Sonic All-Stars Racing : des étoiles sur le circuit

Par iMike le 28 juin 2011 à 18h05

Sonic All-Stars Racing : des étoiles sur le circuit

Sans doute lassé d'être moqué par les joueurs iOS, Sega a décidé de répliquer en leur offrant le jeu de kart ultime.
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Malgré une présence qui date des tous débuts de l’AppStore, on attend encore de Sega un jeu qui fasse référence : si l’on jettera un voile pudique sur les scandaleuses émulations de jeux Megadrive, force est de constater que même quand l’éditeur fait preuve de bonne volonté et de quelques efforts, les résultats ne sont pas vraiment signifiants - qu’on en juge par les moyens Super Monkey Ball et le premier chapitre de Sonic 4. Est-ce àdire pour autant qu’il n’y a plus rien de bon àtirer de Sega ?

JPEG - 301.7 ko

Hé bien non ! Que le grand Cric me croque, mais après ce test de Sonic & Sega All-Stars Racing, il nous sera impossible de dire du mal de l’éditeur puisqu’il signe non seulement un excellent jeu, mais aussi ce qui se rapproche le plus d’un Mario Kart pour iOS. Venant de Sega, c’est donc d’un miracle qu’il s’agit, àmême de faire remonter sa cote dans le coeur des joueurs sur iBidule. Bien joué !

Sonic passe devant Mario !

Si les jeux de kart sont légion sur notre plateforme, aucun n’était jusqu’àprésent parvenu àse hisser àla hauteur du premier Crash Bandicoot et de Cro-Mag Rally, qui régnaient sans conteste sur le genre malgré des sorties datant de 2008. Sega balaie ces deux classiques avec un All-Stars Racing qui fera date !

JPEG - 508.5 ko

Sans trop de surprise, il s’agit évidemment d’un jeu de bagnoles qui prend racine dans différents univers créés par Sega : on y retrouve ainsi non seulement des personnages tirés de Sonic, Chu Chu Rocket, Super Monkey Ball et d’autres licences (10 conducteurs et leurs karts en tout), mais aussi des circuits qui s’inspirent eux aussi des franchises de l’éditeur. On se retrouve donc àcourir sur des pistes reprenant les rouleaux de Sonic ou le château hanté de Curien Mansion.

JPEG - 452.6 ko

15 circuits sont ainsi àdécouvrir, dont une bonne part qui pourront être débloqués grâce aux « miles Sega » remportés au fil des différentes courses. Certains personnages pourront eux aussi être « achetés » via cette monnaie, ce qui est un aspect àne pas négliger : non seulement on découvre de nouveaux protagonistes dotés de capacités supérieures aux conducteurs standard, mais encore ceux-làpermettent de remporter les championnats plus facilement.

JPEG - 457.6 ko

Les trois Grand Prix (pour autant de niveaux de difficulté) comportent chacun quatre courses qui picorent dans les circuits débloqués. Ces derniers sont particulièrement réussis et vont de l’excellent au franchement spectaculaire : graphiquement parlant, on a certes déjàvu mieux (certains éléments du décor sont ainsi très carrés), mais l’inventivité est au pouvoir, avec des tremplins, rampes, descentes en piqué qui font plaisir àvoir - et àparcourir. Les raccourcis se font en revanche assez rares.

JPEG - 518.8 ko

Autre aspect jouissif : les power-up sont plus originaux que la moyenne (comprendre : ils ne pompent pas tous sur ceux de Mario Kart…) On y trouve ainsi les classiques boucliers, turbos et obstacles àplacer sur la route, mais aussi de plus surprenants bombes téléguidées et arc en ciel qui en feront voir de toutes les couleurs àses adversaires… Mieux, un bonus àchaque pilote permettront de transformer un temps le kart en véhicule spécifique : le singe de Super Monkey Ball retrouvera sa bulle, Dr Robotnik son vaisseau, etc.

JPEG - 564.6 ko

La jouabilité est elle au top : les véhicules sont àpiloter via l’accéléromètre, et si le jeu fait l’impasse sur l’accélérateur (les caisses avancent toutes seules), il ne faudra pas hésiter àjouer du bouton de drift. Celui-ci permet certes de déraper, mais surtout son usage remplit une jauge (invisible àl’écran) offrant au joueur un turbo certes éphémère, mais qui se montrera fort utile pour battre ses adversaires au dernier moment !
Le bouton de freinage sera comme on s’en doute assez peu utilisé et son emplacement (il s’agit du bouton rouge juste àcôté de celui du dérapage) le rend assez malaisé àl’usage. Les options permettent de choisir un autre jeu de commandes entièrement tactiles, mais ce fichu bouton de frein est toujours aussi mal placé.

Explose les camarades

Le mode solo se montre déjàroboratif, mais Sega a voulu nous en mettre vraiment plein les doigts : le jeu propose en effet des courses uniques histoire de s’entraîner, des contre-la-montre, ainsi que des missions. Ces dernières réclameront de récupérer un certain nombre d’étoiles, d’éviter des crabes, de traverser des portes ou encore d’exploser un maximum de cibles.
Difficile de faire la fine bouche devant cette profusion de possibilités et de modes qui rallongent la sauce de façon tout àfait délicieuse, mais ça n’est pas tout : All Stars Racing offre également un mode multi en local et en ligne, une première àma connaissance pour un jeu Sega !

JPEG - 537.9 ko

Le multi en local permet àdeux joueurs de s’affronter sur un circuit débloqué, ainsi que dans un format « combat », sur une des trois maps proposées : il s’agit d’exploser son adversaire sur un circuit rond, en s’aidant des power-up disséminés un peu partout. Trois « touchés », et c’est gagné ! Ce mode est vraiment fun même si repérer et viser l’ennemi n’a rien de simple (un petit radar n’aurait pas été de trop).

JPEG - 301.8 ko

Le multi en ligne offre également les deux mêmes modes, àsavoir la course classique et le combat. Si certains ont pu faire part de soucis de connexion ou de serveur, de mon côté en revanche, pas de problème pour rejoindre une partie… Seules les 30 secondes d’attente que doit subir le gagnant pourront lui paraître étrange, mais il faut bien que les adversaires rentrent au bercail…
Chacune de ces courses, solo ou multi, permettent de remporter des Miles, y compris lorsque l’on perd !

JPEG - 345.4 ko

Si l’on ne reviendra pas sur les graphismes rapidement évoqués plus haut, un petit mot sur l’animation qui n’a rien de très exceptionnel, mais elle reste fonctionnelle et l’impression de vitesse (surtout au moment des turbos) est bien là. La bande-son se révèle très sympa et bien dans le ton des différents univers du jeu. Pour dire un peu de mal, les nombreuses options et possibilités offertes par le titre rend la navigation dans l’interface parfois un peu confuse… mais c’est vraiment pour chipoter.
Le réseautage est assuré àla fois par Game Center et OpenFeint, pas de jaloux ! Chaque réseau bénéficie de son sous-menu de classements, tandis que les trophées sont regroupés dans un même onglet. Tout cela est bien fichu.

Pour conclure

Oui, Sega est capable de réaliser des bons jeux pour notre plateforme. Mieux : des jeux susceptibles de se hisser au niveau des meilleurs, voire de les dépasser ! Il en va ainsi de Sonic & Sega All-Stars Racing, un jeu de kart qui repousse les limites du genre sur iOS et dont le côté fun rappelle beaucoup Mario Kart. Le jeu est amusant àjouer, bourré d’options et de modes àexplorer, et on sent même que l’éditeur en a gardé sous la pédale pour de futures mises àjour. Reste un tarif que d’aucuns trouveront peut-être un peu élevé, mais qui se justifie par la durée de vie conséquente et l’universalité du titre.

Version de test : 1.0
Machine de test : iPhone 4, iPad 2
Niveau d’anglais requis : localisé en français (parfois de cuisine)
Affiliation réseau : Game Center/OpenFeint

Téléchargez Sonic & Sega All-Stars Racing

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page