Fight Night Champion : le jeu qui met KO

Par iMike le 11 mars 2011 à 18h05

Fight Night Champion : le jeu qui met KO

Fini de rigoler chez Electronic Arts : on sort les gants de boxe et on se tape dessus. Mais avec classe quand même.
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Deux bonshommes qui se tapent dessus : mieux vaut ça que deux peuples en guerre, quand on y pense ! Et pour se faire encore moins mal, autant jouer àune vraie simulation de boxe.

JPEG - 406.9 ko

Dents arrachées, pommettes défoncées, yeux explosés, nez brisé : hé oui, c’est ça qu’on appelle le noble art, autrement dit la boxe. Le genre est bien représenté sur notre plateforme, avec pas mal de clones de Punch-Out et quelques titres en 3D àl’instar de Touch KO de Chillingo. Electronic Arts tente sa chance sur le ring avec Fight Night Champion et effectivement on n’est pas loin du champion.

Un gentil coup de poing dans la tronche

Electronic Arts nourrit deux types de jeu : des titres casual très grand public qui n’ont d’intérêt que pour dépenser agréablement quelques minutes, et des jeux plus costauds qui ont visiblement nécessité un gros travail d’adaptation. On pense àDead Space, Battlefield Bad Company ou NBA Jam par exemple, et Fight Night Champion rentre dans cette catégorie. Et fait une excellente impression !

JPEG - 313.4 ko

Le jeu pour iOS, qui sort àpeu de choses près en même temps que les versions consoles de salon, offre de prendre en main 20 des plus grands champions de boxe de tous les temps : cela va de Mohammed Ali àMike Tyson, en passant par George Foreman àdes poids plus légers comme Oscar de la Hoya ou Jake La Motta. Du lourd, du très très lourd donc même si on aurait vraiment adoré retrouver Rocky Balboa et quelques uns de ses adversaires (je rêve de jouer Apollo Creed).

JPEG - 395.6 ko

Autant dire qu’àce niveau, c’est un intense plaisir que de se retrouver dans la peau de ces immenses sportifs, surtout qu’ils sont parfaitement reconnaissables sur le ring.

Le jeu propose de prendre part àdes combats simples, dans lesquels on sélectionne un ring et son adversaire (pour plus de fun, opposez un poids lourd àun welter… Le gagnant ne sera pas forcément celui qu’on croit). Mais le gros du jeu réside dans le mode Légende, qui permet de faire évoluer son boxeur tout en haut du firmament.

JPEG - 297 ko

Ce dernier pourra effectivement être une des légendes proposées par le jeu, ou encore un boxeur entièrement personnalisé : masse musculaire, cheveux, tête, visage, taille, mais également coups spéciaux, style, coups bas… Ça n’est l’atelier de création des Sims, mais il est déjàpossible de se créer un avatar è sa main. Après l’attribution de points dans différentes catégories (puissance, vitesse, agilité…), c’est parti pour un premier combat !

On vise sous la ceinture

Le gameplay du jeu mixe assez habilement accéléromètre et gestures. Le boxeur se dirige sur le ring en bougeant l’iPhone ou l’iPod touch de manière assez naturelle (bascule vers l’avant : le joueur va sur sa gauche, bascule àdroite : il part vers l’avant). Quatre types de vues sont proposées, la meilleure àmon sens étant celle de l’arbitre, qui permet de jouer de profil, mais si le cÅ“ur vous en dit, il est aussi possible de jouer de trois-quart haut.

JPEG - 337 ko

Une fois bien intégré ce système de déplacement, les principaux coups de la boxe peuvent être exécutés via des mouvements de doigts. Des crochets légers pourront par exemple être portés en tapotant en haut de l’écran ; un uppercut normal sera décoché en glissant son doigt de haut en bas ou inversement ; le blocage visage ou corps en posant deux doigts ; des coups fatals (genre « super crochet » en maintenant le doigt puis en le glissant, j’en passe et des meilleurs… Il est également possible d’esquiver ou de s’accrocher àson adversaire.

JPEG - 404.9 ko

Cette palette de coups nécessite un peu d’entraînement et de temps avant de les maîtriser tous. Rassurez-vous, le mode Légende est bien fait et permet de s’exercer durant les premiers matches contre des adversaires relativement faciles. Idéal avant d’aller affronter les vrais cadors du circuit…
Chaque joueur dispose de deux barres, l’une qui indique la puissance du coup porté (ne pas oublier de souffler de temps en temps pour la remplir ànouveau), et une de vie, qui lorsqu’elle est vide fait basculer le jeu dans un mode « sans interface » : l’adversaire est alors proche du tapis et vous avez quelques secondes pour asséner un coup fatal qui l’enverra au tapis.

JPEG - 299.5 ko

Un round une fois achevé, le joueur pourra dépenser quelques points glanés grâce àses performances afin d’améliorer la jauge de puissance, ou récupérer. Entre chaque match, il sera possible d’envoyer son champion àl’entraînement, pour par exemple gagner quelques points d’agilité. Attention toutefois : un entraînement trop soutenu peut entraîner une blessure et faire baisser d’un coup les stats.

La belle tuméfaction

Que serait une simulation de boxe si on ne pouvait pas affronter un adversaire humain ? Bien évidemment, EA y a pensé et a intégré un mode multi 2 joueurs… uniquement en local, comme l’éditeur en a malheureusement l’habitude. Ceci étant dit, tout fonctionne au petit poil (en Bluetooth ou wifi), sans nécessité de s’inscrire et autres pénibles obligations. Bonne surprise : les deux joueurs pourront sélectionner leurs propres champions. Pour le reste, pas grand chose àdire sur ce multi minimaliste, mais qui a le mérite de très bien fonctionner (contrairement, par exemple, àDouble Dragon).

JPEG - 426.2 ko

Autant le dire tout de suite, Fight Night Champion est particulièrement amusant et on se prend rapidement au jeu (àtel point qu’il n’est pas rare d’éructer de plaisir lorsqu’on arrive àenfin décocher ce crochet du droit qui envoie l’adversaire définitivement au tapis !).

Le jeu est plein de petits clins d’oeil, comme ces charmantes donzelles courtement vêtues qui indique le round, ou ces ralentis sur les principales actions (heureusement, il est possible de les zapper parce qu’ils durent des plombes). Ils permettent également d’apprécier le travail sur les graphismes, ce qui nous mènent tout droit vers notre chapitre consacré àla réalisation…

JPEG - 330.2 ko

De ce côté, pas grand chose àdire : les combattants sont détaillés et les animations réalistes, même si certaines semblent un peu étranges, comme ces petits moments de flottement après plusieurs coups portés (le boxeur a l’air comme « fatigu頻… ce qui est sans doute le cas dans la réalité !). En revanche, c’est peut-être dà» àun manque de puissance graphique, mais on a tout de même trouvé que les polygones avaient tendance àse voir, même si encore une fois, c’est plutôt bien fait.

JPEG - 271.2 ko

Si la foule est un peu animée, cela reste assez léger. L’ambiance est mieux assurée du côté des bruitages et des vociférations des spectateurs. Par contre, la bande-son brille par sa discrétion ! Et comme toujours chez Electronic Arts, il ne faudra rien attendre du côté du réseautage : rien, même pas un petit support Facebook, rien qu’on vous dit.

Pour conclure

Le sport réussit assez bien àElectronic Arts. Après un excellent NBA Jam, l’éditeur nous gratifie d’un tout aussi bon Fight Night Champion, prenant, facile àprendre en main, amusant et auquel on s’attache grâce àla progression de son propre boxeur. Si le mode 2 joueurs est minimaliste, il a le mérite d’exister et d’être simple àmettre en oeuvre. Côté réalisation, c’est du tout bon également. Que demander de plus ? Franchement, àpart rajouter Marcel Cerdan et Stallone, je ne vois pas. KO !

Version de test : 1.01.21
Machine de test : iPhone 4
Niveau d’anglais requis : très léger
Affiliation réseau : grmmbll

Téléchargez Fight Night Champion

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page