Call of Mini : Zombies est une forte tête

Par iMike le 16 juin 2011 à 18h05

Call of Mini : Zombies est une forte tête

Mettons de côté le nom de ce jeu assez crétin et concentrons-nous sur ce qui fait son sel : le défonçage dans les règles de l'art d'une tripotée de zombies.
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Figurez vous qu’un virus inconnu, mais qui n’a rien àvoir avec du concombre, a infecté une petite ville, transformant tous ses habitants en zombies. Tout le patelin a succombé àla peste morte-vivante, tout le monde… sauf une personne. Je vous laisse deviner de qui il s’agit.

JPEG - 703.4 ko

Le joueur devra bien évidemment tenter de mettre fin àcette engeance, en explosant le maximum de crânes dans la joie, l’allégresse, et surtout avec des armes de plus en plus puissantes. Call of Mini : Zombies ne s’embarrasse pas d’un scénario qui n’aurait de toutes façons pas beaucoup d’intérêt : on est ici pour en arracher méchant !

La pelle du devoir

Étrange choix de la part du studio Triniti d’avoir choisi un tel nom pour son jeu. On sent bien la volonté de plagier le Call of Duty World at War Zombies d’Activision, mais la filiation entre ces deux titres n’est franchement pas évidente, aussi bien au niveau du gameplay que de la réalisation. Bref, prenons donc les choses comme elles viennent malgré ce titre un peu ridicule.

JPEG - 498.3 ko

CoMZ (oui, vu qu’on est pote, je sers au jeu son acronyme) est un third person shooter (TPS) qui s’apparente presque àun jeu de tir àdouble pad. La caméra suit les pas du joueur qui en territoire particulièrement hostile, devra avoir les yeux en face des trous mais aussi assurer ses arrières car les zombies, ça attaque de partout.

JPEG - 501.2 ko

Le gameplay est simple mais il y a une petite subtilité : si le pad de gauche permet de se diriger, celui de droite est le bouton de tir qui tirera ses projectiles dans la direction que le joueur imprimera. Si ce dernier souhaite économiser des balles (les munitions étant limitées), il sera bon d’éviter d’utiliser cette molette pour viser, et poser son pouce droit n’importe où sur l’écran. Une ergonomie intéressante donc qui tente l’amalgame entre le FPS et le jeu de tir àdouble pad même si dans ce cas spécifique, on n’aurait pas dit non àune gâchette physique !

JPEG - 530.8 ko

Le jeu consiste àenquiller les journées, enfin, les nuits plutôt, où il faudra exploser un certain nombre de zombies. Hélas, le jeu ne précise jamais combien de morts-vivants il reste en jeu (un petit compteur dans un coin n’aurait pas été de trop). Évidemment, certains adversaires seront plus coriaces que d’autres : les infirmières crachent un vomi contaminé, d’autres sont en feu (et ils sont très dangereux), d’autres encore lancent des grenades… Il y a 12 types de zomblards en tout.

JPEG - 517.8 ko

Si l’on pourra récupérer dans des caisses ou sur des corps définitivement morts des munitions supplémentaires ou de la vie, l’item le plus important du jeu reste l’argent ! Car plus on sera riche, plus on pourra acheter et améliorer ses armes, que l’on transportera par trois (il suffit de tapoter sur le flingue en haut àdroite de l’écran de jeu pour basculer d’une arme àune autre). Ces 13 armes bénéficient de plusieurs niveaux d’améliorations : dommages, précision, … qui sont autant d’achats qui coà»tent de plus en plus cher.

JPEG - 608.8 ko

Rajoutons qu’il est aussi possible d’acheter de nouveaux combattants aux caractéristiques différentes… mais ces derniers sont vraiment onéreux et nécessitent réellement de passer quelques heures àexploser du zomblard avant de pouvoir les débloquer ! Fort heureusement, Triniti a pensé àtout et propose une boutique de micro-paiement dont les prix débutent à0,79 euro. Pour ce prix, on augmentera son cash de 500 000$, ce qui sera largement suffisant pour débloquer une bonne partie du bestiaire (les tarifs tournent autour de 100 000$ le nouvel avatar)… Tout de même, plutôt que de devoir dégainer son portefeuille, on aurait préféré que le jeu offre la possibilité de débloquer de nouveaux personnages grâce aux ses seuls mérites du joueur, par exemple via des trophées ou un autre système.

En attendant le reste de la ville

Le jeu est plutôt amusant et quand il s’agit de se payer une bonne tranche de zomblard, avouons qu’il se pose plutôt là. Maintenant, on pourra objecter que l’on fait très rapidement le tour des deux pauvres maps proposées, qu’on aurait aussi aimé avoir autre chose qu’un mode Campagne (où est le Survie ?), et que jouer àplusieurs, c’est marrant aussi - surtout que le titre semble calibré pour plusieurs modes multi.
Bref, nous sommes làdevant un embryon de jeu dont il faudra attendre les mises àjour de contenus (gratuites, espérons) pour vraiment prendre son pied. Cette mode qui se répand de plus en plus chez les développeurs (il n’y a qu’àvoir Evil Dead qui dans un genre assez semblable, propose assez peu de jeu malgré un gros potentiel) est assez désagréable pour le joueur - ce dernier a l’impression que le studio a volontairement bridé le potentiel du jeu.

JPEG - 538.1 ko

Graphiquement parlant, le jeu est très proche de Minigore, avec ses personnages àtête carrée qu’il nous fera plaisir d’exploser. L’affichage cartoon tranche avec la violence du propos, mais enfin, on est làpour rigoler. Les différentes armes et zombies permettent d’éviter la monotonie, du moins en ce qui concerne cet aspect du jeu. La répétitivité du jeu est plutôt àchercher du côté des maps, au nombre de deux comme on l’a déjàdit, et qui n’ont rien de franchement folichon : un hangar et ses environs. Où est la ville promise promise par le semblant de scénario du jeu ?

JPEG - 506.8 ko

La bande audio est àl’avenant du programme de destruction massive du jeu : c’est du lourd, avec du gros metal qui tâche et des bruitages sympathiques qui font schplouiiffff.
Game Center est de la partie pour une série de 16 succès et un tableau des scores qui se limite àafficher le nombre de niveaux franchis par les meilleurs joueurs. Un peu léger…

Pour conclure

Il y a des tas de raisons d’apprécier Call of Mini : Zombies. Il est ainsi très plaisant d’exploser les zomblards, de franchir des vagues de plus en plus difficiles et d’améliorer son arsenal. La réalisation, sans être exceptionnelle, est agréable, et on salue l’universalité du titre. Mais il y a également de nombreuses très bonnes raisons de se sentir floué : deux maps seulement, des armes et des personnages impossibles àdébloquer sans mettre la main au portefeuille, aucun mode de jeu et encore moins de support du multi… Voilàqui vous habillerait un jeu pour l’hiver mais soyons juste : le titre coà»te très peu cher et offrira de temps àautre un comptant tout àfait acceptable d’action. Il aurait pu être bien plus que cela…

Version de test : 1.1
Machine de test : iPhone 4, iPad 2
Niveau d’anglais requis : pan
Affiliation réseau : Game Center

Téléchargez Call of Mini : Zombies

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page