Un RPG signé d’un Z qui veut dire Zenonia 3 !

Par iMike le 4 mai 2011 à 18h05

Un RPG signé d'un Z qui veut dire Zenonia 3 !

Le rayon des jeux de rôle de qualité est déjà suffisamment chargé comme ça, on ne va pas en plus rajouter un nouveau titre ? Et bien si.
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Les deux premiers épisodes avaient marqué les joueurs par sa profondeur et une durée de vie justifiant amplement les investissements demandés (en temps comme en argent, d’ailleurs). Le troisième chapitre de Zenonia était donc fort attendu et il ne déçoit pas… même s’il manque de nouveautés par-rapport aux précédents volets.

JPEG - 558.4 ko

Pourquoi changer une formule qui gagne ? Gamevil reprend la recette qui a fait le succès de Zenonia 2, tout en l’adaptant légèrement pour faciliter la jouabilité. Ces modifications se contentant toutefois d’être àla marge, il ne faudra évidemment pas s’attendre àune révolution : si vous avez aimé les deux premiers chapitres, vous adorerez Zenonia 3.

Taper sur des monstres…

Qui dit nouvel épisode dit nouveaux héros et nouveau scénario ! Dans cet opus, le joueur incarne Chael, un jeune guerrier un rien vantard, accompagné d’une fée plus futée (et utile) qu’elle n’en a l’air. À eux deux, ils devront partir àl’assaut des énigmes du royaume de Midgard, empli de dangers et de missions toutes aussi variées les unes que les autres… Bon dans les faits, celles-ci se limiteront àtuer tant de méchants, de récupérer tel nombre d’items ou d’aller parler àdes gens, mais au moins ça occupe.

JPEG - 474.4 ko

La principale et la plus difficile tâche du joueur sera de sélectionner son avatar parmi les quatre classes proposées : Chevalier, Chasseur, Tireur mécanique et Shaman. Pour ce qui me concerne, j’ai choisi le tireur qui, une fois harnaché de son casque entretient un certain cousinage avec Megaman ! Ceux qui préfèrent les combats au corps-à-corps choisiront une des deux premières classes. On pourra par ailleurs profiter des trois profils disponibles.

JPEG - 647.7 ko

Le jeu est parsemé de séquences de dialogues particulièrement longues qu’il sera possible de zapper - attention toutefois, elles se révéleront précieuses pour comprendre les tenants et les aboutissants du scénario, et il serait dommage de passer àcôté d’une histoire plutôt attachante avec son personnage principal plus anti que héros. En revanche, une bonne compréhension de l’anglais est nécessaire, même s’il ne sera pas utile de parfaitement piger la langue du prince William pour tout comprendre. Notons un petit effort bienvenu sur l’humour et des clins d’oeil discrets et amusants au joueur lui-même !

JPEG - 519.3 ko

Le jeu comporte également des phases dans des arènes, dans lesquelles il faudra dessouder du monstre seul ou àplusieurs. Ces séquences, qui sont autonomes par-rapport au reste de l’aventure, sont accessibles depuis les villages. Attention, elles ne sont pas gratuites : il faudra àchaque fois dépenser un peu d’or pour y pénétrer.
Les combats en solo ne sont pas exceptionnellement drôles, mais les modes en multi en coop ou en 1 vs 1 sont bien plus fun, et en particulier ce dernier qui consiste simplement en un combat àmort… Si l’on ne veut pas tomber contre des furieux d’un niveau trop supérieur àsoi, mieux vaudra inviter un pote qui en est au même point de l’histoire, sinon bonjour la râclée. Sachez enfin que vous n’aurez plus en votre possession vos potions et autres items : il s’agit d’une survie pure et dure dans des milieux particulièrement hostiles !

JPEG - 591.5 ko

Zenonia 3 ne révolutionne pas le petit monde du jeu de rôle (mais ça n’est pas ce qu’on lui demande, en même temps). Des zones devront être débloquées en réussissant les quêtes principales, qui elles mêmes permettront d’avancer dans l’histoire. Les missions annexes n’ont évidemment rien d’obligatoire mais sont utiles pour gagner de l’XP, des items, ou de mieux connaître certains à-côtés du scénario. Pas de bouleversements donc pour un jeu qui n’hésite pas àpiocher dans des mécanismes archi-revus.

… ça fait du bien…

Sans surprise, le jeu reprend la vue de haut en 2D des précédents chapitres, ultra-classique donc. Il semble que le même moteur soit d’ailleurs àl’oeuvre même s’il est difficile d’en être certain. On se dirige toujours avec un pad virtuel plus facile àprendre en main que dans Zenonia 2. L’interface du jeu a d’ailleurs bénéficié d’un gros nettoyage en cessant d’occuper le quart de l’écran !

JPEG - 555.3 ko

Le changement le plus conséquent dans le HUD concerne les raccourcis quick-on qui permettent d’accéder en une tape aux objets et pouvoirs les plus souvent utilisés. Un astucieux bouton, au-dessus de celui d’action, permet de basculer d’une série de six raccourcis àsix autres. Ce sont 12 items auxquels on aura ainsi accès très facilement.
Notons qu’il est possible d’agencer l’organisation des éléments de l’interface àsa guise, et d’agit également sur leur transparence.

JPEG - 573.3 ko

L’ergonomie du jeu est sensiblement identique par-rapport au deuxième chapitre : notre héros se tournera automatiquement vers ses ennemis en cas de besoin. L’inventaire complet se déclinera àtravers du bouton de pause et permettra d’accéder aux objets récupérés (la notion de poids de Zenonia 2 n’a plus cours ici, ouf), àl’équipement, aux capacités et skills du héros et de la fée (àtravers un mécanisme pas aisé àcomprendre), aux quêtes…
La carte, simplifiée àl’extrême, se montrera également particulièrement utile et simple et utile àpiger. Avec un monde qui compte rien moins que 227 endroits, cette simplification est particulièrement bienvenue !

… mais ça fatigue

Tout cela est bel et bon, mais comme toujours rien n’est jamais parfait. Gamevil a mis en place une boutique qui permet d’acheter de l’équipement et des objets spéciaux contre une monnaie virtuelle appelée Zen. Évidemment, cet argent n’est pas gratuit (même si le titre en offre généreusement 5 000) : il faudra mettre la main àla poche pour acquérir ces items (qui peuvent toutefois être dénichés tout au long du jeu). Plus embêtant en revanche, les respawn seront le plus souvent prétexte àdes pénalités frustrantes… àmoins d’utiliser une pilule d’Origin of Life qui n’est pas donnée.
Dans le même genre, les monstres qui finissent toujours par renaître et ceux qui réapparaissent comme par magie lorsque l’on passe d’un tableau àun autre sont un rien pénibles.

JPEG - 762.2 ko

Autre grief : malgré un jeu plus abordable par les néophytes, il manque au titre un vrai guide expliquant certaines subtilités. On a parlé plus haut du rôle de la fée et de ses possibilités d’améliorations, mais on peut également évoquer le forgeron, capable de combiner des éléments entre eux et de raffiner des objets sans qu’on en saisisse tout l’intérêt. Un écueil àsurmonter pour les débutants qui devront bien souvent expérimenter aux risques et aux périls de leur précieux inventaire.

JPEG - 453.7 ko

On l’a déjàdit plus haut, mais la réalisation n’a rien de véritablement transcendante. Dans le genre, on a vu bien mieux dans un genre certes différent avec Final Fantasy III, qui n’est pourtant pas un jeu récent (la version iOS n’étant qu’une adaptation de la mouture DS sortie en 2006). Mais le tout s’avère néanmoins dynamique, et vu le nombre de fois où l’on devra combattre des streums, c’est bien vu.
Mention spéciale toutefois aux nombreux types d’adversaires, c’est clair que de ce côté, le jeu assure. Par contre, les items, eux aussi pléthoriques, sont difficilement reconnaissables (trop petits).

Pour conclure

Ouf, Gamevil nous propose làun jeu de rôle particulièrement complet et long, qu’on a plaisir àretrouver pour des sessions de baston courtes… ou pour des explorations de plusieurs heures ! Plus simple d’accès que le volet précédent, il rajoute àla durée de vie des arènes en solo et en multi péchues et défoulatoires. Si l’on est prêt àfaire un effort en anglais et passer outre la fichue boutique, Zenonia 3 est un excellent représentant du genre.

Version de test : 1.0.1
Machine de test : iPhone 4
Niveau d’anglais requis : oui
Affiliation réseau : Game Center (peu utile àvrai dire)

Téléchargez Zenonia 3

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page