Touchgrind BMX : deux doigts de roues

Par iMike le 31 mai 2011 à 18h05

Touchgrind BMX : deux doigts de roues

Résonnez genouillères, trompetez casques, car Touchgrind BMX va en faire voir de toutes les couleurs aux doigts. Ça va faire mal.
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Ah vraiment, aux débuts de l’iPhone, on s’enflammait d’un rien. Quand Illusion Labs a montré les premières vidéos de Touchgrind, difficile de réprimer un « woaw » impressionné : cette simulation de skateboard sortait du lot grâce àun usage particulièrement malin de l’écran multipoints, les doigts permettant de réaliser n’importe quels tricks. Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts, mais le jeu est resté dans les mémoires des joueurs qui se demandaient quand le studio allait sortir une deuxième version, voire un jeu tout neuf qui en reprendrait le concept. Touchgrind BMX a hérité de ce rôle difficile, dans lequel il se tire plutôt bien.

JPEG - 456 ko

Illusion Labs ne s’est pas embarrassé d’un scénario pour Touchgrind BMX, et en même temps on se demande bien de quoi il aurait été question. Le but du jeu est simple : claquer les cascades les plus folles au volant de son vélo de compèt’, sur les circuits les plus fous du monde. Vos doigts vont chauffer puisque ce sont eux qui feront tout le boulot, et il y a du pain sur la planche, ou sur la selle.

Une selle sous les doigts

Dans Touchgrind BMX, le conducteur du vélo est remplacé par les deux doigts du joueur. Une fois la surprise de ne voir personne sur la selle passée, il va falloir en mettre un coup pour comprendre les subtilités du gameplay et notamment, son usage des gestures qui ne va pas de soi. Le tutoriel se contente de trois vidéos montrant les principaux mouvements et donnant quelques trucs et astuces, mais hélas, même si elles sont plutôt bien fichues, on aurait adoré pouvoir jouer àun niveau d’entraînement car grosso-modo, le joueur est lancé dans l’arène, en espérant que faire n’importe quoi suffise àclaquer un score honnête.

JPEG - 584.6 ko

Autant le dire, les premières minutes sont assez frustrantes : non seulement il faut intégrer des gestures qui ne vont pas forcément de soi, mais encore les circuits sont difficiles, et ce dès le premier, un skate park en Afrique du Sud. Il faudra pourtant en passer par làpuisque d’une part, les circuits suivants ne seront débloqués qu’en décrochant des trophées et en gagnant des points d’adrénaline, et d’autre part cet apprentissage àla dur est aussi synonyme de grande satisfaction àpartir du moment où on maîtrise les figures… On arrive en effet au coeur de Touchgrind BMX : prendre son pied (ou son doigt) en réussissant les cascades les plus improbables, et de préférence en atterrissant sur deux roues.

JPEG - 617.8 ko

Le jeu comprend 5 circuits qui hélas, ne sont pas ouverts : impossible de revenir sur ses pas, de tourner et virer en tous sens ; il s’agit en fait de courses, non chronométrées certes, mais complètement fermées. On aurait vraiment apprécié que le jeu offre un skate park ouvert histoire de pouvoir s’exercer, sans pression et àla coule… À noter qu’un sixième circuit situé aux États-Unis est dans les cartons : sera-ce le bon ?

JPEG - 544.2 ko

Tout dans Touchgrind BMX nécessite de décrocher des trophées. Ces derniers rapportent des points qui en se cumulant, permettent de débloquer des circuits comme on l’a vu plus haut, mais également de nouveaux vélos ainsi que des peintures pour personnaliser son biclou ! Alors certes, ça ne change pas grand chose, mais on a au moins l’impression d’avancer. Attention : le jeu n’étant pas localisé en français, et employant volontiers de l’argot de bikerz, certains succès ne seront pas évidents àpiger… Il le faudra pourtant, car sinon on restera scotché comme un idiot sur la première piste.

JPEG - 559.9 ko

Soyons juste : une fois passé les premiers instants d’énervements parce qu’on n’y comprend rien, le jeu est vraiment fendard. Certains mouvements sont plus difficiles àaccomplir que d’autres, mais surtout et assez étrangement, ce sont aussi ceux qui sont présentés comme étant les plus simples, en tout cas les moins impressionnants àl’écran (du genre « je tourne le guidon avant le plus rapidement possible »). Une fois qu’on a solidement en main son BMX, on s’éclate bien, comme on le verra dans la vidéo ci-dessous, générée directement depuis le jeu et téléversée automatiquement sur YouTube :

Genoux égratignés

Cette vidéo de mise en bouche est idéal pour introduire notre paragraphe sur la réalisation du jeu ! Le titre bénéficie d’une exécution en 3D très propre, dont certains moments (comme dans le niveau Skyline ci-dessus) sont assez impressionnants. On regrettera que les graphismes ne soient pas totalement Retina, mais dans le feu de l’action, difficile de faire la fine bouche (le support de Retina est néanmoins prévu rapidement). On apprécie la diversité des décors, d’une route de montagne en passant par le bidonville, on a le temps de voir du pays (et c’est tant mieux car on scotchera assez longtemps sur chacun des niveaux…)

JPEG - 592.6 ko

En revanche, bouh, et même super bouh sur la bande-son ! Alors qu’on pouvait légitimement s’attendre àde la grosse musique qui tâche, rien, nada, peau de zobi : le jeu se contente de quelques bruitages àpeine évocateurs. Quel choix étrange pour un titre de ce genre… et inutile d’espérer vouloir écouter sa propre bibliothèque, l’option est inexistante. J’ai envie de dire : grrr.

JPEG - 540.6 ko

Il manque également au jeu toute une dimension sociale : pas de tableaux de scores, pas de Game Center, même pas de Facebook ni de Twitter, àl’exception notable de l’export YouTube, il n’existe aucun moyen de faire connaître au monde son talent de cycliste.

Pour conclure

Touchgrind BMX n’est pas le jeu casual de monsieur tout-le-monde. Il faudra verser de la sueur et du sang derrière l’écran de l’iPhone pour tirer du jeu tout son suc ; cependant, quel pied une fois qu’on l’a en main ! Ajoutez àcela une réalisation très correcte (mais en silence), on obtient làun digne successeur du Touchgrind premier du nom… àqui il ne manque qu’une dimension sociale. Visiblement, Illusion Labs est très impliqué dans son jeu, alors on peut espérer de futures mises àjour qui viendront apporter du neuf àce niveau.

Version de test : 1.0.1
Machine de test : iPhone 4
Niveau d’anglais requis : pas inutile
Affiliation réseau : nichon

Téléchargez Touchgrind BMX

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page