Star Wars : pas la peine de s’engager

Par iMike le 15 novembre 2010 à 18h05

Star Wars : pas la peine de s'engager

Impérial, ce nouvel opus de Star Wars ? Au vu de ses deux géniteurs (ngmoco et THQ), on peut en douter…
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Les jeux tirés de l’univers Star Wars sont au mieux potables (Battle of Hoth), au pire ridicules (Star Wars Cantina, allo ?). La faute en revient en grande partie àTHQ, qui a visiblement toujours préféré joué la carte de l’argent facile plutôt que de satisfaire les fans de la saga galactique. Le fait de s’allier avec ngmoco afin de développer le premier FPS Star Wars pour iPhone et iPod touch ne porte pas non plus àl’enthousiasme, tellement ce studio a perdu en crédibilité en multipliant les franchises faciles (la saga We quelque chose, Touch Pets…). Bref, que peut bien donner ce Star Wars : Imperial Academy, développé par deux éclopés ? C’est ce que nous allons voir.

JPEG - 487.5 ko

Sur le papier, Imperial Academy est particulièrement emballant : le joueur rejoint l’armée des clones menée par Dark Vador, et devra batailler ferme dans des combats àmort dans l’univers Star Wars. Excitant donc, mais il aurait fallu aller au-delàdu simple reskinnage d’Eliminate…

JPEG - 567.5 ko

Eliminate, un des premiers FPS en ligne pour iPhone/iPod touch signé ngmoco a connu un gros succès, et pour cause, le titre est nerveux et fort sympathique. Enfin, àl’époque, car depuis, de l’eau a coulé sous les ponts et les bons FPS se sont succédés. On a malheureusement l’impression que ngmoco a traité Star Wars : Imperial Academy comme une simple édition spéciale de son jeu de tir.

Dans une galaxie lointaine…

Pas de chichis ni de flonflons, le joueur attaque la partie directement par l’écran de sélection qui permet de lancer une partie en ligne, de créer une chambre pour combattre contre des potes, ou encore de s’entraîner en solo. Il vaut mieux débuter par ce mode (dit mode Clone), car il permet de prendre en main son Stormtrooper (et ça n’est pas une mince affaire comme on le verra plus tard).

JPEG - 657.4 ko

Six maps sont proposées, toutes inspirées des films IV, V et VI : Tatooine, Hoth, Tantive IV, Cloud City (Chamber et Tower), et le pont de l’Étoile Noire. Les décors sont effectivement assez proches de la saga, et les cartes regorgent de coins planqués, d’ascenseurs, de trous àrat dans lesquels on pourra tranquillement aligner ses ennemis.

JPEG - 669.1 ko

Autant le dire de suite : la maniabilité est mal fichue. L’écran de jeu affiche àgauche la molette virtuelle (qu’il sera possible de faire « flotter » selon l’emplacement de son pouce), tandis que de l’autre on trouvera un pad permettant de viser. Cette zone est assez limitée et pour tourner, il faudra impérativement que le pouce soit posé dessus et ne s’en éloigne pas sinon l’avatar restera immobile.

Sachez aussi que la caméra a une étrange tendance àbasculer vers la gauche ou la droite sans qu’on lui demande rien. L’absence de gestion de l’accéléromètre et du gyroscope est indigne d’un jeu de tir actuel, surtout que ngmoco se prive d’un contrôle qui aurait rendu le titre plus souple.

JPEG - 756.9 ko

Pour tirer, il suffira de tapoter àl’écran… avec le même pouce, d’où une certaine confusion entre le tir et le déplacement de la visée. N’hésitez pas àdésactiver le tir automatique : quand le magasin de munitions est vide, il faudra recharger. Heureusement, c’est automatique, mais le laps de temps vous laissera àpoil comme un Hutt et en proie aux tirs ennemis ; un aspect capital àsurveiller, donc.

Bref, ça fait un moment que je n’ai pas joué àEliminate mais il me semble qu’on a làun décalque de son gameplay. Face àArchetype ou Modern Combat 2, on sent bien de toutes façons que le studio n’a pas su s’adapter aux FPS modernes…

J’aurais voulu être un clone

Les 6 maps proposées raviront les fans de Star Wars, mais le contenu du jeu en lui-même se montre très pauvre avec un seul mode de jeu, en deathmatch. Que ce soit en mode solo ou dans les modes connectés, le joueur devra se contenter d’aligner ses adversaires et de respawner quand sa jauge de vie est àplat. Pas folichon donc, mais pour occuper quelques minutes, pourquoi pas - sachez qu’il n’est pas nécessaire d’être connecté àun réseau pour le mode solo.

JPEG - 494.9 ko

Le jeu offre un système de points d’XP permettant l’accès àde nouvelles armes, que l’on pourra s’offrir via des crédits, convertis àpartir de clés. Ce sont ces clés, des key cards dans le jeu, que ngmoco se propose d’acheter contre de l’argent sonnant et trébuchant. Le cours de la clé est assez élevé, avec 5 key cards à0,79 euro, et 30 clés à3,99 euros (ça va jusqu’à800 clés pour 39,99 euros).
Des coffres, semés partout sur les maps, offriront (contre de jolis crédits) des boucliers temporaires et autres items. Attention àne pas en abuser quand même…

JPEG - 334.3 ko

Ces crédits permettront également de s’offrir de nouvelles parties, mais ngmoco a vu relativement large et de ce côté du moins, il ne sera pas nécessaire de sortir constamment le porte-monnaie (au bout de la dixième session, le jeu ne m’avait toujours rien demandé) ! Chaque partie dure environ 4 minutes - il semble en fait que le jeu compte le nombre de « morts » par joueur ; arrivé àun certain nombre, il clôturera la partie.

JPEG - 542.8 ko

Les armes, armures et « capacités » (représentées par Han Solo et Luke Skywalker) coà»teront bien évidemment des crédits. Plus d’ailleurs que l’achat de nouvelles parties, les crédits servent surtout às’offrir de nouveaux jouets pour son soldat, qui pourra ainsi franchir les grades et de venir l’égal de Dark Vador (hum, tout de même pas…). Malheureusement, en tant que simples troufions, vous ne pourrez pas manipuler la Force. Et ne comptez pas tomber sur des personnages connus de l’univers de George Lucas, on est ici uniquement chez les clones.

JPEG - 635.7 ko

Chaque partie vous permet de récupérer des crédits et des key cards supplémentaires. Et si vraiment vous manquez de monnaie virtuelle, il vous sera proposé de tapoter sur une réclame pour en récupérer. Question modèle économique, ce Star Wars sauce freemium vise donc assez large et il sera tout àfait possible de jouer sans devoir mettre de l’argent sur la table. Mais rappelons qu’il s’agit d’une beta limitée au Canada et que le studio pourra resserrer les boulons ensuite…

La force n’est pas en lui

Outre l’ergonomie largement améliorable, la réalisation aurait elle aussi mérité un peu plus de soin. Les décors sont de simples textures inamovibles, et il vaudra mieux ne pas trop s’en approcher sinon bonjour les pixels. Soyons tout de même juste : les 6 maps du jeu respectent fidèlement l’univers Star Wars, mention spéciale aux deux cartes Cloud City et àTatooine, on s’y croirait ! Mais un peu plus de soin, voire, soyons fous, des éléments qui bougent n’auraient pas nui.

JPEG - 615.4 ko

L’animation n’est pas non plus au mieux de sa forme : les soldats donnent l’impression de poulets àqui on a coupé la tête. Ils gigotent dans tous les sens comme des pantins désarticulés. Il aurait sans doute été bon de travailler un peu plus cet aspect du jeu…

Mais le côté le plus rageant du jeu est sans conteste le match making, complètement nul : le joueur est balancé sur une map qu’il n’aura pas choisi, au milieu de joueurs dont les capacités lui seront peut-être largement supérieures. Du coup, c’est au petit bonheur la chance, les débutants se coltineront des joueurs chevronnés et mieux équipés, et roule ma poule. Les bruitages sont eux plutôt agréables, on reconnaît les fameux tirs laser des films (heureusement).

         

Pour conclure

Hé bien, ce n’est pas avec ce Star Wars : Imperial Academy que la franchise inter-galactique va remonter le niveau sur nos iPhone. Comme on l’a dit, le jeu ressemble àune version un peu plus élaborée d’Eliminate, qui a bien mal vieilli. Les commandes sont tout juste moyennes, les décors dignes de graphismes d’il y a un an et l’absence de modes de jeu autre que le deathmatch ne renforce pas la durée de vie.

Reste un univers Star Wars bien respecté (bien que limité aux Stormtroopers), un arsenal sympathique, un studio qui donne du temps au joueur avant de lui demander de l’argent, et un jeu qui reste au final assez nerveux - ce qui explique sa note pile dans la moyenne. Mais le vrai FPS Star Wars reste encore àinventer…

Version de test : 1.0
Machine de test : iPhone 4
Niveau d’anglais requis : un minimum
Affiliation réseau : Plus+

Téléchargez Star Wars : Imperial Academy

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page