Queen’s Crown : pas vraiment le roi des RPG

Par iMike le 27 décembre 2010 à 18h05

Queen's Crown : pas vraiment le roi des RPG

Si on attendait quelque chose du dernier jeu de Com2uS, on risque la déception. Ce jeu de rôle part pourtant sur de bonnes bases, mais devient vite irritant et lassant.
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Avec deux RPG au compteur (Caligo Chaser et The World of Magic) qui, il faut le dire, ont moyennement marqué les esprits malgré de solides arguments, Com2uS relance la machine avec Queen’s Crown, un nouveau RPG sur les traces de hits comme Zenonia 2 (Gamevil) ou Across Age (FDG). Le jeu a des atouts pour s’imposer, mais également quelques manques : voyons tout cela en détail.

JPEG - 369.2 ko

La princesse Ann n’est pas du genre àse laisser marcher sur ses royaux panards : après que son royaume de Scarbelhold se fut retrouvé sous la coupe des profondeurs des Enfers, elle se lance àla recherche de la couronne d’Or des fées. Et le voyage ne sera pas facile… mais il faut bien ça pour assurer un nouvel avenir au pays !

Ça sent le classique

Comme bon nombre de ses homologues, Queen’s Crown se déroule en vue de haut et en 2D. Le joueur y dirige la petite princesse par le biais d’une molette virtuelle qui répond assez bien aux sollicitations. L’ergonomie du jeu est classique, avec la présence d’un gros bouton d’action immanquable - celui-ci sera mis àrude épreuve car la baston est omniprésente, les ennemis ne cessant de réapparaître. Utile pour leveller rapidement, même si au bout d’un moment, on aimerait qu’ils disparaissent pour de bon.

JPEG - 493.9 ko

La quête principale est parsemée d’une myriade de missions secondaires : transport FedEx ou destruction d’un certain nombre d’ennemis, en règle générale. Ces missions annexes, qui semblent infinies, sont pourtant bien utiles : non seulement elles permettent de gagner des points d’XP et de l’argent, mais encore on pourra récupérer des objets nécessaires àsa progression. Il est toujours possible d’en passer par la boutique du jeu, on s’en expliquera un peu plus tard dans ce test.

JPEG - 349.8 ko

De la baston donc, et beaucoup : on passe son temps àfrapper toutes sortes d’adversaires, les pauvres. Et aussi un peu d’exploration, tout de même, parce que bon, on est dans un jeu de rôle tout de même ! L’aventure se révèle agréable àsuivre et les rebondissements seront nombreux.

JPEG - 475.5 ko

Précision d’importance : le jeu est tout en anglais (ou en coréen, c’est vous qui voyez), et il faudra tout de même un bon petit niveau pour suivre l’histoire… ce d’autant que la traduction se révèle assez moyenne (c’était aussi le cas avec SliceIt !, autre titre Com2uS, mais la localisation anglaise d’un titre pareil est moins importante que dans un jeu de rôle). Ceci étant dit, la progression reste relativement aisée et il sera pratiquement impossible de tourner en rond durant des heures.

Le choix des armes

La princesse démarre l’aventure avec pas grand chose dans sa musette : quelques potions, deux ou trois babioles… mais en revanche, elle compte àson arsenal quatre armes : une épée, une hache, une lance ainsi qu’un arc. Chacune dispose de son propre fonctionnement et de sa jauge d’XP, en plus de celle de l’héroïne - àvous de gérer au mieux pour obtenir un arsenal homogène ou au contraire, posséder une arme forte et trois plus faible. Mon petit conseil, pour ce qu’il vaut : chouchoutez l’arc (sans oublier de faire le plein de flèches) et une arme d’escarmouche, ce sera parfait.

JPEG - 506.6 ko

De nouvelles armes seront récupérées tout au long du jeu, et il faudra pour chacune remplir ànouveau leur jauge d’expérience : ne vous attachez donc pas trop àcelles que vous possédez…

JPEG - 288 ko

L’inventaire n’est pas un modèle du genre. Les icônes des items sont ridiculement petites et leur gestion laisse songeur : une tape affiche un menu contextuel très « Windows 95-style » dont la manipulation se heurte àl’absence de souris et de pointeur sur iPhone… Il faudra donc viser juste pour éviter de jeter un item plutôt que de s’en équiper. À revoir… Les sacs de transport se limitent à30 objets, et il sera possible (et chaudement recommandé) d’en gagner de nouveaux au fil de sa progression.

JPEG - 449 ko

Pour le reste et très classiquement, cet inventaire permet d’accéder aux quêtes en cours, aux sortilèges dont on dispose (6 en tout), permet de gérer ses gemmes (des capacités spéciales àarranger dans une sorte de taquin… et quand il n’y a plus de place, il faudra s’en débarrasser !), et bien évidemment au statut de l’héroïne. Au final, seul la gestion des objets est pénible avec ces petites icônes et ces boutons peu pratiques. On reste toutefois loin d’une ergonomie pensée pour les joueurs ayant peu d’expérience en matière de RPG, comme Gameloft sait le faire. Et on pourra trouver les graphismes de cette partie assez ternes…

Un truc qui agace

Bien que le jeu soit correctement tarifé, Com2uS a cru bon de rajouter une boutique proposant divers items : passe encore qu’il soit possible d’acheter des continue ou des sortilèges spécialisés, mais cette échoppe virtuelle propose également des slots d’accès facile àdes objets, ou encore des sacs, pour des prix pas franchement donnés (2,39 euros le sac, 1,99 euro les cinq slots)… Il y a làde l’abus car ces denrées sont difficiles àdénicher dans le titre en lui-même et leur utilité est capitale àune bonne expérience de jeu : être quasiment obligé de passer àla caisse dans un jeu déjàpayant relève au mieux d’une maladresse, au pire d’une arnaque. C’est en tout cas prendre les joueurs pour des vaches àlait et ça, c’est manquer de respect envers ceux qui vous font vivre.

JPEG - 374.7 ko

Malheureusement pour Queen’s Crown, les graphismes n’ont pas grand chose pour accrocher l’oeil, comme dans un Across Age somptueux dans son genre. Ça sent le pixel, même si les décors et les adversaires sont variés. Les écrans de chargement sont eux aussi trop nombreux et ont tendance àhacher l’histoire plus que de raison.

JPEG - 441.1 ko

La bande-son est purement illustrative, tandis que les bruitages portent sur les nerfs au bout d’un moment (forcément, avec toutes ces bastons, on ne cesse d’entendre le bruit du métal qui s’entrechoque).
Malgré la promesse du support de Game Center, impossible de trouver un accès au réseau d’Apple. En revanche, il est possible de se connecter via Facebook Connect. Ça reste très minimaliste tout de même…

         

Pour conclure

Queen’s Crown est malheureusement pour Com2uS bien loin d’égaler les deux jeux cités dans notre introduction. Très classique dans son déroulé malgré la possibilité d’utiliser plusieurs armes, plombant àforce de baston frénétique, et lesté d’une boutique de micro-paiements un rien abusive, le jeu a bien du mal àsoutenir la comparaison. Un meilleur équilibre dans les mécanismes du jeu lui aurait permis de mieux figurer.

Les jeux de rôle de qualité ne manquent pas sur notre plateforme et pour intéresser le joueur, il s’agit d’assurer un maximum dans tous les compartiments. Ça n’est pas le cas de Queen’s Crown qui se contente tout juste de la moyenne.

Version de test : 1.0.0
Machine de test : iPhone 4
Niveau d’anglais requis : il y a plutôt intérêt
Affiliation réseau : Facebook Connect

Téléchargez Queen’s Crown

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page