Gears, mon bichon !

Par iJoys le 6 mai 2011 à 18h05

Gears, mon bichon !

Gears n'est surement pas le jeu de l'année, et ne pourra pas concurrencer les hits de l'AppStore. Cependant, notre bichon est né d'un mariage « doré », entre un moteur graphique savoureux et un gameplay adapté à notre plateforme. Alors, voyons pourquoi sous ses dorures, notre First Lady fait partie des meilleurs jeux… de sa catégorie.
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A
PNG - 901.4 ko

Figures imposées

On connait Crescent Moon Games pour ses jeux àsuccès comme Aralon ou Ravensword, ainsi que pour son appétit créatif de touche-à-tout. Le principe du petit dernier du studio, Gears, n’est pas né de la dernière pluie. Et pourtant, le développeur espère prendre la balle au rebond en nous démontrant une fois n’est pas coutume qu’il est tout àfait possible d’innover et proposer un tout nouvel univers, riche en nouveautés, dans un genre maintes fois éprouvé.

PNG - 1.1 Mo

Notre Lolita aux formes ronde est ce que l’on peut appeler un classique. Vous devrez contrôler une sphère au détour de nombreux niveaux, 27 au total, qui sauront vous donner le vertige. Chaque niveau devra être complété en un certain laps de temps, dépendant directement de la difficulté choisie (entre facile, moyen, difficile et brutal !), pouvant être changée àtout moment. La virtuosité de certains niveaux pourra pousser la limite du chronomètre aux alentours des 10 minutes ! Autant avouer tout de suite qu’il faudra vous accrocher pour parvenir àla toute fin de ce niveau, jonché d’obstacles.

PNG - 1.2 Mo

Les figures imposées par notre bichon se feront sur 3 mondes uniques (The Brass Menagerie, Rivers of Magma et The Cavern of Omens), où chacun comporte un maximum de 9 niveaux. Les décors sont très inspirés, mpruntant àquelques univers très steampunk… En conséquence, Gears promet de vous faire voir du paysage.

PNG - 1.3 Mo

Le gameplay est fortement respectable. Vous pourrez manier la boule àl’aide de votre doigt ou en utilisant les ressources de l’iPhone en usant de l’accéléromètre. On préférera la première solution pour des raisons de contrôle évident, plus précis dans l’intention d’élaborer une trajectoire ou procéder àun freinage soigné ànotre grosse bille. Toujours est-il que les niveaux initiaux seront de bons augures pour dompter toutes les manÅ“uvres possibles avec cette boule. Car chaque impulsion de votre doigt ou inclinaison de votre iPhone se répercutera immédiatement sur la vitesse de propulsion du corps sphérique.

PNG - 1.1 Mo

Il est ànoter que chaque niveau contient un certain nombre de rouages, qu’il sera de bon aloi de dénicher, le tout dans un minimum de temps, afin de glaner les précieuses médailles (bronze, argent et or) de fin de niveau. Il vous faudra sérieusement vous accrocher dès le deuxième monde afin d’accrocher àvotre tableau de chasse ces précieuses récompenses.

Ersatz

Gears est loin d’être un ersatz, une pâle copie d’un autre jeu de sa catégorie. Tout d’abord, les graphismes se laissent apprécier, se délecter, le tout, façonné dans un moule en 3D. La profondeur de champ est telle qu’elle pourra en de nombreux endroits vous donner le tournis. L’animation de la lave en fusion, de l’écoulement des rivières, des différents rouages qui parsèment le jeu est très honorable, couvrant les quelques éléments du décor peu enclins aux formes et les quelques maladresses de conception rencontrées. Le jeu de couleurs employé permet aisément àGears de façonner un univers unique, qui sollicite notre appréciation positive.

PNG - 1 Mo

La diversité des obstacles majore notre appréciation. Notre boule empruntera tantôt des tapis roulants, des pentes escarpées, des rouages dantesques, des trampolines qui vous donneront le vertige… bref, Gears offre un ensemble d’obstructions qui seront, plus ou moins selon leurs formes, des barrages de taille.

PNG - 921.5 ko

Afin de goà»ter àcette expérience, quoi de plus normal de voir que Crescent Moon Games ait optimisé son bichon pour les écrans Retina et les performances de l’iPad 2. Le Game Center est un pompon supplémentaire qui vient s’accrocher sur la tête de Gears, augmentant les possibilités du titre. Le jeu réserve dans ses abysses un certain nombre d’options paramétrables, très agréable.

Les limites

Le joueur aguerri saura dépasser les limites aisément, facilement. Sans un problème éthique, Gears propose un certain niveau de difficulté qui pourra en dérouter certain. Alors que les premiers niveaux se franchissent les doigts dans le nez, les autres sauront quelque peu provoquer certaines sueurs froides. Ceci est en grande partie lié àla limitation du temps imposée pour chaque niveau. Alors que le niveau moyen sera amplement suffisant pour l’heure au joueur touchant sa bille sur Gears, on ne serait trop vous conseiller le mode facile en dépit de ce haut niveau de difficulté.

PNG - 938.5 ko

Le nombre de terrains où viendra batifoler notre boule apparait tout juste convenable. La difficulté du titre et ses challenges relèvent bien heureusement la durée de vie de Gears qui serait sinon bien pauvre.

Kiss me forever

Gears est ce que l’on peut dire une nouvelle star justement maitrisée et dosée. L’implication de graphismes tout en 3D, d’un gameplay accrocheur, d’éléments perturbateurs de jeu font chanter àmerveille les capacités vidéoludiques de l’iPhone comme de l’iPad, l’application étant universelle. L’ensemble est justement et convenablement raffiné, sans en faire des tonnes, ce que l’on apprécie. Toujours est-il que Gears embrasse un certain niveau de difficulté, qu’il sera évident de juguler avec bienveillance si l’on ne souhaite pas faire claquer ses coronaires.

C’est surement la simplicité de cette distraction qui caractérise notre bichon et en fait un jeu plaisant sur notre plateforme iOS. Si vous aimez le genre, ne restez pas comme un infidèle àce titre, doré àsouhait.

Version de test : 1.0
Machine de test : iPhone 3GS et iPad (iOS 4.2)
Niveau d’anglais requis : faible
Affiliation réseau : Game Center
Prix : version Universelle à1,59 euro

Téléchargez Gears

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page