Hockey Fight Pro : c’est chaud sur la glace

Par iMike le 10 mai 2011 à 18h05

Hockey Fight Pro : c'est chaud sur la glace

La température monte dans l'arène, les deux joueurs se jaugent et finissent par retirer les gants : c'est l'heure de la baaaaston !
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Le studio Ratrod a tout compris : plutôt que de s’embêter àdévelopper toute une simulation de hockey avec gestion d’équipe et tout le bataclan, l’éditeur s’est concentré sur ce qui fait le sel de ce sport de gentlemen - àsavoir, la baston entre deux joueurs. Aaaah, voir deux gros marlous en arriver aux poings sur une glace brà»lante, quoi de mieux ?

JPEG - 619.3 ko

L’idée est franchement bonne, on s’étonne même qu’aucun studio n’y ait songé auparavant : un jeu de baston se déroulant dans le cadre d’un match de hockey. Avec ses précédents jeux mettant en scène des sportifs sévèrement burnés (Mike V : Do or Die, Drift Mania…), Ratrod était le studio idéal pour se frotter àces séquences qui soulèvent la passion des partisans, avec l’accord tacite des arbitres. Hockey Fight Pro est-il aussi excitant sur le petit écran de l’iPhone que son équivalent sur le grand écran de la téloche ? Voyons voir.

Go Habs go !

Comme dans tout bon jeu de baston qui se respecte, Hockey Fight Pro met aux prises deux combattants qui, contexte oblige, sont des gros bagarreurs des glaces salement remontés. Le joueur pourra incarner un des 9 hockeyeurs proposés, mais absence de licence officielle oblige, inutile d’imaginer castagner un sportif que vous détestez. En lieu et place, il faudra se contenter de pseudos (Le Prodige, La Tempête, L’Expérimenté… et même un arbitre !). Chacun provient d’une contrée spécialiste du hockey (Canada, Russie, Suède…) mais hélas, les maillots des équipes aussi sont fictifs. Ne cherchez pas le Canadien de Montréal !

JPEG - 682.1 ko

Le mode Tournoi est le mode principal du jeu ; c’est aussi celui qui permet d’obtenir des points de « respect », àdépenser parmi quatre compétences : puissance, vitesse, stamina et défense. Dans les faits et assez étrangement, un adversaire a priori beaucoup plus faible que votre avatar pourra remporter le combat ! On a ainsi parfois l’impression qu’il ne sert àrien de cumuler ces points tant ils ont l’air de n’avoir aucun impact sur les matches. C’est très dommage, car une partie du modèle économique du jeu tient dans sa boutique permettant d’acheter des points supplémentaires…

JPEG - 700.1 ko

Le jeu souffre également d’un autre gros problème : son gameplay. Celui-ci consiste en quatre gros boutons répartis sur l’écran et qui permettent de balancer une droite ou une gauche au visage et au corps. Le fait de maintenir deux boutons durant un certain temps permet de se protéger et de remplir sa jauge de stamina (qui offre de balancer des coups puissants rapidement).
Autre manipulation possible : le joueur pourra décocher un « super coup » (un uppercut) une fois une jauge pleine, via une gesture particulière (un glissé du doigt vers le haut).

JPEG - 670 ko

Tout cela semble plutôt simple, mais dans les faits, le jeu est beaucoup trop mou pour être réactif. On a beau tapoter sur les boutons, ils donnent l’impression de n’être pas suivi de l’effet escompté, ou alors beaucoup trop tard. L’uppercut est un cauchemar àsortir tellement le mouvement n’a pas l’air interprété au moment où on l’exécute.
Bref, le jeu n’est jamais dans le temps du joueur et manque cruellement de réactivité, au contraire par exemple d’un Street Fighter IV. Résultat, on peut frapper frénétiquement ou tenter de jouer la finesse, mais ça ne change pas grand chose. Les 40 combos vantés par le studio ont l’air de sortir de nulle part et au petit bonheur la chance… Et c’est fort ballot puisque du côté de la réalisation, Ratrod a assuré le puck.

Sans chemise ni bâton

Le jeu est réalisé en 3D avec des modèles certes assez semblables (les combattants sont tous des gros balaises, mais c’est le cas aussi en hockey) mais aussi réalistes que possibles. Les mouvements sont également réussis et bien détaillés, on s’y croirait presque ! Et la caméra qui tourne autour des deux joueurs rajoute un effet dynamique au tout.

JPEG - 794.9 ko

On apprécie également la petite séquence de préparation, au moment où les deux combattants se jaugent et ôtent les gants, prélude àune baston homérique. Les ralentis suivant le KO sont sympas aussi, même si on aurait apprécié pouvoir les zapper (au bout d’un moment, on a compris le principe…). Et pourquoi n’avoir pas proposé de balancer ces ralentis, voire le match entier, sur YouTube ?

JPEG - 668.3 ko

La bande-son se compose des acclamations de foules, ainsi que des commentaires d’un spécialiste du hockey dont la voix est un peu traînante… et pas très entraînante ! Les menus de sélection proposent eux d’un morceaux bien rock signé Avery Watts. Tout àfait dans le ton du jeu !

JPEG - 659.7 ko

Outre un mode Tournoi, le jeu propose un Match rapide ainsi qu’un mode multi àdeux joueurs, en local et wifi/Bluetooth. Dans les faits, le jeu répond très bien et conserve une connexion stable ; la bonne surprise, c’est que ce mode permet de gagner des points de respect ! Il ne faudra donc pas hésiter àcombattre contre le petit frangin histoire d’améliorer son combattant…

Pour conclure

Dommage, c’est le mot qui vient àl’esprit au moment de conclure ce test. Hockey Fight Pro part sur de très bons prémisses et un pitch vraiment accrocheur avec une réalisation emballante qui permet de prolonger les bonnes premières impressions. Malheureusement, le tout est gâché par un système de jeu et des mécanismes poussifs et insuffisamment réactifs. C’est vraiment ballot, car on tenait làun titre (universel, qui plus est) qui aurait pu se hisser aisément parmi les meilleurs jeux du genre.

Version de test : 1.0
Machine de test : iPhone 4, iPad 2
Niveau d’anglais requis : faible
Affiliation réseau : Facebook/Twitter

Téléchargez Hockey Fight Pro

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page