Pocket Academy : l’école, c’est dans la poche

Par iMike le 5 juillet 2011 à 18h05

Pocket Academy : l'école, c'est dans la poche

Plus jeune, vous fantasmiez de prendre le contrôle de votre école ? Rêve exaucé avec ce nouveau jeu de Kairosoft… et ça n'est pas aussi amusant que prévu.
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Il existe certains éditeurs qui personnalisent un genre. On pense àCave qui a pratiquement inventé le bullet hell ou àSquare Enix qui n’est certes pas àl’origine du RPG mais qui a donné au genre un souffle inédit. Et pour les jeux de management, nul doute que l’on pourrait placer Kairosoft sur la première marche du podium !

PNG - 242.8 ko

Le studio japonais (un de plus !) est un spécialiste du genre, avec une dizaine de jeux émargeant dans cette catégorie sur l’AppStore nippon, et seulement une poignée de titres traduits en anglais, ce qui nous permet d’en profiter par la même occasion ! L’éditeur est notamment le créateur d’Hot Springs Story et surtout de Game Dev Story, des jeux qui scotché plus d’un joueur derrière leurs petits écrans tactiles. En ira t-il de même pour Pocket Academy ? C’est ce que nous allons voir…

Les sous-doués font l’école

Cela peut paraître étonnant, mais dans les pays anglo-saxons et en Asie, la gestion des écoles obéit dans une large part aux lois du marché. Il s’agit de proposer les meilleurs équipements aux étudiants et d’attirer les plus grands professeurs en bâtissant des établissements de haut standing - toutes choses qui permettent de réclamer des frais scolaires extravagants aux étudiants ! Pas sà»r donc qu’il s’agisse du meilleur système au monde, mais c’est celui dans lequel on évolue dans Pocket Academy.

JPEG - 705.2 ko

Le joueur choisit une école parmi cinq proposées qui sont toutes simples, mais qu’il s’agira d’améliorer jusqu’àattirer les étudiants les plus friqués. Il démarre avec deux étudiants et une certaine somme d’argent, àdépenser le plus intelligemment possible afin de faire pousser des bâtiments qui permettront d’offrir de meilleurs services àses « clients » : espaces verts, court de tennis, mini-marché, salle de trampoline, et même une nurserie ou un enclos àcochon !
Il ne faudra pas oublier de relier ces modules au campus, en créant des chemins qui permettent d’étendre l’école au sein de la surface allouée (suffisamment grande pour accueillir plusieurs dizaines d’étudiants !).

PNG - 166.8 ko

Le joueur gagne de l’argent grâce aux frais scolaires et aux différentes bourses obtenues au hasard de sa progression, mais attention : il faudra penser àéconomiser car il y a les salaires des profs àpayer ! Mieux vaut donc éviter de cramer tout de suite son argent dans des bâtiments de prestige certes, mais très onéreux.

JPEG - 423.7 ko

Outre l’argent àproprement parler, le jeu comporte trois autres « monnaies », qui sont des points de compétence àdépenser pour améliorer les classes spéciales via des entraînements - ces derniers augmentent les capacités des étudiants ainsi que la « valeur » éducative de l’école. Le genre de chose qui lui offre une meilleure réputation et… des étudiants supplémentaires !
Dans le même genre, on pourra faire participer les étudiants les plus qualifiés àdes examens spéciaux dans diverses matières (anglais, maths, espagnol…) Ces exams ont un certain coà»t, mais s’ils sont réussis, ils augmenteront le prix des frais scolaires.

PNG - 202.7 ko

Pocket Academy manque cruellement d’un tuto car le jeu est foisonnant et particulièrement riche de possibilités : il est ainsi possible (et recommandé) de regrouper les installations d’obédiences identiques dans un même endroit afin de créer un « spot » où aimeront se retrouver ses étudiants. Les écoliers sont particulièrement àchouchouter : mieux ils se sentiront au sein de l’académie, meilleurs ils deviendront… et leurs performances seront àmême d’améliorer la réputation de l’école.
Par exemple, le simple fait qu’un écolier parle àun autre est de nature àaméliorer son « aura » qui facilitera la réussite aux examens.

JPEG - 430.1 ko

Autre subtilité pour augmenter les frais de scolarité, des défis pourront être assignés àdes élèves que l’on jugera méritant - une bonne affaire, mais qui vous privera de l’étudiant durant un certain temps. L’« esprit » de l’académie est également un élément àprendre en compte ; celui-ci s’améliorera au fil des installations que l’on aura créé et si possible, de manière la plus complémentaire possible.
Le jeu se termine au bout de 11 années, mais les différents points seront conservés et il sera possible d’améliorer son école…

Carnet de notes

Autant dire qu’il sera impossible de s’ennuyer derrière Pocket Academy : il y a tellement de possibilités et de fonctions àgérer qu’on risque bien de se retrouver submergé ! Mieux vaut y aller àpetits pas et ne pas succomber immédiatement aux délices des dépenses tous azimuts - il y a d’ailleurs de très fortes probabilités pour que vous perdiez rapidement votre première école ! Mais cet échec vous permettra de rebondir pour une nouvelle partie…

PNG - 238.4 ko

Pour ne rien arranger, le titre n’a pas vraiment été adapté àl’iPhone : on se retrouve, comme dans Windows Mobile et autres OS antidéluviens, àjouer du menu déroulant avec des options relativement difficiles àsélectionner. Niveau gameplay, ça n’est donc pas vraiment ça… en mode portrait, il est possible d’utiliser une molette traduisant la provenance du jeu : un curseur de souris apparaît, signe que le titre a été copié/collé du PC…

JPEG - 477.7 ko

Les graphismes sont mignons comme tout, avec des étudiants que l’on arrive àdifférencier malgré des apparences somme toute assez identiques. Les petites bulles informant des désirs et des points gagnés sont rigolottes comme tout, dommage qu’elles soient difficiles àinterpréter quand le zoom est au maximum (une position qu’il occupera assez souvent).
Il est possible de jouer àla verticale ou àl’horizontale, simplement en basculant son iPhone. Cette dernière position est somme toute la plus aisée pour une bonne jouabilité.

PNG - 157.1 ko

La bande-son se résume àquelques notes de synthé tout simple mais qui casse rapidement les oreilles. Pas ou peu de bruitages àl’horizon auditif, c’est donc le strict minimum àce niveau.
Niveau réseautage, c’est zéro pointé pour Pocket Academy : ni classements en ligne ni trophées, aucun support de Game Center ou d’OpenFeint, il sera impossible de se comparer avec ses camarades.

Pour conclure

Nul doute qu’une fois solidement en main, Pocket Academy se révèle addictif… Mais il faudra au joueur faire quelques efforts auparavant ! Car le jeu ne se donne hélas pas très facilement. Passe encore que l’anglais soit la seule langue proposée, mais l’interface vieillotte et le foisonnement des possibilités offertes risquent de repousser le joueur casual vers qui pourtant, ce titre s’oriente. Quoi qu’il en soit, pour celui qui se sera tanné le cuir sur Game Dev Story, nul doute qu’il retrouvera ses sensations… tout en perdant de longues heures de productivité.
Notez qu’une version Lite est disponible histoire de tester le jeu.

Version de test : 1.1.0
Machine de test : iPhone 4
Niveau d’anglais requis : oui
Affiliation réseau : zéro + zéro = la tête àtoto

Téléchargez Pocket Academy

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page