PGA Tour 12 : Tiger Woods tire un grand coup

Par iMike le 6 avril 2011 à 18h05

PGA Tour 12 : Tiger Woods tire un grand coup

Malgré les apparences, le titre de ce test n'a rien de vulgaire : Electronic Arts réussit là une excellente simulation de golf. Qu'aviez-vous donc en tête ?
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Si le golf n’a pas vraiment conquis le cÅ“ur des foules ici bas, en Amérique du Nord et dans une partie de l’Asie, ce sport est certainement l’un des plus prisés. Il est vrai qu’on comprend parfois mal l’intérêt de voir des millionnaires se battre avec une balle blanche, mais quand on y réfléchit, c’est le même principe que dans le football…

JPEG - 449.7 ko

Quoi qu’il en soit, au firmament du golf brille une étoile qui, il faut bien le dire, a beaucoup pâli de ses frasques sexuelles. On veut bien évidemment parler de Tiger Woods, le sportif le mieux payé au monde, dont la libido s’est un peu trop épanchée en-dehors des greens. Après quelques séances d’auto-flagellation publiques comme les américains en raffolent et une petite traversée du désert, revoilàl’ami Tiger en pleine possession de ses moyens et qui a retrouvé non seulement le chemin des circuits, mais aussi et surtout celui du sponsoring tous azimuts !

Une balle blanche dans les bois

Il paraissait donc impossible qu’Electronic Arts ne repique pas au Woods avec la 12ème (!) version de PGA Tour, parrainée donc par le golfeur émérite. Fort heureusement, le jeu offre évidemment de prendre en main Tiger, mais aussi quelques uns de ses confrères et adversaires, comme Anthony Kim ou Paula Creamer. Et si cela ne suffisait pas, il est toujours possible de créer son propre golfeur, et surtout faites-vous plaisir sur les couleurs criardes.

JPEG - 271.7 ko

Tiger Woods PGA Tour 12 comporte trois modes de jeu. PGA Tour offre plusieurs circuits prestigieux, dont Pebble Beach ou St Andrews, mais on note l’absence d’Augusta. On ne va pas en mourir, surtout que les 8 parcours proposés sont suffisamment longs et bourrés de pièges en tout genre pour occuper un joueur honnête durant quelques longues heures.

JPEG - 575.7 ko

Autre mode de jeu : le Défi Tiger, qui se compose de 20 challenges tournant tous plus ou moins autour d’un même objectif, àsavoir passer sous le par. Plus facile àdire qu’àfaire, mais ces défis sont idéaux pour les débutants qui voudront apprendre les subtilités du golf en douceur. De plus, ils permettront de remporter des sous, nerf de la guerre pour s’offrir un équipement de pointe.

JPEG - 625 ko

Le mode multi est fort simple : il permet d’affronter un joueur en wifi ou Bluetooth sur un circuit et selon des règles que le participant hôte aura choisi. Electronic Arts aurait pu imaginer un mode pass’n play puisque l’autre joueur doit attendre que son adversaire ait fini son tour avant d’attaquer le sien. En bonus tout de même, il pourra visionner sur son écran les exploits (ou la cagade) de son homologue.
Comme toujours (ça va devenir une habitude…), l’éditeur n’offre aucun mode en ligne qui permettrait de mettre la branlée àdes anonymes. On ne peut que le regretter…

JPEG - 187.1 ko

La petite nouveauté de PGA Tour 12, du moins sur notre plateforme, c’est la présence d’un mode Facebook ! Pour l’activer, il suffit de donner ses identifiants qui permettra de profiter d’un mode Plus proche du trou, consistant comme son nom l’indique àse rapprocher le plus possible du trou en un coup. Les performances de ses contacts s’afficheront alors sur le circuit, àvous de faire mieux !
Ce dernier mode est fort sympathique, bien que très limité : on ne peut pas sélectionner ni le parcours, ni les règles. Quoi qu’il en soit, cela reste bien vu.

Un tigre dans le moteur

Cela a peut-être transpiré du chapitre précédent, mais la courbe d’apprentissage du jeu se montre en effet plutôt tendue : on n’est pas chez Gameloft, et il faudra pas mal d’entraînement pour arriver àpasser sous le par ou tout du moins, pour l’égaler. Le jeu intègre bien un caddie qui vous refile le club qu’il estime le plus adapté àla situation, mais rien ne vous empêchera d’en sélectionner un autre que vous jugerez plus performant. Si la phase d’approche du trou est relativement aisée, celle qui consiste àeffectivement marquer est un long apprentissage : il faudra « lire » le green àl’aide d’une grille indiquant les dénivelés du terrain… et conjugué àla gestion du swing, ça n’est pas si facile !

JPEG - 612.9 ko

Le gameplay du jeu est représenté par un triangle inversé qui apparaît dès que le joueur se sera bien calé : observation du terrain (un zoom permet de connaître làoù le club emportera la balle), sélection (ou pas) d’un club, et échauffement des doigts ! Car il faudra maîtriser l’art délicat du glissé/jeté : toute la technique consiste àabaisser le doigt làoù on le souhaite (plus c’est bas, plus le tir sera puissant), puis àle remonter rapidement et si possible, en y imprimant une direction. Plus facile àdire qu’àfaire, surtout qu’il faut prendre en compte le « super tir » qui s’active dès qu’on maintient la position la plus basse durant un certain temps.
Une fois dans les airs, il reste possible de piloter un tant soit peu la balle en la faisant tourner dans un sens ou dans un autre avec le doigt. Bien pratique pour éviter un banc de sable ou un lac, et nécessaire pour les effets !

JPEG - 729.5 ko

Ce type de commandes rappelle d’ailleurs fortement celui mis en place dans Real Golf 2011 (notre test), mais puisque Gameloft s’est fortement inspiré des précédents épisodes de PGA Tour pour sa propre simulation, l’honneur est sauf.
Quoi qu’il en soit, une fois maîtrisée, la jouabilité de ce Tiger Woods 12 est vraiment très bonne et permet de s’éclater, enfin, avec retenue tout de même, on n’est pas sur un vulgaire terrain de foot.

JPEG - 688 ko

Du côté de la réalisation, il n’y a pas grand chose àredire : c’est du bon travail. La 3D se révèle très agréable, et si on aurait aimé un peu plus de variété dans les décors, il faudra quelques heures de jeu (et un peu de mauvaise foi) avant d’être lassé par les différents parcours proposés. Les animations des différents protagonistes est réussi et les gesticulations de son golfeur entre deux tirs ne sont pas trop ridicules.

La bande-son se compose essentiellement de bruits de la nature, des exclamations du public et des bruitages du club. Idéal en quelque sorte pour la concentration, mais ceux qui ne peuvent pas vivre sans musique pourront toujours écouter la leur.

Pour conclure

Tiger Woods PGA Tour 12 se hisse aisément au sommet des simulations du genre. Sérieux, posé, bien fichu et agréable àjouer, le jeu offre également un défi de taille aux amateurs, de par sa courbe d’apprentissage conséquente et les nombreuses difficultés des parcours (mais au moins, on en a pour son argent). On apprécie le mode Facebook original mais pas suffisamment poussé ànotre goà»t, tandis que le mode multi reste très limité. Rien de nature àgrever la note d’un excellent jeu.

Version de test : 1.0
Machine de test : iPhone 4
Niveau d’anglais requis : localisé en français
Affiliation réseau : trou
Prix : 5,49 euros (iPhone/iPod touch), 7,99 euros (iPad)

Téléchargez Tiger Woods PGA Tour 12
Téléchargez Tiger Woods PGA Tour 12 HD

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page