Catch the Candy manque de sucre

Par iMike le 5 mai 2011 à 18h05

Catch the Candy manque de sucre

Les bonbons ne font pas que mal aux dents : ils collent aussi aux doigts. C'est du moins ce que Bulkypix cherche à prouver avec ce nouveau jeu !
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Bulkypix entretient ces derniers temps une certaine ambiguité au niveau des concepts de ses jeux : Burn it All ne rappelle t-il pas Burn the Rope ? Et que penser de Catch the Candy, dont le pitch évoque Cut the Rope ? Oui mais voilà : l’éditeur a aussi l’intelligence de proposer des jeux non seulement réussis, mais qui savent se démarquer des associations d’idées malheureuses.

JPEG - 630.8 ko

C’était le cas avec Burn it All, largement supérieur àBurn the Rope malgré un concept proche (lire notre test). Et Catch the Candy se révèle très différent de Cut the Rope : s’il est toujours question d’un petit monstre amateur de bonbon, l’exécution se révèle très différente, ainsi que l’univers et les mécanismes.

Dentiste ? Connais pas

Pour être franc, on ne croyait qu’àmoitié àce jeu, qui semblait surfer sur la vague des jeux cités plus haut, sans réellement apporter de plus-value. Si Catch the Candy est arrivé ànous faire mentir (et àprouver qu’il a une légitimité àse retrouver dans l’iPhone d’un joueur), son univers un peu décousu et ses mécanismes finalement peu novateurs n’en feront pas un indispensable ; mais avant d’aller plus loin, jetons un oeil sur le jeu !

JPEG - 628.5 ko

Le joueur incarne donc un petit monstre poilue fort sympathique, mais totalement accro aux bonbecs. Et en particulier ceux rouge et blanc, précisément ceux qui sont les plus difficiles àatteindre ! Ah, la vie est mal faite, parfois… Fort heureusement, s’il est dépourvu de pattes ou de bras, notre nouvel ami a un atout physique plutôt étrange : une sorte de queue élastique qui lui permet de s’accrocher et de se balancer vers l’endroit désiré - ainsi que de choper le bonbon, bien évidemment.

JPEG - 597.8 ko

Si le gameplay est fort simple comme on le voit, l’environnement se montre lui de plus en plus hostile : bord de mer, arbre, chantier de construction, mais également grande roue ou encore… un château-fort, on passe du tout au tout ! Et le problème, c’est que les tableaux s’enchaînent sans aucun lien entre eux : que vient faire ce niveau affichant la scène d’un concert entre deux tableaux campagnard ? Un semblant de scénario, ou àtout le moins une catégorisation plus fine auraient permis au jeu d’être mieux intégré.

JPEG - 567 ko

Bon, dans les faits, l’affaire n’a rien de bien grave et la majorité s’en fichera certainement. Mais ceux qui attachent de l’importance aux détails se demanderont ce que vient faire ce niveau tout droit inspiré du débarquement de Normandie ! Un peu décousu tout cela… Ceci étant dit, on peut tout de même saluer la diversité des situations !

Un bonbon qui fait mal aux doigts

Le jeu comporte 53 niveaux qui comportent chacun leur propre logique. Il faudra donc se creuser un peu le crâne pour découvrir comment récupérer le bonbon tant désiré. Certains mécanismes fonctionnent plutôt bien (tel cet arbre dans lequel il faudra s’accrocher àdes pommes prêtes àtomber), d’autres font plus appel àla vitesse, comme cette course-poursuite dans une grotte. Si l’on se trouve coincé, pas de panique : un bouton Replay est disponible, et si vraiment, la vie est trop difficile, alors le joueur pourra passer au niveau suivant sans coup férir ni demander son reste.

JPEG - 595.6 ko

Ce type de joker, présent aussi dans Burn it All, ne devrait pas àmon sens être disponible si facilement, car il ôte au joueur une bonne partie de l’intérêt du jeu : pourquoi donc vouloir réfléchir alors qu’il est si simple de passer outre la difficulté ?
Un système d’étoiles ou de récompenses (par exemple en utilisant le moins possible son « arme » principale) débloquant des jokers aurait été plus judicieux. Enfin, moi ce que j’en dis…

JPEG - 677.6 ko

Autre petit grief, il est parfois difficile de viser correctement : le doigt peut avoir une certaine tendance àmasquer une partie de l’écran. On voit mal comment Bulkypix aurait pu faire autrement, mais quand il s’agit de viser correctement une cible, c’est assez pénible.

JPEG - 605 ko

Bon, tout cela ne brosse pas un portrait particulièrement flatteur du jeu. Et c’est bien dommage car le titre se montre au final assez attachant, malgré un monstre au final peu charismatique. La réalisation mérite ainsi un bon point, avec des graphismes tout mignons - c’est d’autant plus dommage que le fil de l’aventure soit si décousu…
La trame sonore tape rapidement sur les nerfs, avec ses accents des îles qui n’ont pas grand chose àvoir avec le schmilblick. Comme trop souvent, il sera impossible de sélectionner sa propre musique. OpenFeint et Game Center apportent leurs tableaux des scores et des succès.

Pour conclure

Avec Catch the Candy, on est loin de la maestria qui caractérisait le tout récent Burn it All. Les niveaux s’enchaînent sans lien entre eux, on fait vite le tour du jeu àcause du joker trop facile àdéclencher, tandis que la réalisation, pour sympathique qu’elle soit, n’a pas bénéficié du même soin méticuleux que le jeu développé par White Birds. Mais le bonbon, c’est sa raison d’être, n’en reste pas moins attachant et on prendra tout de même plaisir àenchaîner quelques niveaux de temps àautre - ce d’autant que l’éditeur en promet de nouveaux pour bientôt.

Version de test : 1.0
Machine de test : iPhone 4
Niveau d’anglais requis : pas besoin
Affiliation réseau : Game Center/OpenFeint

Téléchargez Catch the Candy
Téléchargez Catch the Candy HD

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page