Air Penguin ne manque pas d’air

Par iMike le 22 avril 2011 à 18h06

Air Penguin ne manque pas d'air

Si les pingouins ne savent pas voler, en revanche ils savent sauter. Et prendre d'assaut le classement de l'AppStore, aussi !
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Ami développeur, si tu veux tout cartonner sur l’AppStore, c’est facile : le héros de ton jeu devra être un piaf. Succès assuré, ou presque ! Après Angry Birds et Tiny Wings, la nouvelle vedette du top 10 de l’AppStore est une fois de plus un oiseau, enfin, pas loin puisqu’il s’agit d’un pingouin. Un pingouin sans ailes évidemment, mais virevoltant !

PNG - 636.4 ko

Après des jeux plus ou moins destinés àune frange plus gamer (Illusia, Zenonia, Vanquish, des simulations de baseball…), le studio Gamevil montre depuis quelques temps un visage plus orientés grand public, avec des jeux comme l’excellent Kami Retro (notre test) ou le carrément casual Chalk n’Talk. Air Penguin ressort de cette catégorie et sans réinventer un genre bien labouré par Doodle Jump et ses innombrables clones, ce pingouin des airs est bien sympathique.

Ice ice baby

Que feriez-vous si votre famille était éparpillée àtravers la banquise polaire àcause du réchauffement climatique ? Vous sauteriez de plaques de glace en tortues des mers, évidemment ! Et c’est exactement ce que devra accomplir notre héros pingouin : se frayer un chemin àtravers un environnement hostile grâce àses incroyables capacités de sauts. Car si le pinguo ne sait pas voler, en revanche il assure le cachou question élasticité et accomplit des bonds de géant !

PNG - 595.7 ko

Cette compétence ne sera pas de trop pour passer àtravers la centaine de niveaux du mode Histoire, qui consiste basiquement àéviter de plonger la tête la première dans la flotte gelée. Pour ce faire, il faudra sauter sur des icebergs, emprunter des tortues, glisser sur la neige, profiter du souffle d’une baleine… et parfois, tout cela dans un même niveau ! Évidemment, les obstacles seront nombreux : redoutables requins, volants merlins, phoques bouchant le passage… Il ne faudra pas hésiter àles contourner par les airs, en empruntant des trajectoires normalement interdites par les lois de la physique, mais que voulez vous, on ne respecte plus rien de nos jours.

PNG - 519.3 ko

Notre ami pinguo a tout de même plusieurs cartes dans son jeu, enfin, des poissons plutôt ! Ceux-làsont dispersés partout dans les niveaux et s’il est tout àfait possible de s’en passer, ce serait bien dommage : ils permettent en effet d’activer des capacités spéciales, par exemple d’assommer tous les requins d’un niveau ou encore de continuer làoù on est tombé. Ces pouvoirs coà»tent un certain nombre de poissons, il sera donc utile de ne pas les ignorer - si c’est le cas, où qu’on est court d’un poiscaille, il est toujours possible d’en passer par une boutique de micro-paiements (le cours du poisson est le suivant : le lot de 100 coà»te 0,79 euro). Rassurez-vous, on pourra s’adonner sans vergogne ni bourse délier au jeu, mais il est vrai que ces capacités peuvent se montrer bien utiles.

PNG - 814.6 ko

Outre un mode solo de plus en plus exigeant (ce qui est assez logique somme toute), le jeu comporte un mode sans fin très réussi qui réclamera du joueur de maîtriser toutes les subtilités du gameplay. En revanche, pas de contre la montre ou d’autres modes, la durée de vie en est d’autant réduite.

L’eau, ça mouille

Ce gameplay, c’est justement la pierre angulaire d’un titre pareil. Entièrement jouable àl’accéléromètre, le jeu n’est malheureusement pas aussi précis qu’on l’aurait voulu. L’atterrissage du héros est parfois un rien aléatoire, pour tout dire il donne l’impression d’être trop léger ! Il est possible de régler la sensibilité de l’accéléromètre, et avant chaque niveau, le jeu calibre les mouvements d’après la position de base de l’iPhone. On aurait plutôt apprécié un véritable outil de calibrage dans les options du jeu.

PNG - 589.4 ko

Si le jeu réclame quelques minutes d’apprentissage, rassurons-nous : on pige bien vite et le joueur arrivera àutiliser toutes les capacités du pingouin en un tour de, heu, main.

Au niveau de la réalisation, le jeu ne casse pas trois pattes àun pingouin question graphique, mais le support Retina et le choix des couleurs (dans l’eau) sont réussis. Pour autant, pas de chichis : ça reste mignon et c’est tout àfait dans le ton de ce qu’un jeu grand public doit offrir.
L’animation est elle assez limitée, et ça se voit particulièrement lors des sauts qui ne sont décomposés qu’en quelques images. Idem pour les adversaires du héros ; le requin ne connaît ainsi que deux seuls mouvements : gueule fermée, gueule ouverte ! Bref, Gamevil aurait pu soigner un peu l’exécution.

PNG - 654.1 ko

La bande-son est suffisamment quelconque pour ne pas horripiler, et comme de bien entendu, il est impossible d’écouter sa propre musique. Game Center est intégré pour la gestion des scores et les succès, mais comme dans de plus en plus de jeux, il faudra sortir du jeu et se diriger vers l’app Game Center pour connaître ses performances.

Pour conclure

Air Penguin est clairement un bon petit jeu addictif et calibré pour tous. Évidemment, on est loin d’un Dead Space ou d’un Real Racing, mais rendons au pingouin ce qui appartient àGamevil : le jeu ne boxe pas dans la même catégorie. Pour le prix demandé, et malgré une réalisation et une ergonomie qui auraient pu être un peu plus soignées, le titre amuse entre deux cours et c’est bien tout ce qu’on lui demande (même si on pourra lui préférer Tiny Wings, Cut the Rope et consorts).

Version de test : 1.0
Machine de test : iPhone 4
Niveau d’anglais requis : plouf
Affiliation réseau : Game Center (scores, succès)

Téléchargez Air Penguin

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page