Sacred Odyssey : épopée àénigmes

Par iMike le 8 février 2011 à 18h05

Sacred Odyssey : épopée à énigmes

De l'aventure, de l'action (pas trop), des énigmes (beaucoup), des emprunts à Zelda, c'est le cocktail plutôt réussi de ce nouveau titre Gameloft.
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Avant d’attaquer le test àproprement parler, il faut ici évoquer le modèle économique utilisé pour la première fois par Gameloft, àsavoir le freemium : si le jeu est effectivement gratuit au téléchargement, il faudra très rapidement passer àla caisse (5,49 euros) afin d’en goà»ter la substantifique moelle. Cette forme de distribution a des avantages, elle a également des inconvénients !

JPEG - 602.3 ko

Ainsi, Gameloft se passe d’une version Lite qui encombre son catalogue et évite aux joueurs de télécharger deux fois le même jeu… sans compter que le piratage est plus difficile avec un jeu freemium. D’un autre côté, l’éditeur s’interdit d’apparaître dans le classement des jeux payants les plus téléchargés, une source de promotion non négligeable. De plus, àmoins de communiquer sur le sujet (ce que Gameloft sait faire), les éventuelles baisses de prix sur le jeu ne seront pas répercutées par les sites spécialisés.

JPEG - 567.5 ko

On verra bien si l’expérience s’avèrera concluante ou pas. Quoi qu’il en soit, et puisqu’après tout l’important est de savoir si le jeu est bon ou pas, fermons cette parenthèse, embarquons une épée et sautons sur notre cheval, hop.

Il était une fois…

Le jeu débute de façon très classique : notre héros, le jeune et fougueux Ayden, fermier de son état, s’embête un peu entre ses chèvres et les travaux de la ferme familiale. L’aventure frappe soudain àsa porte par le biais d’une délicieuse damoiselle en détresse et qui, de fil en aiguille, va transformer notre brave cavalier en chasseur du Graal ! Sinon, c’est apocalypse, tout ça.

JPEG - 377.2 ko

Fort heureusement, il ne partira pas seul avec son entre-jambe et son couteau. Pour l’aider dans cette tâche immense, il aura àdisposition un canasson qui lui permettra de chevaucher les moyennement immenses pairies ondoyantes de Lasgalen, une épée magique, un bouclier et une arme tout aussi magique greffée àson bras. Grâce àce dernier, il pourra par exemple mouvoir de lourds objets par la pensée, balancer de sévères coups de poing, et d’autres fonctions encore.

JPEG - 517.6 ko

Ayden, qui n’a pas oublié d’être une gravure de mode, est aussi capable d’humour, ce qui donne parfois lieu àquelques dialogues amusants. Mais on n’est pas làpour rigoler : Sacred Odyssey est surtout un prétexte àse bagarrer… mais aussi et surtout àse creuser le chou. Et croyez-moi, les énigmes et autres puzzles disséminés ici ou làdans le jeu risquent de vous tenir occupés un moment !

JPEG - 504.7 ko

Car c’est la bonne surprise de ce titre : les casse-têtes ne sont pas prédigérés comme c’était malheureusement le cas avec Shadow Guardian. Un niveau particulièrement retors vous réclamera de positionner des miroirs de façon àouvrir des portes : une bonne étude du terrain ainsi que quelques compétences en matière de rais de lumière ne seront pas de trop pour en venir au bout.

JPEG - 537.4 ko

D’autres puzzles moins complexes mais tout aussi intéressants sont disséminés de-ci de là, amenant pour une fois le joueur àréfléchir plutôt qu’àtaper dans le tas, et c’est tant mieux.

Pas trop de baston quand même

Qu’on se rassure, il n’est pas question que de jugeote. Le jeu ménage son lot de bagarres, mais hélas, c’est un peu moins intéressant. Les types d’ennemis sont assez réduits (quatre, d’après ce que j’ai pu compter), et se limite àécraser le bouton d’action jusqu’àce que mort s’ensuive. On ne retrouve pas àce niveau la richesse de Spider-Man Total Mayhem ou de Hero of Sparta II, assez indépassables en la matière certes… mais il aurait été bon que Gameloft s’en inspire.

JPEG - 428.3 ko

Tout cela ressemble àun jeu de rôle mais Sacred Odyssey se contente d’être un jeu d’aventures lambda : des quêtes certes, mais pas de gestion d’XP, un inventaire réduit àpas grand chose (grosso modo des fioles de vie et trois types d’armes), pas d’équipement àgérer… À ce niveau-là, on reste sur du casual bon teint, ce qui est un peu dommage quand on voit ce que l’éditeur avait réussi àfaire avec Eternal Legacy.

JPEG - 649.7 ko

En ce qui concerne les commandes du jeu, c’est du très grand classique qui ne devrait pas déboussoler les connaisseurs des jeux Gameloft : une molette àgauche pour se diriger, un pouce droit qui sert àviser, des boutons d’action ! Petite nouveauté, un bouton en haut àdroite qui permet de sélectionner une arme, une opération pas si facile àeffectuer en plein milieu d’une baston. L’interface pourra être personnalisée si on le souhaite.

JPEG - 415.9 ko

Graphiquement parlant, le jeu est une coche en dessous de Shadow Guardian, la référence chez Gameloft, avec un peu de clipping àla clé. Les textures des décors sont un peu moins détaillées, mais satisfecit au niveau des visages et en particulier celui d’Ayden, qui ne manque pas de détails. Les efforts sur l’animation sont surtout réservés aux personnages, les décors se contentant d’être la plupart des temps plantés là.

JPEG - 754.2 ko

Avec ses 4 « donjons » remplis de bruit, de fureur et surtout de casse-têtes malins, Sacred Odyssey devrait scotcher le joueur durant quelques heures àla recherche des 4 fragments du Graal. En revanche, la rejouabilité est limitée aux quelques quêtes secondaires : pas tableaux de scores en vue, mais 15 succès seront tout de même àdébloquer.

Pour conclure

Làoù on attendait un jeu de rôle àla hack’n slash, Gameloft nous offre avec Sacred Odyssey un bien plus intéressant jeu d’aventures àforte dose de casse-tête. Pour ceux qui voudront de la vraie baston, il faudra se tourner vers Hero of Sparta ; pour les autres, cette épopée est suffisamment accrocheuse pour intéresser le plus grand nombre.
Dommage cependant que les combats et l’aspect RPG aient été vite expédiés.

Ah, et concernant cette polémique avec les emprunts àZelda : comme toujours, on pourra rétorquer que Gameloft fait oeuvre de salubrité publique en portant des éléments d’un grand jeu sur iOS, car c’est le seul moyen qu’ont les joueurs de s’adonner aux plaisirs du jeu de Nintendo sur leurs appareils (de façon légale, s’entend). Certes, on préférerait que l’éditeur développe ses propres franchises, mais mieux vaut un jeu que rien du tout, surtout que Sacred Odyssey n’a pas àrougir.

Version de test : 1.0.0
Machine de test : iPhone 4
Niveau d’anglais requis : sous-titres en français
Affiliation réseau : nib’
Prix : 5,49 euros

Téléchargez Sacred Odyssey : Rise of Ayden

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page