9 mm en liberté surveillée

Par iMike le 21 juillet 2011 à 18h05

9 mm en liberté surveillée

Des flingues, des mecs salement burnés, des nanas faciles : allons mettre un peu d'ordre chez les caïds avec Gameloft.
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Les images et vidéos adroitement buzzées par Gameloft laissaient présager un nouveau Gangstar ou un autre GTA-like : 9 mm n’est rien de tout cela ! Ce titre se situe plutôt dans la droite continuité des Brother in Arms ou Terminator Salvation : un jeu bien balisé, àl’action débordante, mais finalement assez peu inventif et surtout, n’offrant au joueur aucune marge de liberté.

JPEG - 363.4 ko

9 mm s’offre un scénario adulte (pour un titre Gameloft, s’entend). On y incarne en effet John « Loose » Kannon, flic sans scrupules et tête dure de Los Angeles pris dans un sacré pétrin : lors d’une opération de démantèlement d’un trafic de drogue, il flingue le frère du baron local de la pègre. Et il n’oublie pas au passage de se servir dans la caisse du dealer ! Du coup, toute la mafia du coin lui tombe sur le paletot, lui, son équipe, et sa famille. Autant dire qu’il va falloir faire le ménage, ce qui risque d’être assez tendu, surtout avec la présence d’une taupe…

La maison poulaga a mauvais genre

Le scénario du jeu emmènera notre héros des bas-fonds du quartier latino le plus pourri de Californie au Mexique, en passant par une course-poursuite sur le highway et un club de danseuses nues (enfin presque). Cette dernière séquence est particulièrement étonnante provenant d’un éditeur aussi grand public que Gameloft, bon, on ne voit pas de poils hein, mais de mémoire d’homme joueur, c’est la première fois que je vois des lap dance dans un jeu pour iPhone !

JPEG - 588 ko

La violence est elle aussi bien présente, notamment lors de scènes d’interrogatoires musclées qui permettent en outre d’apporter un peu de fraîcheur au niveau du gameplay : après avoir touché àtemps des points sur l’écran, le joueur devra tapoter sur des questions apparaissant furtivement en vert, ce qui permettra d’obtenir les infos désirées.
Les quelques séquences de courses poursuite sont également l’occasion de changer un peu d’air : il faudra alors glisser son doigt sur des flèches en temps et en heure. Qu’on se rassure, les checkpoints sont suffisamment nombreux pour ne pas trop subir les affres de la mort àrépétition.

JPEG - 732.1 ko

Pour le reste, le jeu est très proche d’un titre standard de Gameloft : une molette pour se déplacer, un doigt sur l’écran pour visualiser autour de soi, et une série de boutons d’action qui se limitent àcelui de tir et au bullet time. Gameloft oblige, les références àMax Payne sont nombreuses et cet effet spécial, popularisé par le titre de Remedy, sera particulièrement important. Il permet comme on s’en doute de « figer » le temps durant une courte période histoire d’aligner plus facilement les méchants. N’hésitez pas àen user et en abuser, l’effet se recharge automatiquement sans nécessité de choper des items.

JPEG - 455.8 ko

Le jeu propose en outre un arsenal varié et très urbain, allant du simple pistolet six coups au lance-grande. Durant quelques chapitres, ces armes viendront en double comme dans tout bon film de gangster qui se respecte. Je n’ai hélas pas encore eu droit au fameux « Mexican stand-of », mais j’ai sans doute mal cherché.
Une boutique est disponible qui permet de s’offrir des gilets pare-balles et des munitions supplémentaires ; la monnaie d’échange est celle récupérée au fil du jeu mais il est possible d’acheter des billets virtuels avec du vrai argent (l’intérêt est ici très faible).

JPEG - 656 ko

Notre ami John a sa jauge de vie qui se remplit automatiquement lorsqu’il n’est pas canardé ou qu’il se tient accroupi ; hélas, impossible pour lui de se planquer derrière une voiture (destructible la plupart du temps) ou un abri, il faudra aller au charbon !

JPEG - 569.7 ko

9 mm est un jeu très haché : histoire sans doute d’éviter au joueur de s’embêter, les cut scènes et autres cinématiques sont particulièrement nombreuses. Celles-ci font avancer un scénario assez caricatural, mais la nature de bad boy de Loose réussit àemporter le morceau, ainsi que les séquences « over the top » dignes d’un film de John Woo.
Gameloft oblige, la marge de manoeuvre du joueur est quasi-nulle : le jeu est une sorte de long couloir dans lequel il faut impérativement terminer une mission pour en activer une autre, et ainsi de suite. Le titre n’est au final qu’une suite de passages obligés, ce qui est plutôt dommage après des jeux plus souples comme Backstab ou Order & Chaos, même si ce dernier n’a pas grand chose àvoir avec la choucroute.

Kiss kiss bang bang

Le jeu ne se contente pas d’un mode solo, certes suffisamment roboratif pour occuper quelques heures (mais àla rejouabilité quasi nulle). Gameloft offre également un mode multi via le Live, qui permet d’affronter jusqu’à12 joueurs sur 4 maps différentes. Un mode en local (wifi ou Bluetooth) est également proposé histoire de mettre la raclée àses potes.

JPEG - 678 ko

Pour les joueurs humains présent àl’autre bout de la planète, le multi permet de s’adonner àdeux modes : Chacun pour soi ou Filcs et voyous, ce qui correspond àpeu de choses près àun match àmort en équipe. On aura àsa disposition deux armes, une principale et une secondaire, avec possibilité d’en acheter de nouvelles. Le joueur pourra rejoindre une partie en cours et créer la sienne propre. Un système d’XP rejoint un classement mondial et des statistiques qui permettent de s’attacher àson avatar.
Le multi est une bonne surprise (ce d’autant qu’on ne l’attendait pas), même si de ce côté, Gameloft n’a jamais déçu : pas ou peu de lag, des joueurs nombreux et présents, des maps bien pensées, bref, un système de jeu efficace et qui permet au jeu de prolonger sérieusement sa durée de vie.

JPEG - 485.5 ko

Du côté de la réalisation, c’est une fois de plus très réussi même si graphiquement parlant, il nous a semblé que 9 mm était un ton en dessous du monstrueux Backstab. Cela reste du très haut niveau que l’on pourra qualifier de « qualité Gameloft », avec un moteur 3D très au point qui fait des merveilles, y compris pour les cinématiques. Certes, parfois les personnages ouvrent la bouche pour ne rien dire mais hé, n’est-ce pas aussi le cas dans la vraie vie ?
À ce propos, si les protagonistes de cette histoire causent le rosbif (le doublage n’est pas complètement àla ramasse), ils sont sous-titrés en bon français, l’honneur est donc sauf.

JPEG - 534.1 ko

La bande-son ravira certainement les amateurs de rap de la west coast, avec des morceaux signés Freeway & Jake One (qui font une apparition dans le jeu, mais vu que je ne les connais pas, je ne peux rien en dire). Bon, c’est sà»r, c’est un genre qu’il faut savoir apprécier…
Le réseautage est assuré par le Live, ce qui est tout àfait sympathique mais assez limité quad Game Center et OpenFeint sont les deux leaders du marché. Quoi qu’il en soit, l’inscription est quasi-obligatoire si l’on veut jouer au multi.

Pour conclure

Avec un univers résolument adulte et la patte habituelle de Gameloft, 9 mm est un jeu tout àfait recommandable et qui offrira son comptant de bastion et de tuerie aux assoiffés de sang que nous sommes tous. Le mode multi est un apport bienvenue qui vient seconder une campagne principale très dirigiste àlaquelle on ne rejouera pas, même àun niveau de difficulté supérieure. L’absence de liberté laissée au joueur est un classique de l’éditeur, mais hélas, certains auront peut-être l’impression d’être enfermé dans une cage virtuelle. Cependant, on peut saluer le fait que le jeu soit pleinement universel : après Backstab, c’est une excellente habitude àprendre.

Version de test : 1.0.0
Machine de test : iPhone 4, iPad 2
Niveau d’anglais requis : sous-titres en français
Affiliation réseau : Gameloft Live

Téléchargez FunTouch

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page