Rod Land : attention, j’enlève l’échelle

Par iMike le 20 septembre 2011 à 18h05

Rod Land : attention, j'enlève l'échelle

Une fée, des plateformes, une baguette magique, et la signature Jaleco : à priori, adapter Rod Land à iOS paraissait une bonne idée. Malheureusement, certains jeux sont vraiment trop poussiéreux…
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Toutes les bornes d’arcade méritent-elles d’être adaptées ànotre plateforme ? Si jusqu’àprésent, DotEmu a réalisé un quasi-sans faute avec sa collection de titres Jaleco (P-47, Avenging Spirit, 64th Street…), c’est grâce àdeux choses : une bonne adaptation et… un bon jeu àla base. Rod Land risque bien d’être le premier jeu àne pas satisfaire àla deuxième condition.

JPEG - 426.9 ko

La nostalgie, ça a évidemment du bon, mais au bout d’un moment c’est comme pour les Dragibus : àpetite dose ça va, mais au bout d’un moment on est gavé… àmoins que le jeu original ne soit d’une telle qualité qu’on peut en avaler encore et encore. Si Another World est par exemple un Dragibus noir (vous savez, les meilleurs), en revanche Rod Land est plus un Dragibus jaune, celui qui écoeure. La comparaison avec le hit d’Eric Chahi n’est pas innocente, puisque DotEmu est àla manoeuvre derrière ces deux jeux - mais si Another World est un énorme classique qui fonctionnera parfaitement pour des siècles et des siècles, il n’est pas certain qu’il en aille de même pour Rod Land.

Ta mère, elle se fait kidnapper

Rod Land comporte une originalité : s’il s’agit toujours de sauver une demoiselle en détresse, la douce en question n’est pas une quelconque petite amie, mais… la mère de l’héroïne, une fée qui voit sa génitrice emportée par de vilains fort peu sympathiques. Évidemment, ni une ni deux celle-ci décide de partir àsa rescousse, aidée de sa baguette magique et d’un curieux pouvoir.

JPEG - 518.3 ko

Si la fée ne sait pas sauter, en revanche elle a appris l’art délicat de faire pousser… une échelle. Un pouvoir pas si idiot dans un univers de plateformes, qui lui permet d’accéder àdes endroits normalement inaccessibles. Attention : elle n’est capable de créer qu’une seule échelle àla fois, un paramètre àprendre en compte et qui pourrait bien lui être utile pour dégommer les monstres s’y risquant.

JPEG - 383.1 ko

La baguette magique de notre nouvelle héroïne possède elle aussi un pouvoir étonnant : elle offre en effet une sorte de rayon tracteur qui « gèle » les ennemis, et permet de les balancer autour de soi en emportant tous ceux qui se trouveraient en dessous ! Une fois explosés, les créatures laissent derrière elles des bonus ou des armes un peu incongrues dans l’univers du jeu, àsavoir des bombes de différentes capacités.
En plus du dégommage en règle de tous les ennemis d’un niveau, la fée aura également àcoeur de récupérer un maximum de fleurs et autres bonus histoire de faire le beau dans les classements et récolter les trois étoiles par tableau.

JPEG - 398.8 ko

Le jeu comprend deux chapitres composés de 30 niveaux chacun, sanctionnés tous les 10 niveaux par un boss doté de pouvoirs qui nécessiteront d’être étudiés pour repérer leur point faible.
Comme àson habitude, DotEmu propose deux modes : Histoire est le mode classique qui demandera de débloquer les niveaux un àun. Le mode Survie s’adresse aux joueurs hardcore, qui n’auront que 5 vies pour finir le jeu !

Du vieux avec du vieux

Tout cela ne bousculera pas les habitudes des adeptes de jeux de plate-formes, qui en ont vu d’autres. Hélas pour Rod Land, on en a effectivement vu passer de nombreux autres, et le titre n’a pas forcément très bien vieillis. En plus de n’évoquer qu’un vague souvenir (mais cela dépend évidemment de votre ancienne accoutumance aux salles d’arcade), le jeu n’est pas très emballant, et c’est làun problème provenant du gameplay originel du titre : le coup de l’échelle n’a que très peu d’intérêt (on aurait préféré pouvoir sauter), et en dehors d’une certaine amusante incongruité, le pouvoir tracteur de la baguette magique finit par énerver.
DotEmu n’est évidemment pour rien dans ce gameplay limité, mais était-il réellement nécessaire d’adapter ce jeu ?

JPEG - 300.9 ko

Ceci étant dit, le studio a une fois de plus réalisé un joli travail d’adaptation. Ainsi, le jeu est proposé en version 4:3 ou 16:9, qui n’est pas simple àprendre en main pour cause de pad virtuel masquant une partie de l’action. Le titre comporte également un filtre graphique qui « lisse » les décors et les sprites, pour un résultat pas particulièrement probant : on préfèrera jouer avec les gros pixels !
À noter qu’une option permet d’afficher le jeu dans sa résolution originale, qui fait rouler le jeu dans un timbre-poste : àéviter donc, sauf pour ceux qui veulent se rendre compte du progrès technologique depuis 1990, année de lancement du jeu…

JPEG - 417.7 ko

Au niveau des commandes justement, le jeu propose deux types de pad : relatif ou fixe. C’est àchacun de voir midi àsa porte, même si on a une petite préférence pour la version fixe dont il sera possible de choisir la position. Petit hic toutefois, la fée a parfois du mal àse tourner rapidement : un paramètre àprendre impérativement en compte !
La bande-son est elle aussi d’époque et pour tout dire, elle n’avait rien de franchement exceptionnelle àla fin du siècle dernier… Game Center offre une liste de 11 réalisations àdécrocher ainsi que des classements.

Pour conclure

Il n’était pas de la dernière urgence d’adapter un jeu comme Rod Land sur notre plateforme. Le titre a mal vieilli, àcause notamment d’un gameplay qui n’a vraiment plus rien de folichon - àla rigueur, seuls ceux ayant usé leur fond de culotte sur la borne d’arcade pourront y trouver quelque compensation, mais les autres feront bien mieux de jeter un oeil sur le reste du catalogue Jaleco qui est réellement plus intéressant.

Version de test : 1.0.1
Machine de test : iPhone 4, iPad 2
Poids : 20,7 Mo
Niveau d’anglais requis : pas vraiment utile
Affiliation réseau : Game Center

Téléchargez Rod Land

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page