Gobliins : trois ça va, deux bonjour les dégâts

Par iMike le 24 mars 2011 à 18h00

Gobliins : trois ça va, deux bonjour les dégâts

Les titres de l'âge d'or vidéo-ludique méritent-ils d'être tous portés sur iOS ? Bulkypix et DotEmu pensent sérieusement que oui, mais il n'est pas sà »r que les joueurs d'aujourd'hui soient plus réceptifs que dans le temps…
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

La logique imparable voulait qu’après Gobliiins, Bulkypix poursuive l’exploitation des jeux d’aventures créés par Muriel Tramis et Pierre Gilhodes ! Faites donc place àGobliins, avec deux « i », nouveau chapitre en tous points ressemblant au précédent, mais avec quelques nouveautés bienvenues.

JPEG - 464.4 ko

Une fois de plus, il va falloir filer un coup de main au roi Angoulafre, dont le fils et prince héritier a été mystérieusement kidnappé. Et plutôt que de faire appel aux trois goblins de l’aventure précédente (qui ont bien besoin de repos !), le souverain a demandé àWinkle et Fingus de mener l’enquête et de tirer le pauvre prince des griffes du terrible Amoniak. Mais avant cela, il leur faudra demander l’aide du magicien Tazaar et résoudre des dizaines d’énigmes plus tordues les unes que les autres…

Aventures…

C’est DotEmu qui est une fois de plus àla manÅ“uvre, et le spécialiste de l’adaptation de classiques sur iOS (qui édite également sous sa bannière comme pour le tout récent 64th Street) connaît son job. Il faut dire qu’une bonne partie du travail a été abattu avec Gobliiins premier du nom (lire notre test), puisque le deuxième volet en reprend sensiblement les mêmes mécanismes - mais pour l’occasion, le développeur a simplifié les commandes, ce qui est bienvenue. On y reviendra.

JPEG - 475.9 ko

Wingle et Finkus donc, sont deux goblins pas très finauds mais qui grâce au joueur, ils réussiront àfranchir toutes les difficultés. Et croyez moi, elles ne manqueront pas ! Faisons déjàconnaissance avec nos deux héros : autant Wingle (avec son air de ptérodactyle) est insolent et farceur, Fingus est un peu le clown blanc, posé, sérieux… et prudent. Ces personnalités sont complémentaires et si l’on souhaite avancer dans le jeu, il faudra en tenir compte.

JPEG - 474.4 ko

On ne change pas une formule gagnante : le jeu déroule une suite de tableaux dans lesquels il s’agira de résoudre une énigme en utilisant les capacités de chaque goblin. Encore plus qu’avec le premier épisode (où les héros étaient au nombre de 3, tous n’étant pas forcément utiles), Gobliins nécessite réellement de se servir des deux aventuriers.

JPEG - 494 ko

Et àl’instar de Gobliiins, ce deuxième chapitre est incroyablement difficile. Les énigmes sont capillotractées au possible et on se demande vraiment comment faisaient les joueurs àl’époque, qui ne devaient sans doute avoir que ça àfaire… Un système d’indices est heureusement proposé, qui comporte 3 niveaux d’aide (toutes accessibles comme on le souhaite). Le premier palier est volontairement vague (du genre « Remplissez la bouteille d’eau »), le deuxième offre plus de renseignements, quant au troisième, il refile directement la soluce. À sa lecture, on peut parfois s’interroger sur le degré de perversité des auteurs du jeu…
Peut-être plus encore qu’avec le premier épisode, la résolution des tableaux de Gobliins se révèlera pour certains encore plus frustrante, ce qui ne la rendra que plus gratifiante… Reste qu’on passera par toutes les couleurs, même avec la solution en main.

… et casse-tête

Si Gobliiins premier du nom offrait deux types de commandes, ce nouvel épisode se contente d’un seul, mais qui surpasse ses prédécesseurs. Pour passer d’un goblin àun autre, il suffit de tapoter sur le bouton de switch en haut àgauche, et pour diriger nos héros, un curseur àdéplacer avec le doigt.

JPEG - 512.6 ko

Les niveaux affichent des ronds bleus indiquant une action possible àeffectuer. Certaines peuvent induire en erreur ou ne servir àrien : attention donc ! La gestion de l’inventaire, un peu brouillonne dans le premier jeu, se limite désormais àun menu déroulant. Autre modification substantielle du gameplay : les goblins peuvent transporter autant d’objets qu’ils le souhaitent, et se les passer entre personnages - même si cette fonction n’est pas clairement explicitée.

N’oublions pas qu’il est désormais possible de commander les deux aventuriers en même temps : certaines opérations nécessiteront ainsi les actions simultanées des globlins.

JPEG - 546.8 ko

Pour passer d’un tableau àun autre, il faudra pointer le curseur vers la droite ou la gauche, mais quand la porte de sortie se superpose au bouton d’inventaire, cela devient fort délicat de se diriger où on le souhaite ! On pourra toutefois sauter d’un niveau déjàvu àun autre via un simple menu déroulant.
Gobliins offre donc une jouabilité supérieure àson prédécesseur, ce qui se révèle fort agréable (mais ça n’enlève rien àla difficulté intrinsèque du jeu).

JPEG - 533.7 ko

Question réalisation, on reste dans la droite ligne de Gobliiins : graphismes 16 bits avec le nombre de pixels qu’il faut, nombreuses animations dans tous les coins, et bon esprit général qui permet d’adoucir quelque peu le niveau de difficulté ! On a ainsi plaisir àtester toutes les possibilités d’interactions offertes avec le décor avec les personnages rien que pour voir les mimiques des deux héros…
La bande-son et les bruitages sont eux aussi d’époque, ce qui n’est pas désagréable et collent avec l’ambiance du jeu. Cependant, la musique pourra éventuellement taper sur les nerfs au bout d’un moment : le silence est d’or…

Pour conclure

Plus encore qu’avec le premier volume, ce deuxième chapitre des aventures de nos goblins risque de laisser sur le bord du chemin les joueurs les moins enclins àse laisser balader de longues minutes juste pour pouvoir récupérer une pierre sous un crapaud. La réalisation n’est pas en cause, ni même le nouveau schéma de commandes efficace, mais le titre se montre particulièrement frustrant. Peut-être que ce genre de jeu ne cadre plus avec notre époque… En revanche, tous ceux qui ont usé leur fond de culotte sur Gobliiins et ses suites seront ravis de retrouver les héros de leur enfance.

Version de test : 1.0
Machine de test : iPhone 4
Niveau d’anglais requis : localisé en français
Affiliation réseau : nib’

Téléchargez Gobliins 2

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page