World in War : une bonne guerre

Par iMike le 4 janvier 2011 à 18h05

World in War : une bonne guerre

Qu'il est doux de piloter de la chair à canon depuis le confort de son QG ! Contrairement à ses soldats, on ne risque pas de prendre une balle, et on peut renverser le cours de la seconde guerre mondiale, comme dans ce titre de Pan Vision.
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Certes, la guerre, ce n’est pas très joli. Et en particulier la deuxième guerre mondiale… Mais cela peut aussi être très amusant ! Les éditeurs rivalisent ainsi pour offrir des jeux de stratégie prenant pour théâtre les événements de la dernière grande guerre, et c’est au tour de Pan Vision de proposer sa vision des choses, avec le bien nommé World in War.

JPEG - 262.3 ko

De la blitzkrieg aux Ardennes, en passant par la conquête de France et la campagne d’Afrique, World in War se propose de faire revivre aux joueurs les plus grandes batailles de la seconde guerre mondiale, dans la peau d’un des belligérants : armée alliée, soviétique et allemande.
Et la campagne débute justement au sein de l’armée teutonne, prête àenvahir la Pologne qui ne compte pas se laisser faire : saurez-vous rallier Varsovie tout en défendant Berlin ?

La fleur au fusil

Le jeu offre donc d’emblée d’incarner les méchants, ce qui est àla fois assez jouissif et idéal pour se plonger dans le bain, la première bataille faisant en quelque sorte office de tutoriel histoire de piger les mécanismes du titre. Et ceux-làsont relativement faciles àcomprendre…

JPEG - 449.1 ko

La map qui vous fait face se compose de plusieurs régions sous la domination d’une ou de l’autre des armées. Certaines zones sont occupées par des unités et d’autres non ; il va sans dire que la prise de régions sans soldatesques ennemis ne pose aucun souci, mais attention àla fragmentation de votre armée !
Lorsque deux unités adverses se rencontrent au sein d’une zone, c’est le début d’un combat àmort ! Ces phases se contentent d’opposer les troupes les unes face aux autres, et celui qui a la plus grosse (armée) l’emporte. Pas de phase tactique, pas de gestion de mouvements de troupes ni de mise au point de stratégies qui peuvent parfois renverser le cours des choses : on reste dans de l’hyper-casual.

JPEG - 290 ko

Chaque tour permet de dépenser son argent dans la ou les usines sur son territoire. On pourra ainsi créer de nouvelles unités, des chars et des pièces d’artillerie. Le joueur pourra également déplacer ses troupes sur son territoire (dans les régions adjacentes uniquement) ou vers une zone ennemie.

JPEG - 249.5 ko

Les déplacements sont on ne peut plus simple : il suffit de glisser son doigt vers la région attenante. Attention aux mauvaises manoeuvres : un coup de doigt malheureux ne pourra pas être annulé, ce qui peut poser des problèmes en particulier sur l’écran étroit de l’iPhone. Voilàau moins un point que le studio pourra corriger dans une prochaine mise àjour…

Chair àcanon

Les unités sont au nombre de trois comme on l’a vu, mais il est également possible de prendre la voie de la mer pour encercler un ennemi. Dans ce cas, il suffit de déplacer l’armée d’une région dans le grand bain ! On créera alors automatiquement une flotte marine. Le jeu ne creuse pas beaucoup cette option maritime : on ne pourra pas bâtir de sous-marins, de porte-avions ou autres croiseurs.

JPEG - 180.2 ko

En revanche, il y a une petite subtilité : elle s’appelle « stratégie » et il s’agit basiquement d’une carte spéciale àplacer sur une région et qui permettra par exemple de balancer des paras sur la tête de l’ennemi, de mieux protéger une région ou tout simplement de disposer de plus d’argent. Ces cartes sont remises au fil de la progression (dommage qu’une boutique ne puisse en proposer !).

JPEG - 525.7 ko

La stratégie est donc fort simple : générer suffisamment d’unités, protéger sa capitale (la plupart du temps), et envahir celle du voisin. Certains scénarios (il y en a 13 en tout) proposent de se débrouiller avec un certain nombre d’unités sans pouvoir en créer (en Afrique du Nord par exemple), d’autres de protéger àtout prix une capitale (Moscou)… La diversité des situations est donc de mise, et c’est tant mieux.

JPEG - 204.4 ko

En revanche, si l’on attend de WiW un jeu àhaute teneur stratégique, avec gestion macro-économique et tactique de combats finement ciselées, c’est râpé. Le titre se contente de copier le système de jeu de Risk sans trop en rajouter ; les amateurs de ce type de mécanisme simple seront aux anges, ceux qui cherchent quelque chose de plus fouillé devront passer leur chemin.

Il faut être deux pour se faire la guerre

Bon, le mode solo, c’est bien gentil, mais tout l’intérêt de ce genre de jeu c’est bien évidemment la possibilité de jouer àplusieurs, et World in War ne faillit pas dans ce domaine, même si on reste dans du strict minimum. Il est ainsi possible de jouer àdeux joueurs au tour par tour et en pass’n play ou en multi en wifi.
Malgré les trois armées du jeu (et parfois toutes trois présentes dans certaines phases du mode solo), seuls 2 joueurs pourront combattre en multi.

JPEG - 329.5 ko

Ce mode utilise OpenFeint pour relier les joueurs entre eux. Pas vraiment un modèle d’ergonomie (il faut envoyer une invitation àun adversaire, attendre qu’il l’accepte et se connecte), on aurait largement préféré le support de Game Center. Pour le reste, le multi offre tout ce qu’on attend de lui : les parties sont endiablées et dynamiques !

À noter que le menu Combat (qui regroupe les modes multi) permet également de créer des parties contre l’ordinateur : idéal pour parfaire ses stratégies et s’entraîner.

La guerre est-elle jolie ?

Au niveau réalisation, pas grand chose àsouligner : les cartes sont relativement basiques, ainsi que les items àl’écran. Et c’est bien dommage, car on aurait pu s’attendre àquelque chose de beaucoup plus raffiné au vu de l’écran d’accueil affichant de somptueux paysages de manière aléatoire. Les séquences de dialogues, apparaissant de temps àautre au milieu de la partie, sont également réussis, ne manquent pas d’humour et cerise sur le char, sont parfaitement traduits en français (quelques erreurs d’affichage au niveau des accents, toutefois).

JPEG - 449.2 ko

La bande-son est sympathique mais tape sur les nerfs au bout d’un moment. Les bruitages se révèlent purement illustratifs (fracas des armes lors des combats, bruit de tiroir-caisse, ce genre de chose). Et impossible d’écouter sa propre musique…
Outre le mode multi, OpenFeint comporte un certain nombre de succès àdébloquer.

         

Pour conclure

Il ne faudra pas attendre de World in War plus qu’il n’offre, àsavoir un jeu de stratégie qui ne va pas au-delàde la production d’unités et du déplacement de troupes. Dommage, car en l’état le titre est suffisamment bien fichu et sympa pour qu’on ait envie de creuser plus loin, par exemple en planchant sur des tactiques de combat spécifiques. Ceux qui en ont soupé de Risk pourront plonger la tête la première dans ce World in War ; les autres y trouveront un amusant jeu de stratégie casual qui saura occuper de longues minutes.
La version iPhone/iPod touch coà»te 2,39 euros, la mouture iPad est à5,49 euros.

Version de test : 1.0
Machine de test : iPhone 4
Niveau d’anglais requis : localisé en français
Affiliation réseau : OpenFeint

Téléchargez World in War

Téléchargez World in War HD

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page