Les Chevaliers de Baphomet 2 : le retour de la perfection

Par Yoshi le 7 janvier 2011 à 18h03

Les Chevaliers de Baphomet 2 : le retour de la perfection

Après un premier volet ayant récolté la note ultime, ce deuxième épisode de la saga de Charles Cecil va-t-il pouvoir ne serait-ce qu'égaler son aîné ?
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A
PNG - 299.6 ko

À la fin de l’épisode précédent, nous avions laissé George Stobbart et Nico Collard (lire notre test), en train de roucouler àParis. Depuis, six moins ont passé, George a dà» revenir àNew-York àcause de la mort de son père et n’a pas revu sa dulcinée pendant ce temps. On retrouve nos deux héros juste après le retour de George en France.
Nico s’est éloignée de lui mais lui demande tout de même de l’accompagner àson rendez-vous avec un archéologue qui doit la renseigner sur l’origine d’une pierre mystérieuse. À peine entrée dans la demeure de l’éminent professeur, Nico se fait kidnapper et George se retrouve prisonnier dans la maison désormais en flammes. Il va donc devoir s’échapper et faire la lumière sur toute cette affaire, sauver Nico et au passage regagner son cÅ“ur. Tout un programme !

PNG - 183.7 ko

Bien évidemment, on ne change pas une formule qui gagne et Revolution a repris entièrement son système de point & click mis en place pour le premier épisode. Il faut donc toujours glisser son doigt sur l’écran pour repérer des points d’intérêt symbolisés par des cercles bleus. Puis, il suffit de toucher l’action que l’on veut effectuer, celles-ci se résumant le plus souvent àregarder ou interagir avec l’objet.

PNG - 372.5 ko

Il est aussi possible de parler avec les différentes personnes, que ce soit pour récolter des indices ou obtenir un objet. Les différents sujets de conversation sont matérialisés par des petites icônes représentant un personnage, un objet de votre inventaire ou toute autre chose pouvant entraîner un dialogue. Même s’il est parfois difficile de deviner la question qui sera posée, pas de problème, vous obtiendrez toujours soit des dialogues marrants, soit des informations complémentaires sur l’histoire du jeu.

PNG - 338.5 ko

Graphiquement, c’est toujours aussi joli et l’aspect dessin animé si caractéristique des deux premiers épisodes de la série (les deux suivants sont en 3D et ont d’ailleurs peu de chance d’arriver sur l’AppStore) fait toujours son petit effet. Que ce soit les environnements détaillés et diversifiés (le voyage vous emmènera de Paris au Mexique en passant par Londres) ou les personnages aux expressions diversifiées, un soin tout particulier a été apporté àl’univers du jeu.

PNG - 263.7 ko

Et que dire de ces dialogues si savoureux… Même dans les moments les plus critiques, les personnages ont toujours la petite phrase pour faire rire. Même les méchants restent comiques dans la plupart des situations. J’ai particulièrement apprécié le moment où George demande une corde àun prisonnier, qui lui demande ensuite ce qu’il va en faire. La réponse de l’américain est assez irréaliste…

PNG - 273.2 ko

Les doublages sont toujours aussi bien fichus et l’on retrouve avec plaisir les mêmes voix que dans le premier jeu. Impossible de critiquer le doublage français mais si vous préférez la version anglaise, le jeu est disponible en plusieurs versions sur l’AppStore afin d’éviter de rendre le jeu trop lourd avec des doublages dans chaque langue.

PNG - 291.7 ko

Autant vous rassurer (ou pas), le jeu est toujours aussi tordu et alambiqué. Sérieusement, sans les indices ajoutés et exclusifs àla version iPhone, on se demande comment certaines énigmes peuvent être résolues tant la réponse est compliquée. Mais c’est aussi ce qui participe au charme du jeu, un peu comme le slogan du PMU : « Tout le monde peut jouer, tout le monde peut gagner  », que l’on soit un habitué des point & click ou un nouveau venu. Comme précédemment, chaque indice vous mettra un peu plus sur la voie, pour pouvoir tout de même réfléchir entre chaque.

PNG - 238 ko

Au cas où vous seriez perdu dans l’histoire, un petit carnet est même disponible àtout moment, pour vous remémorer les événements passés, que les héros ont bien entendu le temps d’écrire sans qu’on s’en rende compte pendant le jeu. Ils sont trop fort, vraiment.

PNG - 258.2 ko

Pour l’instant, si vous avez déjàjoué au premier jeu, vous remarquez que tout a l’air d’être relativement similaire. Mais non, Revolution a encore peaufiné son jeu pour y ajouter plusieurs améliorations, certaines étant tout de même plus dispensables que d’autres.

On commence par quelque chose qui m’a particulièrement plu, il est désormais possible de mourir. En effet, alors que c’était possible dans la version originale, le Director’s Cut qui avait été offert àl’iPhone avait « censuré  » deux endroits du jeu où l’on pouvait mourir. Et bien, réjouissez-vous, il est désormais possible de faire Game Over dans quelques endroits peu nombreux, mais tout de même présents.

PNG - 271 ko

On continue avec l’universalité du titre, disponible en une seule version pour iPhone/iPod touch et iPad, contrairement au premier. N’oublions pas Game Center et ses succès, tous cachés pour le jeu. Il faudra donc penser àtout ce qu’il est possible d’accomplir dans ce jeu, un moyen comme un autre d’ajouter àune durée de vie déjàconsidérablement importante.

PNG - 186 ko

Pour finir, on pourra citer quelque chose qui n’est clairement pas courant dans les jeux iPhone, la possibilité de gérer ses sauvegardes. En effet, le fait de désinstaller un jeu de son appareil implique de perdre également sa sauvegarde. Et quand ça arrive malencontreusement sur un jeu comme celui-ci, la rage peut vite vous envahir.

Heureusement, Revolution a vraiment pensé àtout et propose de gérer plusieurs sauvegardes : une sur la machine, une sur Game Center, le tout étant contrôlable via l’interface d’iTunes ou DropBox. Bien entendu, on peut tricher et utiliser les astuces dans la première partie pour refaire la même chose sans indice dans la partie connectée àGame Center et tromper le réseau mais faire deux fois la même chose n’est pas très encourageant.

Mais c’est surtout pour pouvoir transférer sa partie d’un iPhone àun iPad que tout cela a été pensé. Le jeu étant universel, il vous suffit de récupérer votre sauvegarde entre chaque changement de machine et vous n’êtes pas obligé de tout recommencer. Un système bien astucieux et qu’on aimerait voir Apple exploiter plus franchement dans une prochaine version de Game Center.

PNG - 270 ko

Et avant de conclure, on termine par un petit ajout sympathique, une BD relatant les événements se situant entre les deux épisodes de la saga est déblocable assez rapidement dans l’aventure et permet d’expliquer comment tout a commencé.

PNG - 160.1 ko

Pour conclure

Le premier épisode des Chevaliers de Baphomet était déjàexceptionnel, mais cette suite le transcende sur quasiment tous les points. Histoire rythmée, toujours aussi beau et drôle, intégration du Game Center, gestion des sauvegardes et autres bonus bien sympathiques, j’aurais pu lui mettre 11/10 si c’était possible. En l’occurrence, il se contentera d’un « petit  » 10/10. Pour ceux qui ont apprécié le premier volet offert il y a quelques jours sur iTunes, ruez-vous sur cette suite énorme ! Et un énorme bravo àRevolution pour son jeu tout simplement parfait, chapeau !

Version de test : 1.0
Machine de test : iPhone 3GS
Niveau d’anglais requis : aucun
Affiliation réseau : Game Center

Téléchargez Les Chevaliers de Baphomet : le Bouclier de Quetzalcoatl

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page