester comme tel. Faisons donc abstraction des raisons pour lesquelles Spearhead a décidé de l’adapter ànotre plateforme et jetons un oeil froid et clinique sur l’objet.

Salut c’est l’Enfer, on peut passer ?

S’il y a une chose sympa dans ce jeu, c’est bien le délire de son scénario : les troupes de l’Enfer, menées par deux redoutables guerrières, s’abattent sur Terre. Personne ne peut résister àleur marche forcée vers la destruction, personne sauf… un certain Leon qui, investit du pouvoir du dieu de la guerre Mars, va corriger l’affront infernal.

JPEG - 774.4 ko

Pour ce faire, il disposera bien évidemment des super-attaques de Mars en lui-même, mais également d’une particularité amusante : au fil de sa progression, il « absorbera » les deux méchantes qu’il pourra invoquer de temps àautre, suivant le niveau de mana dont il dispose. Celles-ci embarquent leurs propres super-attaques, qui seront bien pratiques au moment d’affronter de gros monstres velus.

JPEG - 737.6 ko

Le jeu se déroule sur une île dans laquelle, tel Mario, on pourra sélectionner son point de chute (il faudra de toutes façons passer par tous les points proposés). L’île se découpe en trois environnements : la forêt, le village et l’enfer soi-même, tous arborant bien évidemment leurs propres décors sur lesquels nous reviendrons.

Attention, ça va charcler

On l’a compris : il s’agit d’un hack’n slash comportant quelques éléments de jeu de rôle. Notre héros gagne des points d’XP au fil de ses combats, ainsi que des items àdébusquer dans des coffres àexploser. Il y a làdes armes (différentes épées), des armures et des accessoires qu’il faudra panacher de façon pertinente, car Leon ne pourra en emporter que trois àla fois. Les statistiques permettent de s’y retrouver de façon simple.

JPEG - 717.8 ko

Ceci étant dit, ce volet RPG reste malheureusement limité àpas grand chose, un héritage sans doute de la version mobile. De toutes façons, on est làpour cogner et étriper ! Et àce petit jeu, Mana Chronicles n’est pas manchot.

JPEG - 361.8 ko

Outre les coups d’épée standard (qui dépendent de l’épée dont on est équipé), Leon a àsa disposition trois attaques spéciales, invoquant un dragon de feu, le tonnerre ou les boules de neige (bon d’accord, une attaque de glace, ça fait plus mal). Les méchantes de l’enfer ont aussi àleur disposition leurs propres attaques spécifiques, ce qui donne au final un nombre assez conséquent de super coups. Il faudra jongler habilement entre tous, notamment au niveau des boss, pour terminer l’histoire en bonne santé.

Chronique d’une mort annoncée

Au niveau de la maniabilité, c’est pas vraiment ça : Spearhead s’est contenté du strict minimum et le pad virtuel n’a rien de très réactif. Mais au vu du fracas qui se déroule sous nos yeux, ça n’a pas vraiment d’importance : puisqu’on ne voit rien de ce qui se passe àl’écran, le joueur se contentera de tapoter comme un fou sur le bouton d’action…

JPEG - 850.1 ko

Le jeu est vraiment digne de son modèle : les graphismes sont bêtement repiqués du jeu original, visiblement sans travail d’adaptation derrière. Ça vous a certes un petit côté rétro, mais les jeux Java, ça va bien cinq minutes, surtout quand on connaît la puissance dont peuvent faire preuve les appareils tactiles d’Apple.
Seuls surnagent certains coups spéciaux comme le dragon de feu qui, àcet égard et au vu de la qualité graphique très relative, fait illusion.

JPEG - 654.6 ko

De plus, et c’est sans doute le plus frustrant, le jeu est ultra-court : le mode Histoire se finit en 30 minutes montre en main, tandis que les 7 missions supplémentaires (du genre « finir un niveau en moins de 300 secondes ») sont honteusement faciles. L’aspect RPG ne sert pratiquement àrien : àquoi sert d’équiper finement le héros si le jeu se termine aussi vite ?

JPEG - 397.8 ko

Portons l’estocade finale en évoquant l’absence complète d’un réseau social : dans Mana Chronicles, on joue désespérément seul ; même un tableau des scores en ligne pointe aux abonnés absents.

Pour conclure

Brouillon, répétitif, sans intérêt, très court et plutôt moche, cette adaptation ne fait pas honneur aux talents du studio Spearhead qui nous avait habitué àbien mieux. Les développeurs se sont visiblement contentés de traduire le jeu sans en faire plus, espérant sans doute engranger les sous facilement sur le dos du succès de la version mobile.

Il y a pourtant quelques bonnes idées, comme les pouvoirs de Mars et l’absorption des déesses de l’enfer… Mais ça ne suffit pas àfaire un bon jeu ! Dans le genre hack’n slash, préférez donc un titre comme Hybrid 2 qui, pour un peu plus cher, offre une vraie histoire et de l’action bien balancée (lire notre test).

Version de test : 1.0.1
Machine de test : iPhone 4
Niveau d’anglais requis : un peu
Affiliation réseau : nib’

Téléchargez Mana Chronicles

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page