Siegecraft : un trou dans le siège

Par iMike le 11 octobre 2011 à 18h05

Siegecraft : un trou dans le siège

Ça partait pourtant bien, mais malheureusement ce nouveau jeu Crescent Moon pèche là où il n'aurait pas dà » : le gameplay.
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Les prochaines semaines seront bien longues pour l’éditeur Crescent Moon, qui a décidé de dégainer toutes ses nouveautés entre octobre et novembre ! Siegecraft ouvre le bal et si on apprécie en général les jeux de l’éditeur, on oubliera bien vite ce jeu développé par le studio Blow Fish.

JPEG - 687.6 ko

Siegecraft se déroule durant le bon vieux temps des invasions barbares, en plein moyen-âge, une époque qui révélait les hommes, les vrais ! En l’occurrence, le jeu met en scène une équipe de spécialistes des armes qui font mal : catapultes, arbalètes ou trébuchet - une escouade menée par le joueur mercenaire qui travaille tour àtour pour les trois civilisations proposées par le jeu : chevaliers, vikings et samuraï.

À l’assaut du gameplay !

De loin, Siegecraft ressemble àun tower défense, mais au final le titre est bien plus proche d’un jeu d’action et d’adresse. Chaque niveau se présente grosso-modo de la même manière : on dispose d’un ou plusieurs dispositifs d’attaque avec lesquels le joueur devra remplir un objectif - en règle générale, supprimer tant d’adversaires ou de structures (ponts, bateaux…).
Évidemment, il s’agira de maîtriser parfaitement le lancer de projectiles (flèches, boulets…), chaque arme ayant ses particularités. La catapulte, par exemple, permet d’atteindre des positions élevées, ce qui est interdit àl’arbalète qui tire droit devant elle.

JPEG - 742.7 ko

C’est làau final que le bât blesse : l’ergonomie du jeu biaise tout l’intérêt d’un jeu par ailleurs bien réalisé, ce qui est d’autant plus dommage. Pour activer une arme, il s’agit de « tirer » sur la catapulte, ce qui lui donnera àla fois la direction et la puissance de son projectile. Cela rappelle un peu Angry Birds, sauf que ce gameplay s’accorde assez mal avec le jeu en lui-même : le titre nécessite en effet une très grande précision incompatible avec la vitesse àlaquelle il faut réagir…

JPEG - 1 Mo

Les « cibles » rouges mouvantes au sol, conséquence des manipulations du joueur sur sa catapulte, sont par trop imprécises et donnent l’impression de bouger sans cesse. Résultat, il est pratiquement impossible de viser exactement làoù on le voudrait - au final, mieux vaut y aller avec la force brute, c’est àdire viser au jugé et lancer son projectile, en espérant toucher quelque chose ou quelqu’un. Le pire est évidemment lorsque la cible est toute petite ou rapide, ou que la catapulte est placée loin de l’action. Dans ces conditions, frapper un adversaire relève de la gageure pure et simple, en particulier lorsque l’on joue sur un petit écran de 3,5 pouces. Avouons-le, le jeu est un peu plus agréable sur la grande surface de l’iPad, mais cela ne gomme pas tous ses défauts.

JPEG - 1 Mo

Le jeu donne heureusement du mou au joueur, au moins dans les premiers niveaux où il est possible de laisser filer de nombreux ennemis entre les mailles de son filet, et réussir néanmoins àremplir l’objectif. On trouvera des power-up en cours de jeu, en fait des roches spéciales àdégommer qui permettront d’utiliser des boulets enflammées ou des bombes spéciales.

JPEG - 697.1 ko

Ce gameplay trop imprécis (on est très loin ce qu’un Angry Birds ou d’autres jeux de catapultes peuvent offrir dans ce secteur) plombe littéralement le plaisir du jeu. Et comme on l’a dit plus, c’est fort dommage car pour le reste, Siegecraft aligne les bons points.
On pourra ainsi améliorer son arsenal àtravers une boutique dans laquelle le joueur dépensera les pièces durement gagnées àla sueur de son front durant les campagnes précédentes… Des munitions plus puissantes sont également proposées, et comme nous vivons dans un monde sans pitié, cette échoppe vend des pièces supplémentaires (le paquet de 100 000 pièces coà»te 0,79 euro).

Ça a failli être bien

C’est Byzance également du côté des modes de jeu. En plus d’une campagne tutoriel, on trouvera 3 campagnes pour chacune des civilisations, une campagne sans fin (contre des vikings zombies, ça c’est classe), ainsi qu’une dernière qui se destine uniquement àl’iPad : deux joueurs en face àface autour du même écran ! Trois maps sont proposées pour autant de combats.
Et ça n’est pas tout : une fois installé iOS 5 sur son iBidule, le jeu offrira un mode multi supplémentaire via Game Center, tandis que la synchronisation iCloud permettra de disposer des mêmes armes et améliorations àtravers tous ses appareils.

JPEG - 1 Mo

Tout cela est bel et bon mais ne rattrapera pas, une fois encore, une jouabilité pas au point. Et les prouesses graphiques ne permettent pas de rattraper le niveau : le jeu est certes très joli (encore un exemple de l’excellence du moteur Unity), avec ses effets d’eau et ses personnages meugnons comme tout, le tout dans des décors en 3D qui font plaisir àvoir. Malheureusement, le mieux est l’ennemi du bien et certains paysages empêchent parfois de viser correctement - déjàque c’était pas évident àla base…

JPEG - 691.7 ko

La bande-son a fait l’objet d’un peu moins de soin : il s’agit d’une nappe guerrière qui tourne en boucle. Les bruitages sont eux aussi assez limités, malheureusement. Game Center répond lui présent avec ses classements et liste de trophées (bon, 5 seulement).

Pour conclure

Les bonnes idées sont là, les modes nombreux, et la réalisation est au point, mais comment expliquer cette note ? Par le gameplay, tout simplement : aussi beau soit-il, si la jouabilité d’un titre n’est pas bien calée, cela gâche tout le plaisir que le reste offre. Et c’est hélas le cas avec Siegecraft, qui avec son concept pas plus idiot qu’un autre, n’arrive pas àemballer la machine. Au final, le jeu offre une expérience frustrante, àtout le moins.
Cependant, pour les joueurs qui voudront se frotter les yeux sur une excellente réalisation (et se prendre le chou avec un gameplay pour le moins biaisé), Siegecraft et son petit prix -pour le moment- peut être une proposition intéressante. À bientôt pour un autre jeu Crescent Moon !

Version de test : 1.0.1
Machine de test : iPhone 4, iPad 2
Niveau d’anglais requis : pas inutile
Poids : 96,6 Mo
Affiliation réseau : Game Center

Téléchargez Siegecraft

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page