Real Racing 2 dépasse les bornes

Par iMike le 17 décembre 2010 à 18h05

Real Racing 2 dépasse les bornes

À l'annonce de la sortie prochaine de Real Racing 2, Firemint a soulevé un vent d'enthousiasme parmi les adeptes de la conduite virtuelle. Les promesses sont-elles tenues ?
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Quand le premier Real Racing est apparu sur l’AppStore, on avait peine àcroire que ce que tenions dans nos mains était bien un iPhone : le studio Firemint avait su en tirer toute la quintessence de l’époque pour livrer une grande simulation de course, la plus aboutie alors… et qui l’est restée très longtemps. Rendez-vous compte, c’était presque la préhistoire du jeu vidéo pour notre plateforme !

JPEG - 591.6 ko

L’éditeur aurait pu se contenter de capitaliser sur ce titre en lui joignant des mises àjour de temps àautre (ce qu’il continue d’ailleurs de faire), mais c’était mal connaître Firemint, qui a pris son temps pour améliorer tous les compartiments du jeu, avec les technologies permises par iOS aujourd’hui. Au final, quelle claque !

Du réalisme derrière le volant

Le jeu ne fait pas vraiment dans l’originalité au niveau des différents modes de jeux : le mode Carrière permettra non seulement de récupérer de l’argent pour s’offrir de nouvelles voitures et pour les améliorer, tandis que les circuits débloqués pourront servir pour les contre la montre et les courses rapides.

JPEG - 668.9 ko

Le mode Carrière constitue donc le plat de résistance du titre ! Celui-ci offre 5 championnats constitués de diverses épreuves : élimination 1 vs 1, contre la montre, mini-championnat. Le fait d’assurer les conditions minimales pour passer àun nouveau championnat est relativement aisé ; cependant, avant de franchir le rubicon, on gagnera àpoursuivre son épopée afin de claquer les 100%. L’argent et les stats du joueur ne s’en porteront que mieux, et c’est ce qui vous permettra d’accéder àtoutes les courses.

JPEG - 633.8 ko

Si dans le premier volet, les voitures étaient toutes anonymes, la notoriété aidant, l’éditeur a pu aller taper àla porte des constructeurs ; résultat : tous les véhicules du jeu sont des reproductions de la vraie vie. On se retrouve donc àpiloter une Z4 ou une Evora 124, mais aussi des caisses plus modestes comme une Golf GTI ou une Focus. 30 voitures en tout, en provenance de BMW, Chevrolet, Ford, Jaguar, Lotus, McLaren, Nissan, Volkswagen et Volvo.

JPEG - 631.9 ko

Inutile de vouloir dès le départ démarrer avec une grosse bagnole : l’argent manque et de toutes façons, s’équiper d’un plus gros véhicule pourrait bien vous empêcher de participer àcertaines courses destinées aux petits calibres… et qui pourrait vous obliger àvendre votre nouveau jouet pour un plus modeste !
Chaque véhicule pourra être amélioré comme il convient : moteur, pneus, suspension, ces modifications sont différentes suivant la voiture. La couleur de la carrosserie pourra également être changé, mais il en coà»tera 5 000$…

JPEG - 674.4 ko

Les circuits, au nombre de 15, mélangent course en ville et sur piste fermée et si certains sont plus agréables que d’autres, tous seront àconnaître au petit poil afin de gagner les précieux centièmes de secondes qui séparent le vainqueur d’un perdant.
L’un des gros arguments de vente du jeu est le nombre de participants sur la route : 16 ! C’est particulièrement conséquent et c’est une première pour une simulation de course. L’IA de ces adversaires est largement au niveau même si on aurait apprécié un peu plus d’agressivité de la part des concurrents.

Un multi àaméliorer

L’autre grande affaire de Real Racing 2, c’est son mode multi ! En local évidemment et en wifi uniquement, il permet de créer et de rejoindre une roof pour se fritter avec huit de ses potes. Làaussi, c’est une première.

JPEG - 754.5 ko

Mais Firemint a aussi planché sur un mode en ligne permettant d’affronter jusqu’à16 adversaires humains ! Mais malheureusement, et c’est certainement la grande déception du jeu, le match making est tout pourri. Les joueurs de tous niveaux sont mis ensemble sur la ligne de départ et débrouille toi avec ta Ford Focus toute miteuse pour battre les joueurs possédant une McLaren MP4-12C rutilante… et bien plus rapide.

JPEG - 608.1 ko

Le studio a fait un choix singulier pour la sélection du circuit : les joueurs ont quelques secondes pour voter pour leur emplacement préféré ; celui qui obtient la majorité des votes sera le circuit sur lequel tout le monde courra. Plutôt malin, même si au final on se retrouve àtoujours piloter sur la même piste.
Par ailleurs, on aurait aimé pouvoir sélectionner un mode de course particulier. Bref, il y a certainement làmoyen d’améliorer l’expérience de jeu.

Permis de conduire pour tous

Au niveau de la conduite, le mode standard àl’accéléromètre est parfaitement calibré pour tous ceux qui sont adeptes de ce genre de commandes - il faut dire que c’est aussi la plus naturelle. Mais que ceux qui ne jurent que par l’écran tactile se rassurent : Firemint a mis les petits plats dans les grands avec pas moins de sept styles de pilotage !

JPEG - 581.3 ko

Il y en a pour tous les goà»ts : accéléromètre tout automatique, tout manuel, accélération et freinage àla main ou pas, commande pour gaucher… Personne ne se sentira exclu de Real Racing 2 ! Bien évidemment, il sera possible de bloquer l’horizon ou de demander une aide plus ou moins importante pour le freinage.

JPEG - 677.9 ko

Le jeu offre en fait la possibilité de jouer aussi bien très arcade (bon, on reste loin d’Asphalt 5 tout de même) que très réaliste. Chacun y trouvera son compte sans problème… D’ailleurs, pour la conduite façon arcade : oubliez les drifts ! Ils sont très faciles àsortir et vraiment peu efficaces. Et le drift, c’est pour les kékés de toute façon, alors.

Le jeu offre 5 caméras plus une vue arrière (àdéclencher en posant deux doigts sur l’écran). La position la plus intéressante, mais également la plus difficile àmaîtriser, est la vue cockpit. Celle-ci bénéficie d’un grand soin dans la reproduction du vrai cockpit des véhicules, mais surtout elle offre l’aspect le plus immersif et réaliste du jeu.
Les adeptes d’une conduite plus arcade choisiront une des deux vues àl’arrière de la voiture.

JPEG - 656.1 ko

Autant le dire, les sensations sont excellentes et participent grandement àl’attrait du jeu ainsi qu’àson aspect « encore une petite course » qui vous emmène tout au bout de la nuit…

La nouvelle référence graphique

Graphiquement parlant, Real Racing 2 enfonce àpeu près tout ce qui s’est fait en la matière : les détails àl’écran (sur iPhone 4, tout du moins) sont assez hallucinants de précision, de l’ombre porté des véhicules aux abords des circuits). Par contre, les abords de certains circuits font un peu vides.

JPEG - 663.3 ko

Satisfecit au niveau des effets du soleil, avec des lens flare de toute beauté, pas stéréotypés : on se prendrait presque àplisser des yeux quand on se retrouve devant le soleil ! À ce propos, la gestion de la lumière sur la carrosserie aurait pu en revanche être un peu plus prononcée, justement quand on passe rapidement dans une zone boisée.

Le moteur de particules, et notamment la projection de poussières, aurait pu être plus fin (on a l’impression de se manger des « paquets » de sable), tandis que certaines textures forestières auraient mérité plus de soin. Bon, je chipote hein…

JPEG - 599 ko

Ce qui frappe également, c’est la gestion des dégâts sur le véhicule. On s’étonne d’ailleurs que les constructeurs aient autorisé Firemint àreprésenter leurs précieuses voitures avec des morceaux en moins… Certes, ça reste encore limité àla perte des pare-chocs, mais c’est ànotre connaissance la première fois que l’on voit des véhicules dà»ment licenciés partir en lambeaux… et c’est assez réjouissant, en particulier au moment des retransmissions de la course !

JPEG - 665.4 ko

Parmi les petits détails qui font la différence, la petite map incrustée eh haut de l’écran est une idée toute simple, mais rarement vue jusqu’àmaintenant. On apprécie également le HUD qui n’en rajoute pas dans l’inflation de boutons et reste élégant.

En revanche, la grosse musique technouille qui tâche, merci bien, mais ça va pas être possible. Malheureusement pour le mélomane, àpart lui couper la chique, il ne sera pas possible d’écouter ses propres morceaux. Les bruitages sont eux aussi àranger dans la case « mouais bof » du jeu (mais je crois qu’il n’y aura aucune simulation de voitures qui arrivera àbien rendre cet aspect).

         

Pour conclure

On l’aura compris, Firemint signe làla simulation de course qu’il sera bien difficile d’égaler. S’il reste de la place pour améliorer certains points (on pense notamment au multi), la réalisation, les sensations de conduite et le mode Carrière complet valent largement les 7,99 euros demandés.

Connaissant le studio, on peut gager que Real Racing 2 recevra des mises àjour régulières. En l’état, le jeu rivalise sans problème avec les meilleurs titres du genre disponibles sur la PSP… pour bien moins cher. Les fans de jeux de course ne pourront que se faire plaisir sur les circuits de Real Racing 2 !

Version de test : 1.00
Machine de test : iPhone 4
Niveau d’anglais requis : pas vraiment utile
Affiliation réseau : Game Center

Téléchargez Real Racing 2

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page