Volcano Escape : beaucoup trop chaud

Par iMike le 25 février 2011 à 18h05

Volcano Escape : beaucoup trop chaud

Entre le jeu de monte-en-l'air et de tir à double pad, le studio Bravo aurait dà » choisir un peu mieux son camp.
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Quand on est un petit studio, pour faire causer de son jeu, la recette est simple : soit créer un excellent titre, soit balancer de la pub àtout va. L’espagnol Bravo, déjàauteur d’un très apprécié Touch Racing Nitro, aurait dà» choisir la première solution plutôt que d’arroser les confrères US de bandeaux de réclame…

JPEG - 671.5 ko

Mais avant de dire du mal, évoquons le scénario, léger comme une plume, mais rigolo quand même : le joueur incarne le héros de guerre Charlie Bravo, qui n’a décidément pas de bol - en plein milieu des vacances, il se fait enlever par une bande de sauvages qui le jette dans un volcan en fusion. La seule et unique obsession de Charlie est désormais de se sortir de ce guêpier… et d’abattre le maximum de méchants ! Ah, je vous l’ai pas dit ? Le volcan est proche de l’éruption…

Échauffons-nous les esprits

Il s’agit donc d’un jeu de monte-en-l’air dont le concept a été multi-repiqué par des milliers de titres depuis le succès de Doodle Jump ; ceci étant dit, Volcano Escape ne nourrit àpeu près aucun rapport avec le jeu de Lima Sky, si ce n’est celui d’une grimpette infinie. Ce titre du studio Bravo est bien plus proche du jeu de plateformes, avec un héros bondissant sur les obstacles et les murs, sans peur et sans reproches ! Mais attention àla chute, car elle signifiera presque toujours la mort dans la lave du volcan, qui ne cesse de grimper…

JPEG - 754.7 ko

Charlie doit également composer avec les membres de la tribu, qui pullulent àl’intérieur de la cheminée. Pour s’en débarrasser, rien de plus simple : il suffit de leur tirer dessus ! Mais, et c’est làque le premier bât blesse, le flingue de notre homme est géré comme dans un jeu de tir àdouble pad. Résultat, il est possible de tirer dans n’importe quelle direction grâce àla molette qui tourne à360 degrés. Et alors, c’est plutôt bien, non ?, me dites-vous avec l’air renfrogné caractéristique du manque d’heures de sommeil (je sais tout de vous) : oui mais non, vous réponds-je, car la maniabilité de l’ensemble est très mal pensée.

JPEG - 632.7 ko

Plutôt que de se poser franchement sur une plateforme tel Mario, Charlie est atteint du syndrome de l’inertie fatale : ne répondant àaucune règle des pourtant sacro-saintes lois de la physique, sa gravité est particulièrement légère. Résultat, le fier soldat n’arrive pas àse poser franchement sur une plateforme, ne sachant pas rester en place plus d’une demi-seconde. Et c’est extrêmement pénible, car il faut continuellement sauter afin d’éviter les trous entre les plateformes, en espérant ne pas tomber tout au fond du volcan.

JPEG - 660.9 ko

Làoù on s’attend àun gameplay façon Super Mario avec des sauts aux réceptions millimétrées, on se retrouve avec un personnage limite injouable, sautillant et rebondissant sur le moindre obstacle, alors que nom d’une bille en bois, on aimerait juste qu’il arrête de bouger !

Les sauts sont eux aussi frappés par cette engeance : on ne sait jamais trop si on sera trop haut ou pas assez, s’il est possible de tapoter une seconde fois pour un double saut, d’autant qu’un appui prolongé (qui pourrait signifier un plus grand saut) ne semble pas géré. Du coup, c’est un peu au petit bonheur la chance. Et dans un jeu de ce type, cela ne pardonne pas.
Ce d’autant que le bouton de saut est étrangement placé en haut àdroite, quand la logique aurait voulu qu’il soit situé en bas - oui mais voilà, àcet endroit on trouve la molette du tir… On en revient donc àce problème, étroitement lié àla jouabilité défaillante : il est très difficile de placer son tir pour viser précisément un méchant.

JPEG - 697.5 ko

Ce qui aurait dà» être un mix entre Minigore et Doodle Jump ressemble donc au brouillon d’un jeu qui sur le papier, a vraiment tout pour séduire.

Chaud chaud le volcan

Car le jeu ne manque pas d’atouts. On l’avait senti avec Touch Racing Nitro, le studio Bravo a une vraie patte et un style inimitable reconnaissable entre mille. Les graphismes, tout en 3D, sont vraiment mignons (en particulier sur un écran Retina), avec des fonds qui pètent de couleurs chaudes, un régal pour les yeux. Petit hic toutefois, il est parfois difficile de repérer les ennemis, parfois noyés sous la richesse du décor.

JPEG - 645.5 ko

Autre bon point, le nombre de power-up qu’il est possible de récupérer au fil du jeu : jet-pack, bouclier, super-saut (ce qui vient encore compliquer la jouabilité, mais bon), armes spéciales… Il y a làde quoi voir venir et se faire plaisir.
Tout comme d’ailleurs les 6 personnages àdébloquer, en ramassant des caisses spéciales ou en atteignant des hauteurs spécifiques. Tout cela contribue àdonner au jeu une durée de vie conséquente, ce d’autant que le réseautage n’a pas été oublié : support de Facebook et de Game Center aidant, il est possible (et souhaitable) de mettre sa pile àses potes. Mais entraînez-vous auparavant àl’ergonomie très particulière du jeu…

Pour conclure

Avec un tel concept, on sent bien ce que Bravo a tenté de faire : créer un personnage récurrent àla Minigore (dont il emprunte un peu des traits) dans un genre par définition infini, autorisant donc toutes les fantaisies et de prochaines mises àjour. Malheureusement pour le studio, l’ergonomie et la jouabilité sont loin d’être àla hauteur de la très bonne réalisation. Le potentiel est là(ce qui vaut d’ailleurs au jeu cette note magnanime), mais il aurait fallu se montrer bien plus précis dans l’exécution. En définitive, ce titre se montre plus frustrant qu’amusant.

Version de test : 1.0
Machine de test : iPhone 4
Niveau d’anglais requis : pas vraiment utile
Affiliation réseau : Game Center, Facebook

Téléchargez Volcano Escape

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page