Mamba Nation Battle manque d’adrénaline

Par iMike le 1er septembre 2011 à 11h15

Mamba Nation Battle manque d'adrénaline

Malgré son allure de Street Fighter à gros nez, ce jeu de Bulkypix se révèle bien différent… et un peu décevant.
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Mamba Nation : si vous avez plus de 30 ans, il n’est pas certain que vous ayez déjàentendu parler de ce réseau social, qui mixe Second Life et Facebook en permettant àses membres d’interagir entre-eux par le biais d’avatars en 3D. Plutôt destiné aux 12-25 ans, ce réseau, en beta depuis le 7 avril, devrait faire ses premiers pas en version finale d’ici la fin de cette année. Et histoire de rajouter une corde àson arc, Mamba Nation s’offre un jeu pour iPhone et iPod touch qui permettra aux membres de se taper dessus… de façon virtuelle, bien évidemment.

JPEG - 399.6 ko

Édité par Bulkypix, Mamba Nation Battle est plus proche d’une app Facebook que d’un jeu standard, ce qu’il pourrait devenir en y apportant un peu plus de variété et de contenus. Ne gâchons pas tout de suite votre plaisir de lire la conclusion de ce test et commençons par le commencement !

Les bonshommes se mettent sur la tronche

Le préalable àMamba Nation Battle, c’est de posséder un compte Facebook. Sans cela, vous n’irez nulle part ! Si vous êtes déjàfamilier de Mamba Nation, c’est quelque chose que vous posséderez de toutes manières, mais sinon voilà, vous êtes au jus. Une fois loggué via Facebook Connect, le joueur aura la possibilité de créer un avatar, ce qui est peut-être la fonction la plus fun de toute l’application !

JPEG - 294.9 ko

Cet atelier de création d’avatar est certainement moins fouillé que celui d’un Sims 3, mais il est tout de même possible d’aller assez loin dans le délire, surtout que les développeurs ne manquent pas d’imagination : entre les casques, armes, pantalon, coiffures… Il y a de quoi voir venir même s’il paraît assez illusoire de vouloir se représenter virtuellement : les divers éléments sont assez loufoques, ce qui donne àvoir des avatars complètement siphonnés ! On est làpour rigoler, alors allons-y. Et si on ne souhaite pas se prendre le chou àcréer un personnage àpartir de rien, un bouton « aléatoire » permet d’en générer un sans peine.

JPEG - 362.6 ko

Une fois le combattant créé, il s’agit de lui trouver des adversaires àsa mesure ! Le jeu offre pour ce faire une solution simple : l’onglet Championnat regroupe les joueurs connectés dont les avatars n’attendent que de se mettre minable. Chacun affiche son rang et son nombre de victoires, des données àprendre en compte si on ne souhaite pas voir son guerrier se faire ramasser la tronche : plus un avatar est gradé, plus il est susceptible d’avoir obtenu de nouveaux coups et d’être plus puissant que le votre.

JPEG - 247.5 ko

Juste avant le combat intervient la donnée la plus stratégique du jeu. Le joueur doit sélectionner la suite de mouvements que son combattant effectuera sur le ring. Il débute par quelques prises d’attaque et de défense, qui « coà»tent » chacune des blocs ; ces derniers sont en disponibles en nombre limité, alors il vaut mieux jouer tactique et plutôt que d’aligner une suite de gros coups onéreux, mieux vaut panacher les coups d’attaque et de défense (ces derniers coà»tant moins cher).

JPEG - 664.6 ko

Une fois la sélection terminée, on laisse son avatar se débrouiller seul face àl’ennemi. Il exécutera les mouvements précédemment définis en espérant que cela soit suffisant pour réduire la jauge de vie de l’adversaire ànéant. Et c’est tout ? Bin… oui.
Le joueur n’a aucune prise sur l’action, se contentant de visualiser le combat en croisant les doigts très forts pour que tout se passe bien. N’espérez donc pas vous adonner àune sorte de Street Fighter IV rigolo : il n’en est rien.

Le joueur interdit de combat

Histoire de glisser un peu de piment dans cette soupe un peu fade, le jeu est bardé de bonus àdébloquer : nouveaux mouvements de combat, blocs supplémentaires, fringues et armes en plus. On accroche dur au début pour déballer ces cadeaux mais force est de constater que l’intérêt s’émousse assez vite.

JPEG - 449.6 ko

Mamba Nation Battle n’est donc pas vraiment un jeu : on a plutôt l’impression de se retrouver devant une app pour Facebook, ce qui semble effectivement être son lieu d’activité naturel plutôt que sur l’AppStore. Le titre comporte également un système permettant de défier ses contacts Facebook, d’inviter des amis et de répondre aux défis lancés par ses potes.

JPEG - 512 ko

Si le concept même du jeu se limite àde la bastion sans intervention du joueur, en revanche on ne saurait que féliciter les développeurs pour avoir mis au point un moteur 3D tout ce qu’il y a de performant pour la modélisation et les mouvements des avatars : c’est très mignon, les tronches des combattants sont impayables ainsi que leurs mimiques très réussies. Les mouvements sont fluides et péchues, ce qui rend d’autant plus dommage de n’avoir aucune prise sur ce qui se déroule au sein des arènes - celles-ci sont d’ailleurs variées même si parfois pas très originales.

JPEG - 662.5 ko

La bande-son se limite au strict minimum, c’est àdire… uniquement des bruitages ! Mais ces derniers sont si amusants (notamment en cas de défaite, le pauvre bonhomme pleure às’en déchirer le cÅ“ur ! Du bon travail donc àce niveau.
Le réseautage tourne entièrement autour de Facebook comme on l’a bien compris, sans égard pour un éventuel support de Game Center ou d’OpenFeint.

Pour conclure

Les premières captures d’écran mentaient : làoù on pensait trouver un jeu de bastion àbase de bonshommes rigolos, on se retrouve avec une sorte de My Brute en beaucoup moins complet et excitant. Le joueur n’ayant aucune prise sur l’action, si ce n’est l’obligation de bâtir une suite de mouvements avant le match, Mamba Nation Battle n’a au final que très peu d’intérêt. Reste une réalisation au petit poil qui fait d’autant plus regretter l’absence de jeu.

Version de test :
Machine de test : iPhone 4
Niveau d’anglais requis : localisé en français
Affiliation réseau : tout Facebook

Téléchargez Mamba Nation Battle

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page