Infinity Field : joie d’exploser, plaisir de détruire

Par iMike le 7 septembre 2011 à 18h01

Infinity Field : joie d'exploser, plaisir de détruire

Si on ignore pourquoi il a fallu attendre si longtemps avant de voir débarquer la version pour iPhone et iPod touch d'Infinity Field, on est bien content de l'avoir acheté.
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Sorti en janvier sur iPad (et dument testé àcette adresse), Infinity Field avait marqué les joueurs, et en particulier leurs yeux gonflés de fatigue avec sa réalisation complètement folle, explosant les limites non pas du bon goà»t, mais de la persistance rétinienne. Le studio ForzeField allait-il pouvoir rééditer l’exploit avec la version pour iPhone ? J’ai bien l’impression que oui, mais on vous laisse aller jusqu’au bout de ce test…

JPEG - 756.9 ko

Ce qui est bien avec Infinity Field, c’est qu’il n’est utile d’en contextualiser l’action : le jeu fait l’économie d’un scénario et franchement, pourquoi s’embêter quand il s’agit surtout de flinguer tout ce qui bouge ? Il faut dire que si question histoire, le jeu affiche un zéro pointé, pour le reste, c’est plutôt pas mal. Pas mal du tout, même !

Il reste quelques aliens, je vous les met quand même ?

Infinity Field est en quelque sorte la quintessence même du jeu de tir àdouble pad. On y pilote un petit vaisseau au milieu d’un espace aux frontières bien définies, et on tente d’y survivre jusqu’àce que le chrono s’arrête sur zéro… ou que l’on meurt. Ce qui arrive très très souvent !

JPEG - 646.8 ko

Le jeu propose un mode Campagne qui comprend trois missions composées de 12 niveaux chacun. Les ennemis y ont une attitude et des trajectoires différentes pour chaque tableau, et c’est au joueur de s’y adapter en maniant avec rigueur mais aussi avec créativité, le pad directionnel.
Il peut également arriver qu’au détour d’un niveau, on soit tout simplement privé d’armes ou que l’on soit tenu de n’en utiliser qu’une seule (la très particulière bombe qui ne se dépose qu’àcertains endroits). Ces interludes, ainsi que les phases critiques des boss, apportent de la diversité àun jeu qui n’en manque de toutes façons pas.

JPEG - 745.9 ko

Outre le tir standard, le jeu offre des bombes de forte puissance ainsi que quelques power-up de-ci de là, comme un champ de force autour de son vaisseau ou une fonction slow-motion ralentissant la folle farandole de ce qui se déroule àl’écran - et il s’en passe, des trucs.
Le jeu comporte une boutique qui permet de dépenser les UC obtenus durant ses folles séquences de tir dans des améliorations de son vaisseau. On y trouvera entre autres des vies supplémentaires, des power-up ou encore un vaisseau auxiliaire. On sait gré àChillingo de ne pas avoir poussé mémé dans les orties en intégrant une « vraie » boutique de micro-paiements.

JPEG - 550.9 ko

En plus du mode Campagne qui fait en quelque sorte office d’apprentissage, la véritable raison d’être du titre est sa section Survie, qui cache rien moins que six modes supplémentaires ! Autant dire qu’on a de quoi voir venir. Il y a làle classique mode infini, un mode Unarmed (survivre le plus longtemps sans arme, donc), un mode Insane dont le nom dit bien de quoi il s’agit, un mode Snake sans arme si ce n’est un laser filant entre la tête du vaisseau et le bout sa queue, ou encore le mode Zombie… avec des adversaires évidemment impossibles àtuer !

JPEG - 625.4 ko

Pour finir, il est également possible de sélectionner un type de vaisseau, rapide, résistant ou taillé pour l’attaque - pourquoi n’avoir pas proposé cette option dans le mode Campagne ?
En revanche, pas de mode deux joueurs comme sur l’iPad : en même temps, il n’aurait pas été évident de tenir àdeux sur le même écran de 3,5 pouces…

Attention, explosion de couleurs

Le gameplay est on ne peut plus simple : deux pads, un pour diriger son vaisseau, l’autre pour diriger ses tirs dans tous les sens, et une double tape sur l’écran permet de balancer une maxi-bombe. Si on avait peur que la transition entre l’iPad et l’iPhone rende la jouabilité du titre problématique, qu’on se rassure : le jeu pour petit écran est de ce point de vue aussi agréable que sur le grand écran !
Bref, que ce soit du point de vue du gameplay ou du contenu, on ne se moque pas du joueur, loin de là, et c’est avec grand plaisir que l’on empoigne son iPhone pour se payer une bonne tranche d’explosions.

JPEG - 582.1 ko

Tout cela serait sans intérêt si la réalisation ne suivait pas… mais ça n’est évidemment pas le cas ! ForzeField a bien fait ses devoirs et force est de constater que malgré une certaine simplicité dans le design des ennemis, les incroyables effets spéciaux donnent une pêche rarement atteinte dans un jeu de ce genre.
Le titre offre en plus quatre modes d’affichage, dont un en 3D pas piqué des vers : mal de mer garanti.

JPEG - 590.7 ko

Du côté de la bande-son, sans surprise, on retrouve celle de la mouture iPad qui déjààl’époque, nous avait moyennement emballé avec ses beats électroguidouilles que seuls les amateurs d’Eurodance pourront apprécier. En revanche, big up pour les bruitages toujours aussi réussis.
Outre le réseau Crystal solidement enchâssé, Chillingo oblige, le jeu offre le support de Game Center pour des classements et 8 trophées àdécrocher.

Pour conclure

Les fans de jeux de tir àdouble pad l’attendaient avec impatience, après avoir salivé des mois durant sur la version iPad : Infinity Field pour iPhone et iPod touch leur apportera joie et bonheur ! Doté d’une durée de vie quasiment illimitée grâce àd’astucieux modes Survie, le titre offre en plus une expérience de jeu assez unique de par une réalisation explosive et un gameplay ultra-simple. Une grande réussite àmettre une fois de plus sur le compte de Chillingo !

Version de test : 1.0
Machine de test : iPhone 4
Poids : 18,4 Mo
Niveau d’anglais requis : détruit tout sur ton passage
Affiliation réseau : Game Center, Crystal

Téléchargez Infinity Field

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page